Ministère de la Justice
 
 

30 juillet 2019

S comme street art

Le statut juridique du street art en France

De nombreuses interrogations sont régulièrement soulevées quant au statut juridique de l’art urbain. Comment estimer qu’une œuvre d’art urbaine puisse être légale ou au contraire illicite ? Reconnu comme un véritable mouvement artistique, beaucoup souhaitent le défendre et l’encourager.

L’art urbain est un mouvement artistique contemporain. Il s'apparente à toute œuvre d’art produite dans un espace public, généralement de façon spontanée , telles que les graffitis sauvages sur les murs des immeubles ou les créations du célèbre artiste Banksy. Aucun cadre juridique ne lui est spécifiquement dédié. Pas même la règlementation sur l'affichage urbain et son célèbre "défense d'afficher, loi du 29 juillet 1881". Protégé par la liberté d'expression ou la propriété intellectuelle, cet art au sens « street » est pourtant pénalement répréhensible.

Opération Art'Urbain initiée dans le cadre du Contrat de Ville de Lunéville. Jeunes suivis par la PJJ peignant une fresque sur deux pans de murs d'une maison de quartier (surface 100 m2). Horizontal. -  Crédits : MJ/CAE-Nancy-Justice

Art urbain et liberté d’expression

Les œuvres d’art urbain sont généralement de véritables terrains d’expression au-delà de leur caractère esthétique. des artistes comme Banksy, s’en servent ainsi pour dénoncer l’inhumanité dans le monde entier, ou Invader qui agit contre l’invasion du numérique dans nos vies. Leurs œuvres sont ainsi indissociables du droit à la liberté d’expression garanti par l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948. Liberté fondamentale en France, tout individu a le droit de répandre ses idées « par quelque moyen d'expression que ce soit ». L’artiste pourrait donc s’exprimer  sans se voir inquiété pour ses oeuvres.

Néanmoins, tout n’est pas permis: message à caractère xénophobe, pornographique, diffamatoire, ou pouvant porter atteinte à la dignité humaine. Au regard de l’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, tout « abus de cette liberté » doit être sanctionné.

 

Art urbain et propriété intellectuelle

Une œuvre d’art appartient à son artiste. Le simple fait qu’elle soit publique ne change rien à ce principe. Selon l’article L.112-1 du Code de la propriété intellectuelle, le droit d’auteur s’applique à « toutes œuvres de l’esprit, quels qu’en soient le genre, la forme d’expression, le mérite ou la destination ».Conformément à cette définition, les auteurs d’œuvres d'art urbain bénéficient de toutes les protections induites concernant les droits moraux et patrimoniaux.

Il est important de préciser que ces règles s’appliquent aussi à l'artiste, il doit les respecter pour réaliser son œuvre. Par exemple, il ne peut pas reprendre un dessin de "Superman" si les détenteurs des droits ne l’y ont pas autorisé. Si tel est le cas, il pourra être poursuivi, ou même voir son œuvre détruite. Avant de laisser parler sa créativité, l’artiste doit donc s’assurer qu’il rentre dans le cadre légal.

 

Art urbain et respect du Code pénal

L’un des derniers problèmes récurrents de l’art urbain est l’illégalité de l’emplacement d’une œuvre. Si la majorité des artistes demandent des autorisations aux propriétaires et sont même souvent encouragés par les municipalités dans leur création, il existe pourtant de nombreux débordements. C’est le cas des graffitis et des tags illégaux.

Selon l’article 322-1 du Code pénal, « la destruction, la dégradation ou la détérioration d’un bien appartenant à autrui » doit être réprimée, tout comme « le fait de tracer des inscriptions, des signes ou des dessins, sans autorisation préalable, sur les façades, les véhicules, les voies publiques ou le mobilier urbain ». La SNCF a par exemple fait condamner l’artiste Monsieur Chat en 2016 pour un dessin éphémère qu’il avait dessiné dans une gare. La limite de la légalité avait été ici franchie puisqu’il n’avait obtenu aucun accord de l’entreprise.

Les limites de l’art urbain sont donc nombreuses et plurielles. Mais aujourd’hui, l’art urbain est un art reconnu. Certaines œuvres deviennent de véritables attractions populaires, conduisant à un tourisme spécifique via des parcours dans certaines municipalités.

Mais aujourd'hui, le « street » art doit s'intégrer juridiquement au risque, peut etre, d'une perte de sens.

 

Céline Gentilhomme, M2/IFP

 
 
  

 Vidéos

  • Gisèle Halimi revient sur le procès de Bobigny
    Gisèle Halimi revient sur le procès de Bobigny
  • La rénovation du palais de justice de Paris
    La rénovation du palais de justice de Paris
  • L'Hôtel de Bourvallais
    L'Hôtel de Bourvallais
  • La Cour de cassation
    La Cour de cassation
  • Le Parlement de Bourgogne
    Le Parlement de Bourgogne
  • Le palais de justice de Toulouse
    Le palais de justice de Toulouse
  • Il y a 30 ans, l'abolition de la peine de mort : interview de Robert Badinter
    Il y a 30 ans, l'abolition de la peine de mort : interview de Robert Badinter
  • Les symboles de la Justice
    Les symboles de la Justice
  • Exposition "Du Parlement de Normandie au palais de justice de Rouen"
    Exposition "Du Parlement de Normandie au palais de justice de Rouen"
  • De la Monarchie à la IIIème République
    De la Monarchie à la IIIème République
  • Les cycles dans l'histoire constitutionnelle
    Les  cycles dans l'histoire constitutionnelle
  • Les libertés fondamentales
    Les libertés fondamentales
  • Exposition aux Archives nationales : la Révolution à la poursuite du crime
    Exposition aux Archives nationales : la Révolution à la poursuite du crime
  • L'ENM par ceux qui l'ont vécue Témoignages : 1958-2008
    L'ENM par ceux qui l'ont vécue Témoignages : 1958-2008
  • Cinquantenaire de l'ENM, le défi du nombre et de la complexité
    Cinquantenaire de l'ENM, le défi du nombre et de la complexité
  • Le Conseil d?État au Palais Royal
    Le Conseil d?État au Palais Royal
  • L'évolution de la délinquance des mineurs et de la justice pénale des mineurs depuis 1945
    L'évolution de la délinquance des mineurs et de la justice pénale des mineurs depuis 1945

 Radio en ligne

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: introduction à la chronique

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les instructions

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les actes d'accusation

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les défenses

La Justice sous l'Ancien Régime

La Justice révolutionnaire

La justice Napoléonienne

La Justice républicaine

 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |