[Archives] Premier bilan de l’opération parrainage

Publié le 06 juillet 2006

Allocution de Pascal Clément Garde des Sceaux, Ministre de la Justice

Temps de lecture :

3 minutes

Je suis heureux de retrouver aujourd’hui Pierre Gagnaire pour évoquer le bilan du parrainage, car c’est avec lui que cette opération a commencé.

Le 12 septembre 2005, je me suis rendu à Saclas, dans un restaurant tenu par une association partenaire de la Protection Judicaire de la Jeunesse. J’y ai vu des jeunes courageux, prêts à rompre le cercle vicieux dans lequel ils s’étaient enfermés. Mon ami, le chef cuisinier Pierre Gagnaire, a, de sa propre initiative, proposé de prendre dans son établissement un de ses jeunes. Il est ainsi devenu l’un des parrains officiels.

Pourquoi l’a-t-il fait ?

Comme nous tous, Pierre Gagnaire est conscient que la société civile doit se mobiliser pour faire une place aux jeunes, même à ceux qui ont raté une marche de la vie.

Comme nous tous, il sait que la conclusion d’une démarche de réinsertion ne peut être que l’insertion professionnelle.

Pierre Gagnaire a tenu sa promesse en accueillant ce jeune que je viens de rencontrer et qui a depuis montré ses capacités. Il est aujourd’hui stagiaire. En septembre, il sera apprenti dans le restaurant français le plus réputé au monde.

Pierre a tenu sa promesse car il a confiance en la jeunesse, en son enthousiasme et qu’il souhaite lui faire partager la beauté de son métier.

Le parrainage est en effet une démarche très simple : un chef d’entreprise, un cadre de la nation, un artisan s’engagent à recevoir quelques heures dans l’année un mineur placé sous main de justice ou un jeune majeur pour le conseiller sur son avenir, lui faire découvrir le monde du travail et lui ouvrir son carnet d’adresses.

Il s’agit :

  • d’une rencontre très importante pour les jeunes qui découvrent, souvent pour la première fois, le monde professionnel ;
  • d’un engagement citoyen pour les parrains qui contribuent ainsi à la réinsertion des jeunes connaissant de grandes difficultés ;
  • d’une nouvelle opportunité pour la PJJ d’approfondir ses contacts avec les entreprises.

Comme Pierre Gagnaire, plus de 600 parrains ont fait preuve de solidarité et se sont inscrits auprès de la mission parrainage.
A l’heure d’aujourd’hui, 200 binômes parrains-filleuls ont été constitués. Les services de la PJJ vont se mobiliser encore davantage, pendant l’été, pour sélectionner des jeunes susceptibles d’être parrainés.

Je souhaite que 1000 conventions de parrainage soient signées d’ici la fin de l’année.

Pour cela, nous avons besoin de la mobilisation de nouveaux parrains.

Avec Pierre Gagnaire, nous lançons un appel aux professionnels de l’hôtellerie et de la restauration.

Ces métiers sont exigeants, ils demandent de la disponibilité, de la rigueur, du respect, un souci permanent de qualité. Mais ils procurent à ceux qui les exercent de très grandes satisfactions : la joie de créer, la volonté de réussir par soi-même, la possibilité d’être reconnu et apprécié.

Les métiers de la restauration ont besoin d’une main d’œuvre qualifiée. Je vous propose de leur apprendre le métier et de leur montrer ce qu’il y a de meilleur dans un chef d’entreprise et un artiste : l’exemplarité.

Je peux garantir que tous les aspects administratifs et techniques du parrainage seront pris en charge par le Ministère de la Justice.

Plus de 500 grands restaurateurs recevront dans les prochains jours une lettre les invitant à rejoindre Pierre Gagnaire.

Je les remercie d’entendre cet appel, qui est le choix de la cohésion sociale.

Voir le dossier de presse