Typologie de contenus: Actualité

Jean Castex à Olympe de Gouges autour de la Justice de proximité

Publié le 26 octobre 2020 - Mis à jour le 01 mars 2023

Le Premier ministre Jean Castex s’est rendu le 22 octobre 2020 sur le site parisien Olympe de Gouges du ministère de la Justice. Accueilli par le garde des Sceaux, il est intervenu en ouverture de la réunion en visioconférence des chefs de cour et de juridiction autour du thème de la Justice de proximité.

Temps de lecture :

3 minutes

Lors de cette première visite d’un chef de Gouvernement sur le site Olympe de Gouges, Jean Castex, après les mots de bienvenue du garde des Sceaux, s’est adressé aux chefs de cour et de juridiction réunis en visioconférence pour leur signifier « l’intérêt tout particulier [qu’il]attache à l’institution judiciaire de notre pays. Alors que la France doit contrattaquer avec force face à la menace de l’islamisme radical et affronter la deuxième vague de la pandémie, je suis là pour vous dire la confiance et la reconnaissance qui sont les miennes à celles et ceux qui permettent chaque jour au service public de la Justice de fonctionner : les magistrats et l’ensemble des personnels du ministère de la Justice. »

En n’ignorant « pas les difficultés de tous ordres et l’insuffisance structurelle des moyens qui entravent l’accomplissement des missions et le bon fonctionnement du service public de la Justice », il a souligné que l’augmentation de 8 % du budget en 2021 était sans « équivalent dans l’histoire récente de la chancellerie et qu’elle devra s’inscrire dans la durée ».

400 magistrats en visioconférences

Ces moyens supplémentaires permettront notamment près de 2500 recrutements de titulaires et contractuels qui « bénéficieront aux juridictions mais aussi à l’administration pénitentiaire et à la protection judiciaire de la jeunesse » a conclu le Premier ministre avant de passer la parole aux quatre Présidents des conférences de magistrats (conférences des premiers présidents de cours d’appel, des procureurs généraux, des présidents de tribunaux judiciaires et des procureurs de la République). Les présidents se sont exprimés successivement en visioconférence pour faire part de leurs difficultés et de leurs attentes. Reprenant ensuite brièvement la parole, Jean Castex leur a redit l’importance que le Gouvernement accordait à la Justice et à l’ensemble du ministère « en ces temps troublés [où] n’avons pas d’autre choix que d’être à la hauteur des moments historiques que nous traversons ».

Le garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti s’est ensuite exprimé pour rappeler « l’existence à un niveau toujours très élevé de la menace terroriste » contre laquelle il sait « pouvoir compter à un engagement sans faille dans cette lutte ». Il a également exprimé sa vive préoccupation face à la situation sanitaire en milieu carcéral à un moment où le nombre des détenus a beaucoup augmenté depuis le déconfinement. « Je souhaite qu’à chaque niveau tout soit fait pour prévenir l’augmentation de la population carcérale avec des politiques volontaristes de régulation. En refondant l’échelle des peines correctionnelles, la loi de programmation et de réforme pour la Justice offre les moyens de privilégier des alternatives à la détention notamment pour les courtes peines. Tous les outils doivent être mis en œuvre ! La détention provisoire doit demeurer l’exception. Nous devons trouver un équilibre pour que le service public de la justice continue à fonctionner en assurant la sécurité de tous ».

« Une Justice plus proche de nos concitoyens »

Le ministre de la Justice a évoqué ensuite la mise en œuvre de la priorité donnée à la Justice de proximité permise par le budget 2021. « Il s’agit de développer une Justice plus proche de nos concitoyens, de traiter cette petite délinquance du quotidien qui passe souvent sous le spectre de l’action publique mais qui nuit au plus grand nombre, de mieux prendre en compte les victimes, de mieux traiter les violences intrafamiliales, de favoriser le travail d’intérêt général… Je compte sur votre implication collective pour la mise en place de cette politique au profit de la Justice de proximité » a-t-il conclu. Après le départ des ministres, la fin de la matinée a été consacrée à des retours d’expériences en juridictions, dans les réseaux de l’administration pénitentiaire et de la protection judiciaire de la jeunesse. L’'Agence nationale pour le travail d'intérêt général (Antig) et l’Inspection générale de la Justice sont ensuite successivement intervenues. Les échanges avec la salle ont ponctué chacune de ces prises de parole.