Ministère de la Justice
 
 

13 décembre 2018

Le droit se livre : les transformations de la cour d'assises

« Les parties civiles sont devenues un acteur essentiel du procès face à l'accusé »

Pour ce nouveau numéro de l'émission "Le droit se livre", nous recevons Christiane Besnier, ethnologue, rédactrice en chef de la revue Droit et cultures et spécialiste des juridictions criminelles. L'occasion de retracer les grandes évolutions de la cour d'assises en France.

Ecoutez l'interview sonore (durée 5,44 minutes) :

 

 

Christiane BESNIER - Crédits photo : MJ/Dicom/Caroline MontagnéVous venez de coordonner  un dossier consacré à la cour d'assises dans Les Cahiers de la Justice qui est la Revue de l'Ecole nationale de la magistrature. Pourriez-vous rappeler ce qu'est une cour d'assises ?

Christiane Besnier (CB) : La cour d'assises est la juridiction criminelle française qui juge les infractions les plus graves. Elle a été créée sous la Révolution française, en 1791. Elle est composée de trois magistrats et d'un jury populaire, à l'origine 12 citoyens, aujourd'hui six en première instance et neuf en appel. Cette juridiction a connu quelques évolutions notamment en 1981 avec l'abolition de la peine de mort et dans les années 2000 avec, d'une part, la possibilité de faire appel de la décision de première instance et, d'autre part, l'exigence de motivation de l'arrêt rendu par la cour d'assises.

Cette juridiction est très différente en France et aux Etats-Unis. Quelles sont les grandes différences ?

(CB) : En France, la recherche de la vérité est confiée d'abord à un juge, le juge d'instruction, qui instruit à charge et à décharge, puis au président de la cour d'assises qui poursuit, à l'audience, cette recherche de la vérité.

Au contraire, aux Etats-Unis, les deux parties, l'avocat de la défense et le procureur, recherchent les preuves pour conforter leurs thèses qu'ils présenteront aux jurés, face à un juge arbitre qui n'interviendra pas au cours des débats. 

Comment la cour d'assises est-elle perçue en France ?

(CB) : La cour d'assises est bien perçue en France, notamment par les présidents de cours d'assises que j'ai pu rencontrer qui apprécient de siéger avec des citoyens différents à chaque session et de partager des regards, des apports différents. Ces présidents de cours d'assises tiennent énormément à cette institution.

Les avocats apprécient également de plaider devant des non professionnels. Ils pensent que les jurés peuvent être plus sensibles au facteur émotionnel et pouvoir obtenir une décision plus favorable à l'accusé qu'ils défendent.

Et dans les autres pays ?

(CB) : A partir de mes recherches en Suisse et en Belgique, j'ai pu observer que la cour d'assises était beaucoup moins bien perçue qu'en France. En Suisse, le jury a été supprimé en 2011 et, en Belgique, il n'y a quasiment plus d'affaires jugées par la cour d'assises, toutes les affaires criminelles étant jugées par les tribunaux correctionnels. Donc, soit le jury populaire a été supprimé, soit il a été détourné.

Justement, en ce qui concerne le jury, quelles sont les grandes évolutions que la France a connues ?

(CB) : Jusqu'en 1941, le jury délibère seul sur la culpabilité alors que les trois magistrats professionnels délibèrent seuls sur la peine. En 1941, le jury populaire et les magistrats se rejoignent pour délibérer ensemble à la fois de la culpabilité et de la peine. Autre date à retenir : 1980. C'est à cette date que les jurés sont tirés au sort à partir des listes électorales, permettant ainsi d'atteindre une représentativité démocratique. Enfin, en 2012, je jury passe de neuf à six en première instance et, en appel, de douze à neuf.

Est-ce que la place des accusés et des parties civiles lors du procès a également évolué ?

(CB) : Depuis les années 1990, le procès en cour d'assises est plus long, il est au minimum de deux jours, ce qui permet à l'accusé de s'exprimer. Quant aux parties civiles, leur place a évolué, passant des premiers rangs du public à l'enceinte du prétoire. Les parties civiles s'imposent dans le prétoire comme un acteur essentiel du procès face à l'accusé.

Les transformations de la cour d'assises - Crédits photo : MJ/DICOM/Caroline MontagnéDepuis 2012, la décision de culpabilité rendue par la cour d'assises doit être motivée. Certains estiment que c'est une atteinte au principe d'intime conviction ? Qu'en pensez-vous ?

(CB) : Pour moi, la motivation ne porte pas atteinte à l'intime conviction car elle permet de mettre en valeur les éléments à charge retenus contre l'accusé et de lui faire comprendre la décision du jury populaire. Elle est aussi adressée indirectement au juge de l'application des peines qui devra ensuite appliquer la décision de la cour d'assises.

Plusieurs rapports préconisent de réformer la cour d'assises. Quels sont les grands axes de réforme proposés ?

(CB) : On pense à réduire le temps d'audience que l'on trouve trop long. Pour cela, deux possibilités : soit on renvoie plus d'affaires au tribunal correctionnel comme cela se fait en Belgique, soit quand l'accusé reconnaît les faits, on supprime le débat sur la matérialité des preuves en passant directement au débat sur la peine, comme cela a été préconisé dans le rapport Léger.

La dernière proposition de réforme est celle de créer des tribunaux départementaux où seraient jugés des dossiers où l'accusé encourt 20 ans maximum. Ces tribunaux seraient composés, en première instance, uniquement de magistrats professionnels, alors qu'en appel, ce serait une cour d'assises classique avec un jury populaire.


Interview réalisée par le ministère de la Justice - SG - DICOM - Damien ARNAUD

Les numéros précédents

Histoire des violences conjugales : « Les violences conjugales sont sorties de l’ombre dans les années 1970-1980 grâce aux mouvements féministes »

 

La famille au cinéma :  « Dans les films, la représentation de la famille oscille entre ''Famille je vous aime'' et ''Famille je vous hais'' »

 

La symbolique du futur tribunal de Paris :  « L'arbre est partout car c'est un symbole universel »

 

Les émotions dans les prétoires : « Le procès est une sorte de lieu géométrique des émotions contenues et encouragées »

 

Les écrivains et la Justice : « Par leur puissance d'imagination, ils arrivent à pousser des réformes »

 

TIC et justice pénale : « Le développement de ces technologies modifie l'essence même du procès »

 

L'office du juge au 21ème siècle : « Le juge doit inventer une nouvelle autorité »

 

Les Justices de l'invisible : « Les épreuves de vérité nous renvoient à une perception profonde de la nature. »

 

Le droit face à la mondialisation : « Il faut améliorer la prise en compte de l'humain au cœur des systèmes de droit »

 

Territoires et lieux de Justice : « Dans les années 1990, l'architecture cherche à exprimer la spécificité de l’œuvre de Justice »

 

Des dessins pour comprendre le droit civil : « Dans notre histoire, dans notre pensée, dans nos débats, il y a avant tout une culture, celle de l’humanisme juridique »

 

La parole judiciaire : « Les discours qui s’opposent contribuent à une forme d’apaisement »

 
 
  

 Vidéos

  • Gisèle Halimi revient sur le procès de Bobigny
    Gisèle Halimi revient sur le procès de Bobigny
  • La rénovation du palais de justice de Paris
    La rénovation du palais de justice de Paris
  • L'Hôtel de Bourvallais
    L'Hôtel de Bourvallais
  • La Cour de cassation
    La Cour de cassation
  • Le Parlement de Bourgogne
    Le Parlement de Bourgogne
  • Le palais de justice de Toulouse
    Le palais de justice de Toulouse
  • Il y a 30 ans, l'abolition de la peine de mort : interview de Robert Badinter
    Il y a 30 ans, l'abolition de la peine de mort : interview de Robert Badinter
  • Les symboles de la Justice
    Les symboles de la Justice
  • Exposition "Du Parlement de Normandie au palais de justice de Rouen"
    Exposition "Du Parlement de Normandie au palais de justice de Rouen"
  • De la Monarchie à la IIIème République
    De la Monarchie à la IIIème République
  • Les cycles dans l'histoire constitutionnelle
    Les  cycles dans l'histoire constitutionnelle
  • Les libertés fondamentales
    Les libertés fondamentales
  • Exposition aux Archives nationales : la Révolution à la poursuite du crime
    Exposition aux Archives nationales : la Révolution à la poursuite du crime
  • L'ENM par ceux qui l'ont vécue Témoignages : 1958-2008
    L'ENM par ceux qui l'ont vécue Témoignages : 1958-2008
  • Cinquantenaire de l'ENM, le défi du nombre et de la complexité
    Cinquantenaire de l'ENM, le défi du nombre et de la complexité
  • Le Conseil d?État au Palais Royal
    Le Conseil d?État au Palais Royal
  • L'évolution de la délinquance des mineurs et de la justice pénale des mineurs depuis 1945
    L'évolution de la délinquance des mineurs et de la justice pénale des mineurs depuis 1945

 Radio en ligne

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: introduction à la chronique

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les instructions

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les actes d'accusation

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les défenses

La Justice sous l'Ancien Régime

La Justice révolutionnaire

La justice Napoléonienne

La Justice républicaine

 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |