06 mai 2021

Le mètre-étalon de la place Vendôme restauré et réinstallé

Ce témoignage révolutionnaire exceptionnel est de nouveau visible sur la façade de l'Hôtel de Bourvallais

La restauration des façades de l'Hôtel de Bourvallais, achevée en mars, a également été l'occasion de remettre en valeur un morceau de marbre d'apparence insignifiante mais d'une grande importance historique : il s'agit d'un des deux mètres-étalons parisiens issus d'une série de seize mètres en marbre réalisés à l'époque révolutionnaire. En voici l'histoire.

Le mètre-étalon, à nouveau visible après restauration sur la façade de l'Hôtel de Bourvallais ©DR

Souhaitant rompre avec le système précédant très hétérogène, et suivant le rapport des savants de l’Académie des Sciences, l’Assemblée Constituante institue le 26 mars 1791 le mètre comme système de base des mesures. Puisé dans les mesures naturelles, le mètre correspond alors à une portion du méridien terrestre : la 10 000 000 e partie d'une moitié de ce méridien. L’adoption de ce système uniforme et à vocation universelle ne se fait pas sans rencontrer de difficultés tant les particularismes locaux demeure vivaces. Ainsi la persistance dans le vocabulaire de mesures anciennes comme la livre témoigne bien de ces résistances.  

« Assez apparents pour attirer la curiosité »

Une couturière compare son mètre à celui de la place Vendôme. Photographie parue dans l'Effort Algérien, n°364, 21 juin 1935Afin de diffuser la connaissance et faciliter l’adoption de ce nouveau système métrique, l’Agence temporaire des poids et mesures [1], chargée de son application, commande la réalisation de 16 mètres en marbre afin de les placer aux endroits de passages à Paris : « Nous avons pensé qu'il fallait mettre en quelque sorte les uns et les autres dans l'impossibilité de se refuser à la connaissance de ces nouvelles mesures, et rien ne nous a paru plus propre à remplir cet objet que de les placer sous les yeux de tous les citoyens (…). Nous croyons pour cela qu'il conviendrait de placer dans les lieux les plus fréquentés de Paris quelques monuments, peu considérables, mais cependant assez apparents pour attirer la curiosité (…) sur la base desquels serait fixé ou simplement tracé un mètre, ainsi que l'indication de ses rapports avec les anciennes mesures » [2]. Ces mètres sont donc plutôt à considérer comme des dispositifs pédagogiques plus que comme de véritables étalons servant de preuves matérielles de l’exactitude d’une mesure. En 1799, un mètre étalon de platine est déposé aux Archives nationales pour, lui, servir de référence usuelle et légale aux mesures. 

Le projet est confié au célèbre architecte Jean-François Chalgrin (1739-1811). Celui-ci envoie, le 2e jour complémentaire an III (18 septembre 1795), à la Commission des Travaux publics chargé du suivi, le dessin des tables de marbres, le devis de son estimation et le tableau des emplacements retenus par l’Agence temporaire (lire encadré). Un seul mètre de marbre est resté à son emplacement d’origine, celui du Luxembourg, actuellement situé 36, rue de Vaugirard [3].La réalisation de ces « monuments », dans des blocs de marbre de Marly, est acceptée et confiée au sculpteur-marbrier Corbel fils pour la somme de 1802 livres, 10 sous. Le devis précise qu’une fois sculptées, les plaques de marbres seront « gravées et noircies » et accompagnées de « deux bouts en fer ». Les travaux débutés en février 1796 sont achevés en mai 1799.

Le mystère de l'arrivée place Vendôme

"Petites énigmes parisiennes", article paru dans L'intransigeant, 27 novembre1924, n°16185, p.1. En 1924, on a oublié l'origine du mètreLe mètre actuel présent sur la façade de l’hôtel de Bourvallais n’est donc pas à son emplacement d’origine, puisque la Place Vendôme n’apparait pas dans la liste des sites retenus par l’agence des poids et mesures. On ignore son emplacement d’origine. Peut-être s’agit-il de celui du Palais de Justice installé par la suite au Ministère par rapprochement de fonctions. 

On ignore également à quelle date celui-ci a été déplacé vers la place Vendôme. La date de 1848 est souvent rapportée, sans que nous ayons pu en retrouver la source ni la preuve. Le mètre est cependant déjà présent en 1898 car il mentionné dans un article de presse, ironique quant à sa précision : « Il est clair que si nous ne possédions pas d’autre étalon que le mètre de marbre à coins de bronze, qui a été placé, place Vendôme, à portée des passants, sur une corniche de la façade du Ministère de la Justice, nous aurions a constater bientôt de singulières différences entre les divers mètres qui serait construit d’après ce modèle » [4]. Sa présence est également attestée par les nombreuses cartes postales éditées à la fin du XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle  [Photo 4].

Paris, Ministère de la Justice, Carte postale ancienne, début du XXème siècle (?), site de vente en ligne : on voit nettement le mètre étalon installé sur un piédroit du corps centralCes photographies permettent de constater que le mètre a également changé d’emplacement au niveau de la façade. D’abord placé au niveau du 2e piédroit du corps central de l’hôtel au-dessus de la première ligne de refends, il a été déplacé, à une date inconnue, en dessous de la fenêtre à gauche du portail d’entrée – emplacement qu’il occupait toujours avant les travaux de restauration de la façade. Une photographie parue dans la presse en 1935 [Photo 2] nous montre que le mètre occupait encore à cette date son premier emplacement, avec une corniche de couronnement lui donnant un aspect proche du dessin de Chalgrin, et qui avait disparu dans la période récente. C’est cet aspect d’origine que viennent de lui rendre, en le dotant à nouveau d’un couronnement et le réinstallant à son emplacement premier, les travaux de restauration conduits par le Bureau de l'immobilier judiciaire parisien et de l'administration centrale (Secrétariat général, service de l'immobilier), en lien avec la mission du patrimoine mobilier. Remis en valeur et accompagné d’un dispositif de médiation, le mètre-étalon de l’Hôtel de Bourvallais, objet pédagogique de la période révolutionnaire, est prêt à rencontrer à nouveau le regard et la curiosité des passants.

 

 

 

Réinstallé à son emplacement primitif, le mètre a également retrouvé une corniche de couronnement Photo DR

 

 

Les seize emplacements d’origine des mètres de Chalgrin


Liste des emplacements retenus en 1795 par l’Agence temporaire des poids et mesures :

  • Les jardins du  « Palais National », actuel jardin des Tuileries
  • Le Luxembourg
  • Le Palais de Justice
  • L’entrée du Palais-Égalité, actuel Palais-Royal
  • La Porte Saint-Antoine
  • La Porte Saint-Martin.
  • La Porte Saint-Denis
  • La Poste aux Lettres
  • La Place Maubert
  • Rue Saint-Denis, près la rue aux Ours
  • Le Jardin des Plantes
  • La Bibliothèque Nationale
  • Boulevard des Italiens
  • Le Pont-Neuf
  • La place de Grève, actuelle place de l’Hôtel-de-Ville
  • A l’entrée de la Galerie des Tableaux, actuel Musée du Louvre

 



[1] L’agence temporaire des poids et mesures et l’ancêtre de l’actuel Bureau international des poids et mesures (BIMP) aujourd’hui installé dans le pavillon de Breteuil dans le parc de Saint-Cloud. 

[2] Lettre de l'Agence temporaire des Poids et Mesures à la Commission des Travaux publics, le 14 thermidor An III (1er août 1795), Archives nationales, F/13/965

[3] Un autre mètre de marbre, sans provenance, est aujourd’hui conservé à la Mairie de Croissy (Yvelines)

[4] Frollo, Jean, « Le mètre étalon » in Le Petit Parisien, N°7857, 2 mai 1898

 

 
 
  

 Vidéos

  • Gisèle Halimi revient sur le procès de Bobigny
    Gisèle Halimi revient sur le procès de Bobigny
  • La rénovation du palais de justice de Paris
    La rénovation du palais de justice de Paris
  • L'Hôtel de Bourvallais
    L'Hôtel de Bourvallais
  • La Cour de cassation
    La Cour de cassation
  • Le Parlement de Bourgogne
    Le Parlement de Bourgogne
  • Le palais de justice de Toulouse
    Le palais de justice de Toulouse
  • Il y a 30 ans, l'abolition de la peine de mort : interview de Robert Badinter
    Il y a 30 ans, l'abolition de la peine de mort : interview de Robert Badinter
  • Les symboles de la Justice
    Les symboles de la Justice
  • Exposition "Du Parlement de Normandie au palais de justice de Rouen"
    Exposition "Du Parlement de Normandie au palais de justice de Rouen"
  • De la Monarchie à la IIIème République
    De la Monarchie à la IIIème République
  • Les cycles dans l'histoire constitutionnelle
    Les  cycles dans l'histoire constitutionnelle
  • Les libertés fondamentales
    Les libertés fondamentales
  • Exposition aux Archives nationales : la Révolution à la poursuite du crime
    Exposition aux Archives nationales : la Révolution à la poursuite du crime
  • L'ENM par ceux qui l'ont vécue Témoignages : 1958-2008
    L'ENM par ceux qui l'ont vécue Témoignages : 1958-2008
  • Cinquantenaire de l'ENM, le défi du nombre et de la complexité
    Cinquantenaire de l'ENM, le défi du nombre et de la complexité
  • Le Conseil d?État au Palais Royal
    Le Conseil d?État au Palais Royal
  • L'évolution de la délinquance des mineurs et de la justice pénale des mineurs depuis 1945
    L'évolution de la délinquance des mineurs et de la justice pénale des mineurs depuis 1945

 Radio en ligne

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: introduction à la chronique
Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les instructions
Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les actes d'accusation
Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les défenses
La Justice sous l'Ancien Régime
La Justice révolutionnaire
La justice Napoléonienne
La Justice républicaine
 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Accessibilité : non conforme |