Typologie de contenus: Actualité

Semaine du développement durable: la justice des mineurs s’engage

Publié le 02 octobre 2020 - Mis à jour le 01 mars 2023

#SEDD2020

Les professionnels de la protection judiciaire de la jeunesse œuvrent pour l’avenir. Celui des jeunes confrontés à la justice mais aussi celui de la planète. Au quotidien, les éducateurs et éducatrices de la PJJ organisent des actions de sensibilisation à l’environnement aux multiples vertus.

Temps de lecture :

2 minutes

Du 18 septembre au 8 octobre 2020, se déroule la semaine européenne du développement durable, trois semaine au lieu d’une tant il y a d’enjeux à promouvoir ! À cette période, la protection judiciaire de la jeunesse se met elle aussi au vert et met en lumière des initiatives éco-citoyennes menées avec des jeunes qu’elle prend en charge. Des actions de proximité conduites avec des partenaires ancrés sur leur territoire.

Du Nord à Mayotte, un média très cultivé

Tout au long de l’année, les éducateurs organisent des activités en faveur de la préservation de l’environnement. Objectifs : éduquer et insérer ces adolescents confrontés à la justice, mais aussi les amener à agir de façon positive pour la société.

À Mayotte, par exemple, des jeunes de l’unité éducative d'activités de jour (UEAJ) ont construit un voilier éco-responsable par la suite mis à l’eau en juillet 2019. Un chantier de trois ans qui leur a permis d’acquérir des compétences et a donné à certains l’envie de s’orienter vers les métiers de la mer. 

De l’autre côté de l’océan, les adolescents de l’unité éducative du centre éducatif renforcé (UECER) de Poix-du-Nord, dans le Nord, débroussaillent les sentiers de randonnée. Ce travail leur apprend à respecter les consignes de sécurité et le goût de l’effort, tout cela au bénéfice de la collectivité. D’autres encore sont sensibilisés au « civisme écologique » lorsqu’ils nettoient une rivière ou à la fragilité des espèces lorsqu’ils installent une ruche. 

Des graines à faire pousser

Au centre éducatif fermé de la Chapelle-Saint-Mesmin (45), l’équipe éducative a choisi le jardinage, l’éco-pâturage, le soin aux animaux... S’occuper d’un lopin de terre ou de moutons apprend la patience, donne le sens des responsabilités, redonne de la confiance en soi, permet de recréer du lien avec les autres, apaise. De quoi se remettre sur le droit chemin, reprendre une formation, découvrir un métier.

« Ce n’est pas parce qu’une plante ou un légume pousse mal qu’on ne peut pas rattraper la situation avec des tuteurs », compare Hocine Hadjab, directeur de service au CEF, dans les ASH (Actualités sociales hebdomadaires), le 31 juillet 2020.

La métaphore de « la graine que l’on fait pousser » se prête bien au domaine de l’éducation.