[Archives] Au 1er août 2004, 58 308 personnes étaient incarcérées en France

Publié le 09 août 2004

Temps de lecture :

2 minutes

Au 1er août 2004, 58 308 personnes étaient incarcérées en France, soit 8,4% de moins que le chiffre atteint au 1er juillet, et 1,5 % de moins qu’au 1er août 2003, date à laquelle 59 169 personnes étaient écrouées. Ces chiffres confirment la tendance à la baisse de la densité carcérale qui passe aujourd’hui de 128,3% à 117,6%.

Cette diminution du nombre des personnes détenues au cours de l’été est traditionnelle et s’explique par la conjonction de deux phénomènes : l’effet du décret de grâces entré en vigueur le 16 juillet dernier et la baisse du nombre des entrants au cours du mois de juillet. Il s’agit d’une diminution classique à cette période de l’année. Elle est toutefois beaucoup plus forte cette année et doit être rapprochée de la baisse des chiffres de la délinquance annoncée par le ministre de l’Intérieur pour le mois de juillet 2004.

Parmi les détenus libérés au mois de juillet, 3 548 ont bénéficié d’au moins un jour de réduction de peine du fait du décret de grâce présidentielle du 9 juillet 2004. Il s’agit principalement de personnes condamnées qui auraient dû sortir entre le 1er et le 16 août, mais qui, par la remise de 15 jours maximum autorisée par le décret de grâce, sont sorties entre le 17 et le 31 juillet.

Cette baisse est significative pour les mineurs détenus. 643 sont incarcérés. Ce chiffre, proche de celui observé au 1er août 2001 (684), est le plus bas enregistré au cours des deux dernières années.

Toutefois, la liste des infractions exclues du décret de grâces a été allongée. Pour la première fois sont en effet exclus du bénéfice du décret de grâce, les auteurs d’infractions racistes, ainsi que ceux de violence contre les personnes, de viols et d’agressions sexuelles dès lors qu’ils auraient été condamnés à une peine de réclusion criminelle ou à une peine d’emprisonnement égale ou supérieure à 7 ans, ou que les victimes étaient mineures ou représentants des forces de l’ordre.

Enfin, le nombre de personnes écrouées et non hébergées est de 955 personnes, dont 679 bénéficient d’un placement sous bracelet électronique et 276 d ‘un placement en chantier extérieur.

Contact presse : Laurence Derrien 01 49 96 28 12 / 06 76 05 01 53