Ministère de la Justice
 
 

14 août 2020

Les Fleurs du mal ou l’outrage à la morale publique

Le 21 juin 1857 parait le recueil « Les Fleurs du mal » de Charles Baudelaire. La presse, choquée, s’offusque. Le procureur général ordonne la saisie des exemplaires du recueil de poemes .Un mois plus tard, s’ensuivront procès et condamnation. Retours sur les tensions entre littérature et justice sous le Second Empire.

« Outrage à la morale publique et aux bonnes mœurs »

Recueil de poésie moderne, écrits amoureux et surtout récit d’une époque, Les Fleurs du malest jugé comme scandaleux à Paris. Le 20 août 1857 s’ouvre devant la

6ème chambre correctionnelle de la Seine le procès de Charles Baudelaire et de ses éditeurs.

Le réquisitoire est prononcé par Ernest Pinard, qui n’était autre que le procureur général dans le procès intenté au roman de Flaubert Madame Bovary pour les mêmes raisons quelques mois plus tôt. Il accuse la poésie de Baudelaire de manquer «au sens de la pudeur » et en outre de multiplier « les peintures lascives ». Il attaque non seulement le fond, mais aussi la forme.


Pour la défense, Maitre Chaix d’Este d’Ange plaide l’indépendance de l’artiste et la beauté de l’œuvre. Cela ne suffira pas à convaincre la morale de l’époque. Circonstance aggravante, Baudelaire a également une réputation de marginal et se présente devant la Cour dans une tenue négligée

En quelques heures, le recueil est condamné pour « délit d’outrage à la morale publique et aux bonnes mœurs », en raison de « passages ou expressions obscènes et immorales ». Le poète et ses éditeurs sont contraints à payer une amende de 100 francs chacun et de retirer six poèmes du recueil s’ils souhaitent poursuivre sa vente à Paris.

 

Littérature et censure

Dans le contexte social de l’époque, le procès intenté contre Charles Baudelaire est tout à fait banal. Sous le Second Empire la justice engage régulièrement des poursuites contre les  hommes de lettres dont elle juge les écrits immoraux. Pourtant, le XIXème siècle témoigne d’un certain libéralisme, d’une société de loisirs en construction et de mœurs relachées.

Toutefois, l’opinion publique - soutenue par la multiplication des titres de presse - conçoit les écrivains comme suspects. Alors que finalement, à l’image de Flaubert ou de Baudelaire, ils ne font preuve que d’un réalisme frappant et d’une analyse dérangeante de l’époque.

Finalement, plus de cinquante ans après l’abolition de la censure par la Révolution Française, le procès des Fleurs du malravive la question de la liberté d’expression. La presse foisonne et pourtant ne soutient que très peu les écrivains. Au contraire, les journalistes attirent surtout l’attention de la justice sur des écrits considérés comme obscènes.

Baudelaire dira que « le livre doit être jugé dans son ensemble, et alors il en ressort une terrible moralité » et fera appel à ses amis - Aristide Briand ou encore Prosper Mérimée pour l’appuyer dans la presse. Néanmoins, la campagne à son encontre sera virulente. Le procès qui en découlera sera concis, tranché et finalement banal.

Il faudra attendre presque un siècle plus tard pour que la cour de cassation annule la condamnation des Fleurs du malen 1949. 84 ans après la mort de Baudelaire, le recueil connaitra finalement une réédition de son œuvre originale.

 
 
  

 Vidéos

  • Gisèle Halimi revient sur le procès de Bobigny
    Gisèle Halimi revient sur le procès de Bobigny
  • La rénovation du palais de justice de Paris
    La rénovation du palais de justice de Paris
  • L'Hôtel de Bourvallais
    L'Hôtel de Bourvallais
  • La Cour de cassation
    La Cour de cassation
  • Le Parlement de Bourgogne
    Le Parlement de Bourgogne
  • Le palais de justice de Toulouse
    Le palais de justice de Toulouse
  • Il y a 30 ans, l'abolition de la peine de mort : interview de Robert Badinter
    Il y a 30 ans, l'abolition de la peine de mort : interview de Robert Badinter
  • Les symboles de la Justice
    Les symboles de la Justice
  • Exposition "Du Parlement de Normandie au palais de justice de Rouen"
    Exposition "Du Parlement de Normandie au palais de justice de Rouen"
  • De la Monarchie à la IIIème République
    De la Monarchie à la IIIème République
  • Les cycles dans l'histoire constitutionnelle
    Les  cycles dans l'histoire constitutionnelle
  • Les libertés fondamentales
    Les libertés fondamentales
  • Exposition aux Archives nationales : la Révolution à la poursuite du crime
    Exposition aux Archives nationales : la Révolution à la poursuite du crime
  • L'ENM par ceux qui l'ont vécue Témoignages : 1958-2008
    L'ENM par ceux qui l'ont vécue Témoignages : 1958-2008
  • Cinquantenaire de l'ENM, le défi du nombre et de la complexité
    Cinquantenaire de l'ENM, le défi du nombre et de la complexité
  • Le Conseil d?État au Palais Royal
    Le Conseil d?État au Palais Royal
  • L'évolution de la délinquance des mineurs et de la justice pénale des mineurs depuis 1945
    L'évolution de la délinquance des mineurs et de la justice pénale des mineurs depuis 1945

 Radio en ligne

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: introduction à la chronique

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les instructions

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les actes d'accusation

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les défenses

La Justice sous l'Ancien Régime

La Justice révolutionnaire

La justice Napoléonienne

La Justice républicaine

 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |