Ministère de la Justice
 
 

10 octobre 2013

L’Equithérapie en milieu carcéral

Une expérience réussie à la maison centrale d’Arles

Le 16 septembre dernier, la Fondation de France a remis un prix à l’association Hugo B, pour son intervention d’équithérapie à la maison centrale d’Arles, menée en partenariat avec l’administration pénitentiaire.
Thierry Boissin, psychologue intervenant au sein de l'association, revient sur l’organisation de cette activité en détention et sur son impact auprès des personnes détenues.

1-Quelle est la mission de votre association ?

crédit photo maison centrale ArlesL’association Hugo B a pour objectif de faciliter la réhabilitation psychosociale des personnes en difficulté.

A la suite d’un cursus universitaire en psychologie sociale, j’ai travaillé pour diverses organisations publiques et privées. Lors d’un accident de sport, mon fils Hugo est décédé et les chevaux m’ont aidé à me reconstruire. J’ai alors orienté mon parcours professionnel vers la médiation animale en créant une association en sa mémoire. En parallèle, j’ai repris une formation en santé publique en milieu pénitentiaire.

J’ai découvert l’administration pénitentiaire et ses acteurs lors de l’animation de séminaire en cohésion d’équipe pour la direction interrégionale des services pénitentiaires (DISP) PACA-Corse. Un projet de médiation animale auprès des personnes détenues est né lors d’une discussion avec la direction de l’établissement de la maison centrale d’Arles.

En octobre 2010, nous avons organisé deux sessions tests. Aujourd’hui, nous organisons de 10 à 12 séances par an à la maison centrale d’Arles et 6 à 9 séances au centre de détention de Tarascon.

Un tel projet n’aurait pas pu être mis en œuvre sans une équipe pénitentiaire au sens large, de la direction aux personnels de surveillance. Nous nous appuyons également sur nos partenaires : la DISP PACA Corse, le conseil régional PACA et la Fondation A et P Sommer.

2-En quoi consiste l’équithérapie en milieu carcéral ?                

Il ne s’agit pas de faire du cheval, mais de mettre la personne détenue face à ses émotions : la peur, la frustration, la colère peuvent être maîtrisées si on sait comment travailler avec elles. Lors des séances, je travaille avec la personne détenue sur les émotions cachées afin qu’elle utilise activement sa détention pour sa réinsertion.

En maison centrale, les personnes détenues purgent de longues peines et perdent la notion du temps. On perçoit aussi un appauvrissement de leur environnement sensoriel, un retrait social et émotionnel, une altération des facultés de compréhension et de jugement et une faible estime de soi.

L’équithérapie favorise l’acceptation d’autrui. Elle permet aussi de réfléchir sur ses points de fragilité (la colère, la violence, le repli sur soi) et de se libérer des pulsions destructives afin de prévenir les risques suicidaires. Enfin elle permet de retrouver des repères sociaux et d’exprimer ses émotions sur un mode adapté.

La médiation équine ou animale en milieu carcéral permet donc de contribuer à la réinsertion sociale, afin de prévenir la récidive et d’éviter les sorties sèches.

3- Comment se déroule une séance ?

Tout d’abord, une rencontre individuelle a lieu en détention avec le futur stagiaire où Crédit photo maison centrale d'Arlesje vise à développer sa motivation au changement. C’est ensuite à la personne détenue de mettre en œuvre les actions et d’ainsi se responsabiliser pour aller vers sa réhabilitation.

A la suite de cette rencontre, j’organise une présentation collective avec 4 stagiaires qui découvrent l’activité accompagnés de détenus facilitateurs qui eux ont déjà participé à l’activité, sont formés et interviennent en soutien sur la journée.

La séance collective dure 2 heures et est basée sur la confiance et le respect.

La journée est composée de différentes phases :

  • le petit déjeuner où ils découvrent les chevaux et les autres participants,
  • l’installation du rond de longe pour faire évoluer le cheval,
  • une découverte du cheval à pied dans le rond où l’animal est laissé en liberté. La personne détenue doit partager l’espace avec le cheval et gérer ses réactions ainsi que ses propres émotions,
  • après un temps d’échange lors d’un déjeuner, les exercices de l’après-midi sont réalisés en binôme (détenu-surveillant ou deux détenus, stagiaire et facilitateur),
  • en fin d’après-midi, nous organisons un débriefing pour mener collectivement une réflexion sur la journée, afin de lui donner du sens et de la cohérence.

Cette journée est très riche au niveau émotionnel, mon rôle est de venir en soutien moral.

Puis sous un délai de 6 à 10 jours, j’organise une restitution individuelle avec chaque participant. J’utilise les photographies et films de la journée pour favoriser l’accompagnement par la verbalisation de l’expérience vécue en posant le cadre d’une parole et d’une écoute.

Je remets un carton à la personne avec mon propre ressenti et nous échangeons librement. Pour favoriser les liens familiaux, je donne à la personne détenue des photographies de la journée qu’il remet généralement à sa famille. Une personne détenue m’a confié un jour : «J’ai enfin quelque chose à dire au parloir. Après 12 ans de prison, je les écoute, mais je ne pouvais pas raconter grand-chose».

4- Quelle est la réaction des personnes détenues au contact des chevaux ?

À ce jour, nous avons eu la participation de 106 personnes détenues soit plus de 90 % de l’effectif de la maison centrale d’Arles.

Lors de chaque séance, nous donnons une feuille d’évaluation pour que les personnes détenues puissent parler librement sous anonymat de cette expérience.
Voici quelques réactions :

  • «Je réalise tout ce que je perds en prison, cette journée, c’était comme avant en famille».
  • «J’ai honte, il faut m’aider. C’est la première fois que je parle de mes actes en huit ans. J’en avais besoin».
  • «Je me suis évadé avec  les chevaux, comme si  un poids sortait de moi».

Cette activité permet d’envisager un travail de fond avec la personne détenue, mais aussi de développer des rapports interpersonnels  avec les surveillants.

 

Crédit photo maison centrale d'Arles

 

La riche expérience de la maison centrale d’Arles et du centre de détention de Tarascon peut se développer en milieu carcéral. Nous avons d’ailleurs présenté notre travail à l’école nationale d’administration pénitentiaire (ENAP) auprès des futursdirecteurs d’établissement. Ils ont été très curieux, attentifs et motivés par cette initiative.

Par ailleurs, le prix reçu de la Fondation de France va permettre la mise en place dès 2014 d'un nouveau module. Les participants pourront ainsi monter à cheval au sein de l'établissement et passer l'examen du "Galop 1".

 

>> Lire l'article :"la médiation animale en détention"
>> Lire les autres actualités de l'administration pénitentiaire

 
 
  

 Vidéos

  • Défilé du 14 juillet : accueil des personnels pénitentiaires à la Chancellerie
    Défilé du 14 juillet : accueil des personnels pénitentiaires à la Chancellerie
  • Prestation de serment des surveillants pénitentaires stagiaires
    Prestation de serment des surveillants pénitentaires stagiaires
  • Bilan des recherches foncières pour le plan encellulement individuel
    Bilan des recherches foncières pour le plan encellulement individuel
  • Défilé du 14 juillet : accueil des personnels pénitentiaires à la Chancellerie
    Défilé du 14 juillet : accueil des personnels pénitentiaires à la Chancellerie
  • Défilé du 14 juillet 2016, première participation de l'administration pénitentiaire
    Défilé du 14 juillet 2016, première participation de l'administration pénitentiaire
  • Témoignage d'Oksana Bakaeva Zhuk, élève lieutenant pénitentiaire qui défilera le 14 juillet
    Témoignage d'Oksana Bakaeva Zhuk, élève lieutenant pénitentiaire qui défilera le 14 juillet
  • Jean-Jacques Urvoas assiste à la répétition du défilé du 14 juillet à Satory
    Jean-Jacques Urvoas assiste à la répétition du défilé du 14 juillet à Satory
  • Personnels pénitentaires : Répétition du défilé du 14 juillet à Satory
    Personnels pénitentaires : Répétition du défilé du 14 juillet à Satory
  • Le défilé du 14 juillet 2014 des personnels de l'administration pénitentiaire
    Le défilé du 14 juillet 2014 des personnels de l'administration pénitentiaire
  • Visite de la maison d'arrêt Le Mans - Les Croisettes
    Visite de la maison d'arrêt Le Mans - Les Croisettes
  • L'ÉNAP défile le 14 juillet à Agen
    L'ÉNAP défile le 14 juillet à Agen
  • Témoignage d'un tigiste
    Témoignage d'un tigiste
  • L'Orchestre National de Lille à la maison d'arrêt de Sequedin
    L'Orchestre National de Lille à la maison d'arrêt de Sequedin
  • Bracelet électronique, une alternative à l'incarcération
    Bracelet électronique,  une alternative à l'incarcération
  • Le SPIP de Paris, un acteur de la réinsertion
    Le SPIP de Paris, un acteur de la réinsertion
  • Travail et formation professionnelle en détention
    Travail et formation professionnelle en détention
  • Le PSEM : une autre façon d'accomplir une peine privative de liberté
    Le PSEM : une autre façon d'accomplir une peine privative de liberté
  • Stage de citoyenneté : récit filmé d'une expérience collective
    Stage de citoyenneté : récit filmé d'une expérience collective
  • SEP RIEP 2° version
    SEP RIEP 2° version
  • Tour de France cycliste pénitentiaire : ils l'ont fait !
    Tour de France cycliste pénitentiaire : ils l'ont fait !
  • Le BEX, un poste avancé de l'exécution des peines
    Le BEX, un poste avancé de l'exécution des peines
  • Jean-Olivier Viout, président du comité d'orientation restreint sur le parcours de mobilisation
    Jean-Olivier Viout, président du comité d'orientation restreint sur le parcours de mobilisation
  • SEP Salon des maires
    SEP Salon des maires
  • École nationale d'administration pénitentiaire : des métiers à découvrir
    École nationale d'administration pénitentiaire : des métiers à découvrir
  • Tour de France cycliste pénitentiaire : étape Muret-Agen
    Tour de France cycliste pénitentiaire : étape Muret-Agen
  • Tour de france cycliste pénitentiaire : étape Privas - Le Pontet
    Tour de france cycliste pénitentiaire : étape Privas - Le Pontet
  • Le départ du Tour de France cycliste pénitentiaire
    Le départ du Tour de France cycliste pénitentiaire
  • Ensemble, c'est le Tour - Tour de France cycliste pénitentiaire
    Ensemble, c'est le Tour - Tour de France cycliste pénitentiaire
  • La réinsertion par le travail : le point de vue des détenus
    La réinsertion par le travail : le point de vue des détenus
  • Interview de Jean-Olivier Viout, président du comité d'orientation restreint sur les droit des détenus
    Interview de Jean-Olivier Viout, président du comité d'orientation restreint sur les droit des détenus
  • Point presse d'André Ride, Inspecteur Général des Services Judiciaires
    Point presse d'André Ride, Inspecteur Général des Services Judiciaires
  • Le travail d'intérêt général, une sanction utile au condamné et à la société
    Le travail d'intérêt général, une sanction utile au condamné et à la société
  • L'entraînement pour le Tour de france cycliste pénitentiaire
    L'entraînement pour le Tour de france cycliste pénitentiaire
  • Interview de Jean-Olivier Viout, président du comité d'orientation restreint sur l'amménagement des peines
    Interview de Jean-Olivier Viout, président du comité d'orientation restreint sur l'amménagement des peines
 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques |