10 décembre 2021

L'exposition « Un combat capital » est prolongée au Panthéon

Ouverte au Panthéon depuis le 9 octobre 2021, l’exposition « Un combat capital – 40e anniversaire de l’abolition de la peine de mort en France » est prolongée jusqu’au 13 février 2022. Conçue et imaginée par le ministère de la Justice avec un objectif pédagogique et grand public, elle connaît un vif succès parmi les publics scolaires. Documents d’archives, entretiens, photos… permettent de découvrir 200 ans de combat abolitionniste de la fin de l’Ancien Régime au premier septennat de François Mitterrand. L’exposition évoque enfin les orientations actuelles en faveur de l’abolition universelle que le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé vouloir relancer lors de l’inauguration. Elle a été produite en partenariat avec le Centre des monuments nationaux. Un catalogue a été réalisé en collaboration avec la DILA.

L'exposition sur l'abolition de la peine de mort au Panthéon ©David Blondin

 

La loi portant abolition de la peine de mort en France est le résultat d’un choix politique, celui du président François Mitterrand, il y a seulement 40 ans. Portée par l'avocat Robert Badinter, elle s’inscrit dans un long combat qui commence avec le juriste et philosophe italien Cesare Beccaria, à la fin du XVIIIe siècle. Dans son "Traité des délits et des peines", celui-ci déclare : « La peine de mort n’est ni utile, ni nécessaire » : un argument majeur que reprendront tous les grands abolitionnistes, notamment Lepeletier de Saint-Fargeau, Victor Hugo, Jean Jaurès ou Albert Camus.

Au cœur de la nef du Panthéon, le visiteur est invité à découvrir un parcours chronologique fait de légères avancées et de grands retours en arrière. Parfois, comme en 1908, l’abolition est près d’aboutir. Presque toujours, c’est un fait divers sanglant, l’émotion populaire et l’acharnement de la presse rétentionniste qui l’en empêchent.

>> Lire aussi : "Un combat capital" : une exposition à découvrir au Panthéon

 

Exposition sur l'abolition de la peine de mort au Panthéon ©David Blondin

La marche vers l’abolition

À l’automne 1969, pour la première fois, les sondages penchent en faveur de l’abolition quand l’affaire Buffet-Bontems fait tout basculer. Robert Badinter ne parvient pas à sauver la tête de son client, Roger Bontems, qui n’a pourtant pas de « sang sur les mains ». L’avocat se promet alors de défendre tout homme qui risquera la peine capitale. Un peu plus tard, les affaires Christian Ranucci et Patrick Henry retardent encore l’heure de l’abolition. Le sujet divise les familles. La littérature, le cinéma, la chanson s’emparent du débat.

Pendant la campagne présidentielle de 1981, face à une opinion publique majoritairement favorable à la peine de mort, François Mitterrand se prononce pour l’abolition. Portée par Robert Badinter devenu garde des Sceaux, la loi est promulguée le 9 octobre 1981.

Photos, unes de journaux, entretiens radiophoniques ou télévisés, chansons… permettent d’appréhender le climat de tension qui régnait à l’époque. La scénographie conçue par l’atelier Scenorama évoque l’hémicycle de l’Assemblée nationale où les visiteurs peuvent découvrir notamment des extraits du discours prononcé par Robert Badinter, le 17 septembre 1981.

 

Exposition sur l'abolition de la peine de mort au Panthéon ©David Blondin

 

Vers l’abolition universelle

La troisième partie de l’exposition propose une représentation du monde qui compte aujourd’hui, plus d’une centaine de pays abolitionnistes. En décembre 2020, 123 États se sont prononcés en faveur de la proposition de l’Assemblée générale de l’ONU visant à instaurer un moratoire sur les exécutions dans l’objectif d’abolir totalement la peine de mort.

Lors de l’inauguration de l’exposition, le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé que dans le cadre de la présidence française du Conseil de l'Union européenne, une rencontre au plus haut niveau rassemblant les sociétés civiles des États appliquant encore la peine de mort serait organisée à Paris pour convaincre leurs dirigeants de l'importance et de l'urgence d’abolir la peine capitale. 

À travers le monde, de nombreuses associations mais aussi des individus continuent à se mobiliser pour l’abolition. Cette troisième partie de l’exposition en présente quelques-uns.

 

À découvrir au Panthéon jusqu’au 13 février 2022

Consulter le catalogue de l’exposition (La documentation française, 12 octobre 2021)

 
 
  

 Vidéos

  • Gisèle Halimi revient sur le procès de Bobigny
    Gisèle Halimi revient sur le procès de Bobigny
  • La rénovation du palais de justice de Paris
    La rénovation du palais de justice de Paris
  • L'Hôtel de Bourvallais
    L'Hôtel de Bourvallais
  • La Cour de cassation
    La Cour de cassation
  • Le Parlement de Bourgogne
    Le Parlement de Bourgogne
  • Le palais de justice de Toulouse
    Le palais de justice de Toulouse
  • Il y a 30 ans, l'abolition de la peine de mort : interview de Robert Badinter
    Il y a 30 ans, l'abolition de la peine de mort : interview de Robert Badinter
  • Les symboles de la Justice
    Les symboles de la Justice
  • Exposition "Du Parlement de Normandie au palais de justice de Rouen"
    Exposition "Du Parlement de Normandie au palais de justice de Rouen"
  • De la Monarchie à la IIIème République
    De la Monarchie à la IIIème République
  • Les cycles dans l'histoire constitutionnelle
    Les  cycles dans l'histoire constitutionnelle
  • Les libertés fondamentales
    Les libertés fondamentales
  • Exposition aux Archives nationales : la Révolution à la poursuite du crime
    Exposition aux Archives nationales : la Révolution à la poursuite du crime
  • L'ENM par ceux qui l'ont vécue Témoignages : 1958-2008
    L'ENM par ceux qui l'ont vécue Témoignages : 1958-2008
  • Cinquantenaire de l'ENM, le défi du nombre et de la complexité
    Cinquantenaire de l'ENM, le défi du nombre et de la complexité
  • Le Conseil d?État au Palais Royal
    Le Conseil d?État au Palais Royal
  • L'évolution de la délinquance des mineurs et de la justice pénale des mineurs depuis 1945
    L'évolution de la délinquance des mineurs et de la justice pénale des mineurs depuis 1945

 Radio en ligne

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: introduction à la chronique
Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les instructions
Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les actes d'accusation
Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les défenses
La Justice sous l'Ancien Régime
La Justice révolutionnaire
La justice Napoléonienne
La Justice républicaine
 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Charte Point-Justice | Répertoire des informations publiques | Accessibilité : non conforme |