Ministère de la Justice
 
 

20 juin 2019

Le procès de Kravchenko : une vérité malvenue ?

En 1949, le transfuge soviétique Victor Kravchenko poursuit en diffamation l’hebdomadaire communiste Les Lettres françaises, qui l’accuse de mentir sur les événements décrits dans son livre autobiographique « J’ai choisi la liberté ! ».

Un livre polémique

Tout a commencé avec le livre percutant de Kravchenko apparu sur les étagères des librairies françaises en 1947 « J’ai choisi la liberté ! La vie publique et privée d’un haut fonctionnaire soviétique ». Dans ce récit traitant de sa vie quotidienne, Kravchenko y dénonce la collectivisation, les purges et le goulag en Union soviétique, pays alors célébré pour sa victoire sur Hitler et le nazisme.

Le 13 novembre 1947, l’hebdomadaireLes Lettres françaises, proche du PCF, publie un article à charge « Comment on a fabriqué Kravchenko ». Signé Sim Thomas, le texte est en réalité rédigé par le journaliste réputé André Ullmann, résistant français qui lutta contre les allemands au côté de ses camarades russes. Celui-ci vilipende Victor Kravchenko, le qualifie d’« escroc », de « traitre », d’ « ivrogne », ou encore de « désinformateur » à la solde des services secrets américains. En réaction, Victor Kravchenko porte plainte contre le journal pour diffamation.

 

Un procès politique

Le procès fortement médiatisé débute le 24 janvier 1949 devant la 17echambre du tribunal correctionnel de Paris; chambre spécialisée dans les affaires de presse. D’un côté du prétoire, Kravchenko venu des Etats-Unis avec son avocat Maître George Izard, ex-député socialiste et résistant. De l’autre, Claude Morgan, directeur desLettres françaiseset son rédacteur André Wurmser, défendus par Maîtres Nordmann et Me Blumel, eux aussi anciens résistants et communistes. Le PCF, alors au gouvernement et qui représente 28.6 % des voix, veut défendre à tout prix son prestige fraichement acquis dans la Résistance.  

Le procès dure deux mois, plus de 100 témoins s’expriment. Maître Blumel, ancien avocat de Léon Blum, invite des hommes politiques, des écrivains, des intellectuels, des compagnons de route du PCF – Louis Martin-Chauffier, Roger Garaudy, Fernand Grenier, Pierre Courtade, Emmanuel d'Astier de la Vigerie – ces « témoins de moralité » sont tous convaincus qu’il n’est « pas possible que le marxisme-léninisme engendre les choses qu’il a dépassées ». Les amis et collègues de Kravchenko, son chef général Rudenko et sa première femme Zinaida Gorlova viennent d’URSS pour témoigner contre le « traître ». Le procès est public, la salle comble et de la place d’accusateur, Kravchenko passe très vite à celle de l’accusé.

Un événement crucial

Pourtant, il n’abandonne pas. Orateur passionné, il répond à toutes les attaques. Il appelle à témoigner dix-sept « personnes déplacées », des immigrés torturés par le Commissariat du peuple aux affaires intérieures (NKVD) qu’il a retrouvés en publiant des annonces dans la presse russophone en Occident.

A la barre, témoigne également Margarete Buber-Neumann, la veuve du dirigeant communiste allemand Heinz Neumann, éliminé à Moscou pendant les purges. Arrêtée en 1933 et envoyée au Goulag en Sibérie, elle a été déportée à Ravensbrück en Allemagne en 1937. Celle qui a miraculeusement échappé à la mort raconte son histoire bouleversante devant la Cour et les conditions de détention terribles des camps soviétiques. Après l’avoir écoutée Simone de Beauvoir s’exclame : « Depuis que j’ai entendu cette allemande, je crois ! Je crois que Kravchenko dit la vérité sur tout.»

 

Un procès gagné, mais une cause perdue ?

Le 4 avril 1949 la Cour annonce le verdict et accorde à Kravchenko à titre de dommages et intérêts 150 000 francs, et condamne Claude Morgan et André Wurmser à 5000 francs d'amende chacun.

Ce procès historique va être utilisé ensuite comme tribune politique par les deux blocs, antisoviétiques et communistes. Au lendemain de la Seconde guerre mondiale, à l’heure des premières tensions du début de la guerre froide, il sert à remobiliser le PCF. L’URSS, berceau du communisme, sort ainsi indemne du procès et continue à incarner « une idée de la révolution » et « un élément du nouvel équilibre mondial » face à l’impérialisme américain selon Louis Bodin1.

La dernière déclaration de Victor Kravchenko est clairvoyante : « Le tyran Hitler est mort et après sa mort on a tout su, le tyran Staline mourra et on saura tout ». En 1956, les crimes contre l'humanité commis par le régime totalitaire sont révélés partiellement par Khrouchtchev lors du 20ièmecongrès du parti communiste, puis dans toute leur ampleur lors de l’effondrement de l’Union Soviétique assurant à ce procès, une place dans la mémoire collective.

 

1. Bodin Louis. Autour de Kravchenko. Relectures. In: Politix, vol. 5, n°18, Deuxième trimestre 1992. Back in the USSR - Représentations de l'Union soviétique, sous la direction de Loïc Blondiaux et Sylvie Gillet. pp. 129-136.

 

Aliya Aysina

M2/Institut Français de Presse

 

 
 
  

 Vidéos

  • Gisèle Halimi revient sur le procès de Bobigny
    Gisèle Halimi revient sur le procès de Bobigny
  • La rénovation du palais de justice de Paris
    La rénovation du palais de justice de Paris
  • L'Hôtel de Bourvallais
    L'Hôtel de Bourvallais
  • La Cour de cassation
    La Cour de cassation
  • Le Parlement de Bourgogne
    Le Parlement de Bourgogne
  • Le palais de justice de Toulouse
    Le palais de justice de Toulouse
  • Il y a 30 ans, l'abolition de la peine de mort : interview de Robert Badinter
    Il y a 30 ans, l'abolition de la peine de mort : interview de Robert Badinter
  • Les symboles de la Justice
    Les symboles de la Justice
  • Exposition "Du Parlement de Normandie au palais de justice de Rouen"
    Exposition "Du Parlement de Normandie au palais de justice de Rouen"
  • De la Monarchie à la IIIème République
    De la Monarchie à la IIIème République
  • Les cycles dans l'histoire constitutionnelle
    Les  cycles dans l'histoire constitutionnelle
  • Les libertés fondamentales
    Les libertés fondamentales
  • Exposition aux Archives nationales : la Révolution à la poursuite du crime
    Exposition aux Archives nationales : la Révolution à la poursuite du crime
  • L'ENM par ceux qui l'ont vécue Témoignages : 1958-2008
    L'ENM par ceux qui l'ont vécue Témoignages : 1958-2008
  • Cinquantenaire de l'ENM, le défi du nombre et de la complexité
    Cinquantenaire de l'ENM, le défi du nombre et de la complexité
  • Le Conseil d?État au Palais Royal
    Le Conseil d?État au Palais Royal
  • L'évolution de la délinquance des mineurs et de la justice pénale des mineurs depuis 1945
    L'évolution de la délinquance des mineurs et de la justice pénale des mineurs depuis 1945

 Radio en ligne

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: introduction à la chronique

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les instructions

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les actes d'accusation

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les défenses

La Justice sous l'Ancien Régime

La Justice révolutionnaire

La justice Napoléonienne

La Justice républicaine

 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |