Ministère de la Justice
 

 

14 novembre 2014

Les structures pénitentiaires

191 établissements pénitentiaires et 103 services pénitentiaires d'insertion et de probation

Les structures pénitentiaires

>> Voir la carte des structures de l'administration pénitentiaire (MAJ septembre 2014)
Les directions interrégionales

Les neuf directions interrégionales et la mission des départements et territoires d'outre-mer animent, contrôlent et coordonnent l'activité des établissements pénitentiaires et des services pénitentiaires d'insertion et de probation placés sous leur autorité.

Les établissements pénitentiaires

> Consulter la page de présentation de chaque prison

Il existe plusieurs types d’établissements pénitentiaires, ou prisons, selon le régime de détention et les catégories de condamnation.

Les 191 établissements (dont 51 à gestion déléguée) sont classés en deux grandes catégories : maisons d’arrêt et établissements pour peine.

terrain de sport

Les maisons d’arrêt

Au nombre de 98, elles reçoivent les personnes prévenues en détention provisoire (personnes détenues en attente de jugement ou dont la condamnation n’est pas définitive) ainsi que les personnes condamnées dont la peine ou le reliquat de peine n’excède pas deux ans.

Les établissements pour peine

Au nombre de 85, ils sont divisés en maisons centrales (6), centres de détention (25),centres de semi-liberté (11), en fonction du type de population pénale qu’ils accueillent. Les centres pénitentiaires (43), établissements mixtes, comprennent au moins deux quartiers différents (maison d’arrêt, centre de détention et/ou maison centrale). On compte 6 établissements pénitentiaires pour mineurs et 1 établissement public de santé national de Fresnes (EPSNF)

 

Roanne

Les maisons centrales accueillent les personnes détenues condamnées à une longue peine et/ou présentant des risques. Le régime de détention de ces prisons est essentiellement axé sur la sécurité.

Les centres de détention accueillent des personnes détenues condamnées à une peine supérieure à deux ans et qui présentent les meilleures perspectives de réinsertion sociale. A ce titre, les centres de détention ont un régime de détention principalement orienté vers la resocialisation des personnes détenues.

Les centre de semi-liberté reçoivent des personnes condamnées admises au régime du placement extérieur ou de la semi-liberté. La personne condamnée détenue peut s’absenter de l’établissement durant la journée pour exercer une activité professionnelle, suivre un enseignement ou une formation, bénéficier d’un traitement médical ou s’investir dans tout autre projet d’insertion ou de réinsertion de nature à prévenir les risques de récidive.

Les quartiers centres pour peines aménagées peuvent recevoir les personnes condamnées bénéficiant d’une mesure de semi-liberté ou d’un placement à l’extérieur ainsi que les personnes condamnées dont le reliquat de peine est inférieur à un an, afin de leur permettre de concrétiser un projet de réinsertion.

Les services pénitentiaires d’insertion et de probation (SPIP)

> Consulter la page de présentation de chaque SPIP

Le service pénitentiaire d’insertion et de probation est un service à compétence départementale. Il intervient  à la fois en milieu ouvert et en milieu fermé, auprès des personnes incarcérées (prévenues ou condamnées) et sur saisine des autorités judiciaires pour les mesures alternatives aux poursuites, présentencielles et postsentencielles.

La mission essentielle des SPIP est la prévention de la récidive à travers :

-          l’aide à la décision judiciaire et l’individualisation des peines

-          la lutte contre la désocialisation

-          la (ré)insertion des personnes placées sous main de justice

-          le suivi et le contrôle de leurs obligations.

Il existe 103 SPIP.

>> Voir les chiffres clés 2013

 
 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques |