[Archives] Réunion: procureurs de la République et procureurs généraux

Publié le 13 octobre 2015

de Christiane Taubira, garde des Sceaux, ministre de la Justice

Temps de lecture :

2 minutes

Ce mardi 13 octobre 2015, Christiane TAUBIRA, garde des Sceaux, a prononcé l’allocution d’ouverture de la réunion de l’ensemble des procureurs de la République et des procureurs généraux au Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM).

Elle a annoncé un renforcement conséquent des moyens octroyés aux parquets :

-         La poursuite de la politique volontariste du recrutement des magistrats (382 en 2015 et 482 en 2016, 358 en 2013, 366 en 2014 contre 144 en 2010 et 194 en 2011) ;

-         Le déploiement de de greffiers assistants des magistrats (GAM) au sein des plus grandes juridictions (Lyon, Toulouse, Bobigny, Lille, Marseille, Bordeaux, Montpellier, Nice, Strasbourg et Toulon)

-         L’acquisition en 2016 de 4000 tablettes informatiques et ordinateurs portables pour les magistrats et greffiers. Les parquetiers seront donc tous équipés de ces outils ;

-         Le déploiement de nouveaux smartphones pour les chefs de Cour, les procureurs de la République et les sections de permanence dans les parquets ;

-         Pour optimiser la gestion des appels téléphoniques de la permanence du Parquet avec la police et la gendarmerie, l’équipement en centrales autocom équipera 12 tribunaux.

Elle a également rappelé qu’elle attendait des procureurs de la République une politique pénale engagée et une mobilisation sans faille, notamment en matière :

-         de lutte contre le terrorisme et la prévention de la radicalisation violente, par la détection des signes de radicalisation et un meilleur suivi des situations individuelles ;

-         de lutte contre les discriminations, les infractions racistes et antisémites, dans la continuité du plan gouvernemental 2015-2017 et dans le sillage de l’ouverture du site « Stop Discriminations » visant à une meilleure information des victimes ;

-         de répression de l’exploitation des réfugiés, par une lutte plus affirmée contre les réseaux  de passeurs qui mettent en échec toute politique d’accueil et de prise en charge de ces populations en détresse.

La ministre a enfin demandé aux procureurs de la République et procureurs généraux d’assumer une vigilance dans la transmission d’informations de la Justice aux administrations employant des agents en contact avec des mineurs. Elle a insisté sur le contrôle des dossiers dans lesquels des personnes sont détenues, afin de prévenir tout risque de libération injustifiée.

Elle leur a témoigné, une nouvelle fois, sa très grande confiance et les a assurés de son engagement à leurs côtés pour la mise en œuvre de la politique pénale déterminée par le gouvernement.