Ministère de la Justice
 
 

27 août 2013

Histoire et architecture du palais de justice de Toulouse

Série « Patrimoine des juridictions » - Publication n°3

En mars 2008, le nouveau palais de justice de Toulouse ouvrait au public. Focus sur ce lieu ancré dans le présent et témoin de mille ans de justice.

Focus sur cette juridiction et son histoire.

C. Montagné/Ministère de la Justice - Vue extérieure 

 

Une histoire rythmée par les reconstructions

S’appuyant contre le rempart romain du IV siècle, les comtes de Toulouse érigèrent au XI siècle, une imposante forteresse, le château narbonnais, destinée à défendre l’entrée sud de Toulouse.

Lorsqu’à la signature du traité de Meaux en 1229, le comté de Toulouse perdit son indépendance et rejoignit le domaine royal, le château narbonnais devint le « palatio regali castri narbonansi », le palais du roi et de la justice. 

Sur le modèle du Parlement de Paris, Charles VII décida de créer en 1443, par l’édit de Saumur, le Parlement de Toulouse. Ce fût alors le premier parlement de province.                                                                                              

Le Parlement de Toulouse siégea pour la première fois, le 4 juin 1444, dans « la salle neuve » puis déménagea dans la « Grand’Chambre », une fois celle-ci achevée en 1492.

Compte tenu de l’état très dégradé du château narbonnais, Henri II ordonna en 1549 la démolition de la partie ancienne de cet édifice médiéval. Mais ni l’architecte Nicolas Bachelier, qui devait le reconstruire dans le style Rennaissance, ni son successeur n’achevèrent le projet. Aussi, à compter de 1576,  l’espace libéré par la démolition du château fut occupé par des boutiquiers et le parlement se développa de façon anarchique au milieu de ce quartier commerçant.

C. Lacène/Ministère de la Justice - EntréeFace à un tel constat, l’ingénieur François Garipuy présenta en 1778 aux Etats du Languedoc un plan de reconstruction, qui ne prospéra pas en raison de son coût élevé.

C’est finalement au cours de la première partie du XIX siècle  que sera confié à Jean-Pierre Laffon, architecte départemental, la mise en œuvre d’un projet de restauration et d’agrandissement du Palais de justice de Toulouse, qui concernait à la fois la cour d’appel, la cour d’assises et le tribunal de première instance.                        

Les travaux d’extension nécessaires et la volonté de rendre la justice dans de meilleures conditions  ont conduit à élaborer un plan de restructuration en 1994. Au bout de treize ans de travaux, le nouveau palais de justice a ouvert ses portes en mars 2008.

 

Un mélange de styles et d’époques entre passé et présent

Le nouveau bâtiment présente deux grandes façades en verre et en brique rouge, couleur emblématique toulousaine, qui forment un angle occupé par un imposant cylindre, abritant en son sein des salles d’audiences.

C. Montagné/Ministère de la Justice - Assises

        

En pénétrant dans la salle des pas perdus, le visiteur découvre, sous un plafond de verre, un mélange subtil entre l’ancien et le moderne où se mêlent arcades gothiques et colonnes de béton. 

Par cette construction, Pascal Prunet, architecte en chef des Monuments historiques, a eu le souci d'exprimer "la transparence" et la "permanence" de la justice. Il a ainsi placé la « Grand’Chambre », aujourd’hui la première chambre de la cour d’appel, au centre de l’ensemble immobilier. Le plafond de cette salle est orné de 187 caissons finement décorés de fleurs de lys et de solives aux flancs habillés de motifs figurés inscrits en jaune.

Les décors du « salon doré » et du « salon d’Hercule » témoignent également du riche passé de ces lieux.

Mais c’est au sous-sol, que se dressent les vestiges les plus anciens du palais avec une partie du Château narbonnais et l’une des tours romaines. Découverts en 2005, ils ont été mis en valeur dans une crypte de 600 m2 accessible au public.

 

 

Jean-Louis Bec, avocat général et magistrat délégué à l’équipement, témoigne de l’architecture du palais « trait d’union entre l’histoire et la modernité ».

« […] Pièce maîtresse du nouveau palais de justice, la salle des pas perdus s’avère très symbolique.

Marquée d’une certaine solennité, elle exprime tout à la fois la transparence de l’institution judiciaire, ouverte sur la Cité, et l’ancrage du projet dans l’histoire de la ville de Toulouse. […] Englobant les contreforts du XV° siècle de la Grand’Chambre avec ses cinq grandes fenêtres à ogives, cette salle monumentale constitue un extraordinaire trait d’union entre l’ancien Parlement et le Palais de justice du XXI° siècle. Le béton, l’acier et le verre répondent harmonieusement à la brique toulousaine et aux enduits colorés des bâtiments anciens.

Le visiteur qui pénètre dans le palais de justice ne peut qu’être saisi par la luminosité de cet espace, d’ordre, de calme et de sérénité, point de rencontre apaisé des conflits et du tumulte extérieur. […] S’il doit exister un rapport étroit entre l’exercice d’une des principales fonctions régaliennes relevant de la puissance publique et le lieu de son exercice, l’architecture du nouveau palais doit être montrée en exemple.

La Justice a évolué, son architecture en a fait de même, quelques fois avec beaucoup moins de bonheur qu’à Toulouse. A ses fonctions traditionnelles se sont ajoutées de multiples et nouvelles missions d’assistance, d’éducation, d’accueil.

Par souci de rationalité, les bâtiments judiciaires n’auraient-ils pas quelques fois perdu de leur grandeur d’antan… ?

L’architecture du Palais de Justice de Toulouse parvient à exprimer tout à la fois la transparence de la Justice de la République, son accessibilité à tous les justiciables, l’ouverture sur la Cité, et la majesté dont elle n’est pas dépourvue, traduit la prééminence du droit dans une société qui en réclame sans cesse davantage. Enraciné dans un lointain passé, ouvert sur la justice de demain, le nouveau palais rappelle ainsi que depuis plus de 1000 ans la justice continue à être rendue, à Toulouse, en ces mêmes lieux. […] »

Extrait de Petites et grandes histoires de la construction du palais de justice de Toulouse, La documentation française, collection Histoire de la justice, 2012.

 

 
 
  

 Vidéos

  • Gisèle Halimi revient sur le procès de Bobigny
    Gisèle Halimi revient sur le procès de Bobigny
  • La rénovation du palais de justice de Paris
    La rénovation du palais de justice de Paris
  • L'Hôtel de Bourvallais
    L'Hôtel de Bourvallais
  • La Cour de cassation
    La Cour de cassation
  • Le Parlement de Bourgogne
    Le Parlement de Bourgogne
  • Le palais de justice de Toulouse
    Le palais de justice de Toulouse
  • Il y a 30 ans, l'abolition de la peine de mort : interview de Robert Badinter
    Il y a 30 ans, l'abolition de la peine de mort : interview de Robert Badinter
  • Les symboles de la Justice
    Les symboles de la Justice
  • Exposition "Du Parlement de Normandie au palais de justice de Rouen"
    Exposition "Du Parlement de Normandie au palais de justice de Rouen"
  • De la Monarchie à la IIIème République
    De la Monarchie à la IIIème République
  • Les cycles dans l'histoire constitutionnelle
    Les  cycles dans l'histoire constitutionnelle
  • Les libertés fondamentales
    Les libertés fondamentales
  • Exposition aux Archives nationales : la Révolution à la poursuite du crime
    Exposition aux Archives nationales : la Révolution à la poursuite du crime
  • L'ENM par ceux qui l'ont vécue Témoignages : 1958-2008
    L'ENM par ceux qui l'ont vécue Témoignages : 1958-2008
  • Cinquantenaire de l'ENM, le défi du nombre et de la complexité
    Cinquantenaire de l'ENM, le défi du nombre et de la complexité
  • Le Conseil d?État au Palais Royal
    Le Conseil d?État au Palais Royal
  • L'évolution de la délinquance des mineurs et de la justice pénale des mineurs depuis 1945
    L'évolution de la délinquance des mineurs et de la justice pénale des mineurs depuis 1945

 Radio en ligne

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: introduction à la chronique

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les instructions

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les actes d'accusation

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les défenses

La Justice sous l'Ancien Régime

La Justice révolutionnaire

La justice Napoléonienne

La Justice républicaine

 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |