Typologie de contenus: Actualité

Le procès d’Alex : des jeunes confiés par la justice en scène

Publié le 28 juin 2019

Des jeunes pris en charge par la protection judiciaire de la jeunesse découvrent le système judicaire à travers le théâtre. Quelle sentence pour Alex, 15 ans, l’ado d’Orange mécanique ?

Temps de lecture :

2 minutes

Vendredi 26 avril, six jeunes de l’unité éducative d’activité de jour (UEAJ) de Dijon ont reconstitué un procès d’Assises à la Minoterie dans le cadre du projet « Engageons-nous ! ». Tour à tour, dans le rôle de l’avocat de la défense, du greffier, du prévenu, les jeunes ont étudié le dossier du jeune Alexandre Delarge, personnage sulfureux du roman d’Anthony Burgess et du film de Stanley Kubrick, « Orange Mécanique ».

Alexandre a 15 ans et est à la tête d’une bande qui sévit en banlieue. Chaque nuit, il se livre à des actes criminels envers une population démunie et paralysée par la peur. Lors d’un cambriolage, il commet l’irréparable.

La préparation du procès : comprendre la justice

Les jours précédant la représentation, Marion Chobert, metteuse en scène, a préparé les jeunes pour la représentation. Elle les a conseillés dans leur expression scénique et leur jeu théâtral. En parallèle à ce travail, Audrey Sagon, éducatrice stagiaire et titulaire d’un Master de Droit, a accompagné les jeunes dans la découverte du système judiciaire français, du déroulement d’un procès au tribunal pour enfants et des textes en vigueur. Rien n’a été laissé au hasard, afin que la pièce soit la plus réaliste possible.

Les six jeunes ont également été accompagnés par Didier Sur, ancien magistrat, pour étudier ensemble les différentes pièces constituant le dossier : rapport d’enquête, recueil de renseignements socio-éducatifs (RRSE), bulletins scolaires, notes de l’éducatrice.

Le procès d’Alex : le verdict

Les professionnels de la protection judiciaire de la jeunesse ont joué le rôle des assesseurs, de l’agent de police, ou de l’avocate de la partie civile. L’ancien magistrat a joué son propre rôle lors du procès et s’est prêté au jeu de l’interview organisée par les jeunes. Deux jeunes en mission de service civique à l’association UNISCITE ont accompagné l’équipe et sont montés sur scène. Même le public a pu participer à la représentation, puisque que quelques-uns ont été tirés au hasard afin d’interpréter les jurés.

Après 1h30 d’audience, le tribunal a rendu son verdict : 8 ans d’incarcération pour Alex. Le résultat de la délibération des jurés n’était pas planifié, ce sont les acteurs sur scène qui ont décidé de la peine durant la représentation.

Le théâtre comme outil pour évoluer positivement

Les jeunes ont apprécié participer à ce projet, certains souhaitent poursuivre en s’inscrivant au club de théâtre pour adolescents de la Minoterie. Le travail en amont de la pièce, pour parfaire leur jeu à l’aide d’une professionnelle, leur a donné envie de continuer pour pouvoir encore progresser. L’unité éducative d’activité de jour de Dijon illustre son action à travers cette citation de Benjamin Franklin : « Tu me dis, j’oublie. Tu m’enseignes, je me souviens. Tu m’impliques, j’apprends. ».