Ministère de la Justice
 
 

28 août 2019

Patrick Henry ou le procès de la peine de mort

Le 30 janvier 1976, le petit Philippe Bertrand, 7 ans, est enlevé à la sortie de son école, à Troyes. Après s’être joué des médias, Patrick Henry avoue l’avoir tué. Il est alors inculpé pour l’enlèvement et le meurtre de l’enfant. Son procès, très attendu, s’ouvre le 18 janvier 1977.

Maîtres Badinter et Bocquillon, seuls contre tous

Palais de Justice d'Evreux ©C. MONTAGNE/DICOM/MJAu lendemain de l’arrestation de Patrick Henry, en février 1976, le journaliste Roger Gicquel résume l’atmosphère qui règne depuis plusieurs semaines dans le pays. « La France a peur », déclare-t-il lors du journal télévisé de 20 heures sur TF1. A cette période, les enlèvements d’enfants font régulièrement la Une de la presse ; sans hésiter, l’opinion excédée réclame vengeance, et la peine de mort pour Patrick Henry.

Personne ne veut défendre l’assassin du petit Philippe Bertrand. Même la classe politique se prononce pour la peine capitale. Michel Poniatowski, alors ministre de l’Intérieur dira : « Si j’étais juré, je me prononcerais pour la peine de mort. »

Près d’un an plus tard, le premier jour du procès, le palais de Justice de Troyes résonne des cris de la foule agitée : « A mort ! A mort Patrick Henry ! »

Unanime, l’opinion publique refuse au meurtrier l’occasion de se racheter. Celui-ci ayant affirmé dans la presse : « le véritable criminel mérite la peine de mort pour s’en être pris à un enfant. »

Maître Bocquillon va être le seul à accepter de défendre Patrick Henry. Persuadé que le procès est perdu d’avance et que son client sera condamné à mort, il décide toutefois de demander l’aide de son confrère, Maître Robert Badinter.

Contre la peine de mort

Pour Robert Badinter, le seul moyen de sauver Patrick Henry de la guillotine est de faire de ce procès, le procès de la peine de mort. Le 20 janvier 1977, alors que l’avocat général réclame la peine capitale, Robert Badinter va réaffirmer sa position pour l’abolition de la peine de mort. La vie étant sacrée, on ne peut attenter à celle-ci, même s’il s’agit de celle du pire des criminels.


Lors d’une plaidoirie d’une heure et demie, il va rappeler l’exécution de Buffet et Bontems, deux criminels qui ont été guillotinés. Il décrit la violence d’une exécution, le bruit de la guillotine qui coupe la tête d’un homme vivant. Il s’adresse directement aux jurés pour les convaincre, tente de leur faire réaliser qu’ils ont, seuls, le droit de vie ou de mort sur un homme : « Vous demeurerez seul avec votre décision. On abolira la peine de mort, et vous resterez seul avec votre verdict, pour toujours. Et vos enfants sauront que vous avez un jour condamné à mort un jeune homme. Et vous verrez leur regard ! »


Il insiste également sur le fait qu’exécuter Patrick Henry n’empêchera pas d’autres criminels de tuer à nouveau et déclare « si vous le coupez en deux, ça ne dissuadera rien ni personne. »

A la fin de la plaidoirie, le jury se retire pour délibérer. Deux heures plus tard, Patrick Henry est déclaré coupable d’enlèvement, de séquestration et de meurtre. Contre toute attente, il ne le condamne pas à mort mais à la réclusion criminelle à perpétuité. Le meurtrier échappe de justesse à la guillotine. « Vous ne le regretterez pas » affirme alors Patrick Henry. Mais dehors la colère gronde. Personne ne comprend le verdict.

Le procès de Patrick Henry a marqué l’histoire du droit et de la justice. Après cette affaire et un combat politique acharné, la peine de mort sera abolie en France le 9 octobre 1981.

Emma Dauvin

 
 
  

 Vidéos

  • Gisèle Halimi revient sur le procès de Bobigny
    Gisèle Halimi revient sur le procès de Bobigny
  • La rénovation du palais de justice de Paris
    La rénovation du palais de justice de Paris
  • L'Hôtel de Bourvallais
    L'Hôtel de Bourvallais
  • La Cour de cassation
    La Cour de cassation
  • Le Parlement de Bourgogne
    Le Parlement de Bourgogne
  • Le palais de justice de Toulouse
    Le palais de justice de Toulouse
  • Il y a 30 ans, l'abolition de la peine de mort : interview de Robert Badinter
    Il y a 30 ans, l'abolition de la peine de mort : interview de Robert Badinter
  • Les symboles de la Justice
    Les symboles de la Justice
  • Exposition "Du Parlement de Normandie au palais de justice de Rouen"
    Exposition "Du Parlement de Normandie au palais de justice de Rouen"
  • De la Monarchie à la IIIème République
    De la Monarchie à la IIIème République
  • Les cycles dans l'histoire constitutionnelle
    Les  cycles dans l'histoire constitutionnelle
  • Les libertés fondamentales
    Les libertés fondamentales
  • Exposition aux Archives nationales : la Révolution à la poursuite du crime
    Exposition aux Archives nationales : la Révolution à la poursuite du crime
  • L'ENM par ceux qui l'ont vécue Témoignages : 1958-2008
    L'ENM par ceux qui l'ont vécue Témoignages : 1958-2008
  • Cinquantenaire de l'ENM, le défi du nombre et de la complexité
    Cinquantenaire de l'ENM, le défi du nombre et de la complexité
  • Le Conseil d?État au Palais Royal
    Le Conseil d?État au Palais Royal
  • L'évolution de la délinquance des mineurs et de la justice pénale des mineurs depuis 1945
    L'évolution de la délinquance des mineurs et de la justice pénale des mineurs depuis 1945

 Radio en ligne

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: introduction à la chronique

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les instructions

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les actes d'accusation

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les défenses

La Justice sous l'Ancien Régime

La Justice révolutionnaire

La justice Napoléonienne

La Justice républicaine

 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |