Ministère de la Justice
 
 

28 mars 2007

Les sceaux des origines à nos jours

Presse destinée à la confection des sceaux.L’usage du sceau jusqu’à la Révolution française

L’origine des sceaux est très ancienne, puisqu’on les rencontre déjà en Mésopotamie plusieurs millénaires avant notre ère. A l’époque, le sceau sert aussi bien de sceau de clôture (pour fermer des jarres, des paniers) que de sceau de validation, tendant à affirmer la véracité des actes juridiques.

Utilisé par la suite à Rome, le sceau est tout naturellement repris par les souverains mérovingiens, probablement dès le VIe siècle. A cette époque, le sceau ou cachet (les rois mérovingiens scellaient à l’aide d’un anneau sigillaire dont on a retrouvé plusieurs exemples) sert à garantir l’intégrité et la provenance de l’écrit. A partir de la fin du VIIe siècle, le sceau des souverains devient un signe de validation, qui légalise les actes, leur donne force probante, et sans lequel ceux-ci ne peuvent être considérés comme authentiques. Le sceau devient une preuve.

Droit régalien jusque vers le milieu du Xe siècle, l’apposition du sceau pour authentifier un acte se répand progressivement dans toutes les couches de la société. Réservé aux chancelleries ecclésiastiques tout d’abord, le sceau est ensuite utilisé par les grands seigneurs (par exemple, les comtes de Flandre dès 1050). De même que son usage gagne peu à peu toutes les couches de la société, il glisse du Nord vers le Sud, les régions méridionales l’ayant adopté plus tardivement. On l’utilise aussi de plus en plus pour les affaires privées. Les femmes ont scellé aussi, assez tôt, dès 1002 pour la reine Cunégonde dans l’Empire, vers 1100 pour la première fois en France, avec la comtesse de Flandre Clémence de Bourgogne, puis peu après la reine de France Bertrade de Montfort.

Au début du XIVe siècle, tout le monde peut posséder un sceau, les institutions comme les villes, mais aussi les corporations, les corps de métiers, les abbayes, les universités, etc. Au XVe siècle, le sceau entre en décadence, à cause de l’expansion de la signature autographe et de l’acte notarié. Cependant, il ne disparaît pas tout à fait. Les rois, les princes, les hautes autorités ecclésiastiques continuent à sceller les actes publics particulièrement importants. Le sceau contribue alors à la solennité de l’acte et lui donne la publicité nécessaire.

A la fin du XVIIIe siècle encore, le chancelier de France – ou en cas de disgrâce du chancelier, le garde des Sceaux – présidait au scellement des lettres patentes au cours d’une séance bimensuelle : les actes scellés étaient des actes de portée générale et certains actes individuels (notamment les anoblissements, provisions d’offices, lettres de grâce en matière criminelle). Cette séance se tenait à l’hôtel de la chancellerie, place Vendôme.

Racines d’un usage contemporain (1792-1945)

Texte scellé par le Sceau - Crédits photo : Caroline MontagnéDepuis la Révolution, l’apposition du sceau sur les lois ne constitue pas une formalité nécessaire à leur validité. Cependant, si le scellement ne constitue pas une nécessité pour donner validité aux textes législatifs, l’arrêté du 8 septembre 1848 prescrivant le scellement des lois, et fixant la forme du sceau de la République, n’a pas été abrogé. De fait, après un abandon quasiment complet sous la IIIe République et total sous le régime de Vichy, un certain nombre de textes législatifs ont fait l’objet d’un scellement sous les IVe et Ve Républiques.

L’usage du sceau, préservé jusqu’à la fin du règne de Louis XVI, disparaît presque entièrement avec l’avènement de la Convention, sauf pour les constitutions. La constitution de 1793, par exemple, est scellée de cire rouge sur lacs tricolores. Le formalisme adopté rompt avec celui de l’Ancien Régime, l’usage étant, au sein de la chancellerie royale, d’utiliser la cire verte – ou jaune – pour les actes à valeur perpétuelle, le sceau étant apposé sur des lacs de soie verte et rouge.

L’Empire rétablit l’usage du sceau, du moins en droit. Le sénatus-consulte organique du 28 floréal an XII dispose que « l’empereur fait sceller et promulguer les sénatus-consultes, les actes du Sénat et les lois » (art. 137). En pratique, l’usage de sceller les lois est resté très marginal sous Napoléon Ier. Il est redevenu important sous la Restauration, tant l’usage du sceau rappelait l’Ancien Régime. L’ordonnance royale du 15 juillet 1814 crée la Commission du Sceau, chargée du scellement des lois et ordonnances, des majorats et des actes de « juridiction gracieuse » : lettres patentes délivrées pour les naturalisations, autorisations de servir à l’étranger ou de se faire naturaliser étranger, dispenses pour mariage.

L’usage du scellement s’est peu à peu circonscrit à un nombre de plus en plus réduit de documents. Jusqu’en 1870, lois, ordonnances et traités sont scellés. La IIIe République maintient cet usage pour les traités et certains textes constitutionnels. À partir de 1923, l’usage du sceau est complètement abandonné. La loi constitutionnelle de 1926 n’est pas scellée.

Le XIXe siècle a constitué une période de conservation de la forme ancienne des documents, même si la matrice des sceaux a nettement varié selon les régimes politiques successifs.

C’est sous la IIe République que la forme actuelle du sceau de l’État s’est fixée. L’arrêté du 8 septembre 1848 dispose que le sceau de l’État portera d’un côté, pour type, la figure de la liberté et pour légende « au nom du peuple français », de l’autre côté une couronne de chêne et d’olivier, liée par une gerbe de blé ; au milieu de la couronne « République française, Démocratique, une et indivisible » et pour légende « Liberté, Egalité, Fraternité ». Ces prescriptions n’ont pas été rigoureusement observées par Barré, qui a inversé les légendes du recto et du verso et ajouté une grappe de raisin à la gerbe de blé. Le sceau de la IIe République a été réutilisé par les régimes républicains qui ont suivi, moyennant l’effacement de la date originale sur la matrice.

Le meuble supportant la presse à sceaux utilisée depuis l’Empire a été commandé par Cambacérès en 1810.

Renouveau de l’usage du sceau depuis 1946

Utilisé en 1946, puis deux fois au tout début de la Ve République, le scellement devient beaucoup plus rare de 1963 à 1991, période où seules deux lois – ordinaires, mais de grande importance symbolique – ont fait l’objet d’un tel traitement. Depuis 1992, le rythme des cérémonies s’est de nouveau accru : les modifications constitutionnelles intervenues depuis lors ont assez souvent fait l’objet d’un scellement.

La date de la cérémonie, jusqu’en 1964 très proche de la date du vote de la loi, a par la suite été très nettement dissociée du vote et de la publication du texte. Un cas extrême est constitué par la loi constitutionnelle n° 99-569 du 8 juillet 1999 relative à l’égalité entre les femmes et les hommes, scellée le 8 mars 2002.

La Constitution de 1946 a fait l’objet d’un scellement selon des modalités inhabituelles : la cire rouge a été utilisée pour des raisons purement matérielles. Par la suite, la couleur du sceau, d’abord jaune, conformément à l’usage du XIXe siècle, est verte depuis 2002.

L’organisation technique de la cérémonie, en particulier pour ce qui a trait au fonctionnement de la presse à sceller, est confiée depuis 1946 à l’atelier de restauration des sceaux des Archives nationales.

Les textes constitutionnels scellés sont conservés au Musée de l’histoire de France, aux Archives nationales. Une sélection de textes est présentée en fac-simile dans la salle des sceaux du ministère de la Justice.

  

Textes scellés depuis 1946
  • Constitution du 27 octobre 1946. Scellée le 30 octobre 1946. Sceau de cire rouge sur lacs tricolores.

  • Constitution du 4 octobre 1958. Scellée le 6 octobre 1958. Sceau de cire jaune sur lacs tricolores.

  • Loi n° 64-1230 du 14 décembre 1964 portant modification des dispositions du code civil relatives à la tutelle et à l'émancipation. Scellée le 15 décembre 1964. Sceau de cire jaune sur lacs tricolores.

  • Loi n° 81-908 du 9 octobre 1981 portant abolition de la peine de mort. Scellée en 1986.

  • Loi constitutionnelle n° 92-554 du 25 juin 1992 sur la communauté européenne et l’union européenne. Scellée le 20 octobre 1992. Sceau de cire jaune sur lacs tricolores.

  • Loi constitutionnelle n° 93-952 du 27 juillet 1993 portant révision de la Constitution du 4 octobre 1958 et modifiant les titres IV, IX et XVI. Scellée le 5 janvier 1994. Sceau de cire jaune sur lacs tricolores.

  • Loi constitutionnelle n° 93-1256 du 25 novembre 1993 relative au droit d’asile.Scellée le 5 janvier 1994. Sceau de cire jaune sur lacs tricolores.

  • Loi constitutionnelle n° 95-880 du 4 août 1995 portant extension du champ d’application du référendum, instituant une session parlementaire ordinaire unique, modifiant le régime de l’inviolabilité parlementaire et abrogeant les dispositions relatives à la Communauté et les dispositions transitoires. Scellée le 17 décembre 1996. Sceau de cire jaune sur lacs tricolores.

  • Loi constitutionnelle n° 96-138 du 22 février 1996 instituant les lois de financement de la Sécurité sociale. Scellée le 17 décembre 1996. Sceau de cire jaune sur lacs tricolores.

  • Loi constitutionnelle n° 98-610 du 20 juillet 1998 relative à la Nouvelle-Calédonie.Scellée le 21 septembre 1998. Sceau de cire jaune sur lacs tricolores.

  • Loi constitutionnelle n° 99-569 du 8 juillet 1999 relative à l’égalité entre les femmes et les hommes. Scellée le 8 mars 2002. Sceau de cire verte sur lacs tricolores.

  • Loi constitutionnelle n° 2003-276 du 28 mars 2003 relative à l’organisation décentralisée de la République. Scellée le 27 octobre 2004. Sceau de cire verte sur lacs tricolores.

  • Loi constitutionnelle n° 2007-239 du 23 février 2007 relative à l'interdiction de la peine de mort. Scellée le 28 mars 2007 Sceau de cire verte sur lacs tricolores..

 

 
 
  

 Vidéos

  • Gisèle Halimi revient sur le procès de Bobigny
    Gisèle Halimi revient sur le procès de Bobigny
  • La rénovation du palais de justice de Paris
    La rénovation du palais de justice de Paris
  • L'Hôtel de Bourvallais
    L'Hôtel de Bourvallais
  • La Cour de cassation
    La Cour de cassation
  • Le Parlement de Bourgogne
    Le Parlement de Bourgogne
  • Le palais de justice de Toulouse
    Le palais de justice de Toulouse
  • Il y a 30 ans, l'abolition de la peine de mort : interview de Robert Badinter
    Il y a 30 ans, l'abolition de la peine de mort : interview de Robert Badinter
  • Les symboles de la Justice
    Les symboles de la Justice
  • Exposition "Du Parlement de Normandie au palais de justice de Rouen"
    Exposition "Du Parlement de Normandie au palais de justice de Rouen"
  • De la Monarchie à la IIIème République
    De la Monarchie à la IIIème République
  • Les cycles dans l'histoire constitutionnelle
    Les  cycles dans l'histoire constitutionnelle
  • Les libertés fondamentales
    Les libertés fondamentales
  • Exposition aux Archives nationales : la Révolution à la poursuite du crime
    Exposition aux Archives nationales : la Révolution à la poursuite du crime
  • L'ENM par ceux qui l'ont vécue Témoignages : 1958-2008
    L'ENM par ceux qui l'ont vécue Témoignages : 1958-2008
  • Cinquantenaire de l'ENM, le défi du nombre et de la complexité
    Cinquantenaire de l'ENM, le défi du nombre et de la complexité
  • Le Conseil d?État au Palais Royal
    Le Conseil d?État au Palais Royal
  • L'évolution de la délinquance des mineurs et de la justice pénale des mineurs depuis 1945
    L'évolution de la délinquance des mineurs et de la justice pénale des mineurs depuis 1945

 Radio en ligne

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: introduction à la chronique

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les instructions

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les actes d'accusation

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les défenses

La Justice sous l'Ancien Régime

La Justice révolutionnaire

La justice Napoléonienne

La Justice républicaine

 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques |