[Archives] Intervention devant l'Ecole Nationale des Greffes

Publié le 04 février 2010

Discours de Jean-Marie Bockel, secrétaire d'Etat à la Justice

Temps de lecture :

4 minutes

Je suis particulièrement heureux de me trouver aujourd'hui sur le site de l'Ecole Nationale des greffes, une école d'excellence en constante mutation et exemplaire à plus d'un titre, où se dessinent au fil des promotions successives, les contours d'un service public judiciaire de qualité au service du justiciable.

Je veux remercier en premier lieu, Messieurs les chefs de cour et de juridiction dijonnais pour leur présence qui est le témoignage de l'importance accordée par les juridictions aux fonctionnaires de greffe.

Je veux bien sûr saluer tout particulièrement Madame Geneviève LIOTARD, la directrice de l'ENG et ancienne étudiante de la faculté de droit de Strasbourg, ainsi que l'ensemble des directeurs des enseignements et de la formation continue, de l'informatique, de la recherche et du développement sans oublier Madame le Secrétaire général.

Je remercie M.TARABEUX, adjoint à la directrice des services judiciaires, et Mme KISTER, sous directrice des ressources humaines des greffes, à la direction des services judiciaires de leur présence à mes côtés.

Aux élèves de l'ENG qui sont aujourd'hui devant moi, greffier, élèves adjoint-administratifs, en formation initiale, ou en formation continue ou enfin en classe préparatoire intégrée : vous vous engagez dans un métier riche, passionnant, double, à la fois juridictionnel et administratif imposant une exigence d'efficacité, d'humanité et aujourd'hui d'adaptabilité. Votre futur est prometteur :

I/

Vous allez être les acteurs de la modernisation technologique engagée par l'Etat et le gouvernement pour améliorer le fonctionnement quotidien de la Justice grâce à un usage de plus en plus massif des nouvelles technologies.

Ces nouvelles technologies qui permettront aux personnels de greffes d'être immédiatement performants et amélioreront le fonctionnement des juridictions et les conditions de travail tant dans les matières civiles que pénales.

La justice se trouve à un véritable tournant technologique, j'en veux pour preuve :

-au civil, l'installation dans les juridictions d'un module de communication électronique permettant des échanges sécurisés de données et de documents entre les tribunaux et les cabinets d'avocats.

-au pénal, la révolution de numérisation afin de favoriser les échanges entre policiers, gendarmes et magistrats mais également de donner aux magistrats un outil efficace de recherche et de synthèse notamment dans les dossiers les plus volumineux.

Vous êtes et serez les bénéficiaires de ces avancées technologiques qui vous dispensent des taches ingrates (copies par exemple) vous permettant de vous concentrer sur des taches plus valorisées.

II/

Vous serez aussi les acteurs de la modernisation structurelle de la justice. Le gouvernement porte cette volonté. Je ne citerais en exemple que la réforme de la carte judiciaire ou le vote de la loi pénitentiaire qui ont et vont modifier en profondeur le fonctionnement des juridictions et les services dans lesquelles vous allez être affectés.

Ces réformes pèsent sur l'organisation des greffes et les fonctionnaires des services judiciaires doivent régulièrement remettre en cause leurs acquis professionnels. Ce renouvellement des compétences « tout au long de la vie professionnelle » est la garantie d'une offre de justice efficace et de qualité.

Je sais que les programmes de votre école anticipent cette modernisation profonde de la justice et tel est bien le cas tant au plan de la formation initiale que continue. Cette constante adéquation s'applique d'ailleurs à des métiers différents : greffier en chef, greffier, adjoint administratif, remplissant des fonctions juridictionnelles différentes.

III/

Je souhaite vous dire enfin mon intérêt pour voir se poursuivre cette formidable idée de Classe Préparatoire Intégrée qui marque bien la volonté de l'Etat de promouvoir l'égalité des chances. Vous êtes la deuxième promotion reposant sur ce dispositif mis en place de façon volontariste par cette école.

En avril 2008. 12 élèves ont bénéficié de la préparation aux épreuves écrites et orales du concours de greffier des services judiciaires. La session 2009/2010 de la CPI prépare actuellement 19 élèves. Cette ouverture de la formation est une chance tant pour le stagiaire que pour l'institution : la diversité est toujours un enrichissement des métiers. J'avais déjà pu le constater lors de mon déplacement à l'ENAP.

A cet égard, je partage votre souhait de voir s'accroitre les relations existantes avec l'ENM et L'ENAP et d'en instaurer avec l'école nationale de la protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ). C'est à mise en place d'une véritable chaîne des écoles de formation des métiers de la justice que j'en appelle.

**************************

 

 

Cette visite est l'occasion pour moi de rendre un hommage appuyé et très sincère à l'ensemble des fonctionnaires de justice. N'oublions jamais que le personnel de greffe est celui qui garantit le bon fonctionnement des juridictions et assure la continuité des services dans les tribunaux.

Elles et ils, incarnent, à travers la diversité de leurs formations, la complexité toujours plus grande de leurs missions, l'avenir du service public de la justice, et, je tiens à leur exprimer toute ma confiance et mon soutien, dans les valeurs qu'ils porteront au quotidien, à l'issue de leurs formations.

Je vous remercie pour la qualité de votre écoute et vous souhaite une scolarité riche et un plein accomplissement dans votre vie professionnelle.

 

 

 

 

Seul le prononcé fait foi