Ministère de la Justice
 
 

30 janvier 2015

Simplifier, clarifier et moderniser le droit

« Faciliter la vie quotidienne des Français et leurs relations avec l'administration ». Tel est l’objectif de la loi n°2015-177 parue le 17 février 2015. Elle habilite le Gouvernement à prendre, par ordonnances, des mesures de simplification dans les domaines de la justice et des affaires intérieures.

Voici un résumé des principales dispositions du projet de loi relatif à la modernisation et à la simplification du droit et des procédures adopté par le Parlement :

● L'allègement du contrôle du juge des tutelles lorsqu’un des deux parents de l’enfant mineur est décédé ou se trouve privé de l’exercice de l’autorité parentale.

Lorsque l’un des parents est décédé ou se trouve privé de l’autorité parentale ou en cas d’exercice unilatéral de l’autorité parentale, le juge des tutelles doit intervenir. Ce texte simplifie les règles. Il autorise le Gouvernement à prendre une ordonnance pour limiter les cas dans lesquels l’autorisation du juge des tutelles est nécessaire. Seuls les actes qui pourraient affecter de manière grave, substantielle et définitive le patrimoine du mineur doivent faire l’objet d’une autorisation systématique de ce magistrat.

L'aménagement de la protection juridique des majeurs

Le texte offre désormais la possibilité au juge d’ouvrir une mesure de protection du majeur au-delà de 5 ans (tant que cela n’excède pas 10 ans). Il simplifie également les modalités d'arrêt du budget et le contrôle des comptes de gestion. Ces dispositions visent à mieux prendre en compte certaines pathologies, à alléger les formalités pesant sur les familles et à mieux les associer dans la gestion des mesures de tutelles de leurs proches.

La simplification de la preuve de la qualité d’héritier dans les petites successions

Ce texte vise à éviter aux personnes appelées à hériter de successions modestes, de devoir disposer d'un acte notarié pour accomplir auprès des administrations et des établissements bancaires certaines démarches (clôture du compte, paiement des factures, transfert de courrier…). La mise en œuvre de cette mesure fera l'objet d'une concertation avec les notaires.

La modification des modalités de révision de la prestation compensatoire

Une personne peut demander la révision du montant de la prestation compensatoire fixée sous forme de rente viagère lorsqu’elle estime qu’il y a un avantage manifestement excessif. Afin de caractériser cet avantage, le texte intègre des acquis de la jurisprudence selon laquelle les magistrats doivent tenir compte de la durée pendant laquelle la rente a été payée et du montant déjà versé.

Le recours au testament en la forme authentique pour les personnes sourdes et muettes

Le testament sous forme authentique doit être dicté au notaire par le testateur, qui doit ensuite en entendre la lecture. Les personnes sourdes et muettes ne pouvaient donc pas en bénéficier. Le texte résout cette difficulté en prévoyant que les personnes sourdes et muettes peuvent désormais recourir à un interprète choisi sur la liste nationale des experts judiciaires. Ces personnes peuvent ainsi, elles aussi, disposer de leurs biens au moyen d'un testament authentique et bénéficier de la même sécurité juridique que les autres citoyens.

La clarification du rôle du juge lors de la procédure de liquidation du régime matrimonial

Le texte renforce le rôle du juge aux affaires familiales lors de la procédure de la liquidation des intérêts patrimoniaux des personnes qui divorcent. Cela vise notamment à accélérer le règlement du divorce.

La réforme dudroit des contrats

Le texte habilite le Gouvernement à procéder, par ordonnance, à une réforme du droit des contrats et des obligations. Il s'agit de consacrer dans le code civil des solutions dégagées depuis plusieurs années par la jurisprudence. Cela permettra également de répondre à l'objectif constitutionnel d'intelligibilité de la loi, de renforcer la prévisibilité du droit et la sécurité juridique, tout en contribuant au rayonnement et à l'attractivité du système juridique français.

La suppression des actions possessoires

Les actions possessoires avaient essentiellement pour objet d'assurer en justice la protection de possesseurs de biens immobiliers, sans exiger d’eux qu’ils rapportent la preuve, souvent complexe de leur droit de propriété. Le texte supprime ces actions qui étaient très peu utilisées.

La facilitation de la communication par la voie électronique en matière pénale

Les avis, convocations ou documents adressés à une personne par l’autorité judiciaire peuvent désormais être envoyés par voie électronique (à condition que la personne y ait préalablement consenti par une déclaration expresse).

La réforme et la modernisation de la procédure devant le tribunal des conflits

Le texte réforme le tribunal des conflits, conformément aux préconisations du groupe de travail présidé par Jean-Louis Gallet, vice-président du tribunal des conflits. Parmi les modifications, il faut souligner que la présidence du tribunal des conflits n’est plus assurée par le garde des Sceaux mais par l’actuel vice-président. Les innovations relatives au tribunal des conflitspermettent de répondre aux exigences modernes de l'Etat de droit et de rendre les textes plus cohérents et plus accessibles.

Ce texte s'insère dans le programme de simplification, d'allègement des contraintes, de clarification de l'action administrative et de modernisation du droit et des procédures engagé par le Premier ministre. Il s’inscrit également dans le cadre de la réforme de la Justice du 21ème siècle qui vise à édifier une justice plus proche, plus efficace et plus protectrice des citoyens.

 
 
  

 Vidéos

  • Les coulisses de l'Alerte enlèvement
    Les coulisses de l'Alerte enlèvement
  • Nicole Belloubet en déplacement dans le Pas-de-Calais
    Nicole Belloubet en déplacement dans le Pas-de-Calais
  • Défilé du 14 juillet : accueil des personnels pénitentiaires à la Chancellerie
    Défilé du 14 juillet : accueil des personnels pénitentiaires à la Chancellerie
  • L'habilitation familiale, nouveau dispositif de protection des majeurs vulnérables
    L'habilitation familiale, nouveau dispositif de protection des majeurs vulnérables
  • Les espaces de rencontres parents-enfants
    Les espaces de rencontres parents-enfants
  • Signature de la charte nationale de l'accès au droit
    Signature de la charte nationale de l'accès au droit
  • Prestation de serment des auditeurs de justice de la promotion 2017
    Prestation de serment des auditeurs de justice de la promotion 2017
  • "30 ans de législation anti-terroriste"
    "30 ans de législation anti-terroriste"
  • La réforme des droits des contrats / Animation
    La réforme des droits des contrats / Animation
  • Défilé du 14 juillet : accueil des personnels pénitentiaires à la Chancellerie
    Défilé du 14 juillet : accueil des personnels pénitentiaires à la Chancellerie
  • Jean-Jacques Urvoas assiste à la répétition du défilé du 14 juillet à Satory
    Jean-Jacques Urvoas assiste à la répétition du défilé du 14 juillet à Satory
  • Témoignage d'Oksana Bakaeva Zhuk, élève lieutenant pénitentiaire qui défilera le 14 juillet
    Témoignage d'Oksana Bakaeva Zhuk, élève lieutenant pénitentiaire qui défilera le 14 juillet
  • Personnels pénitentaires : Répétition du défilé du 14 juillet à Satory
    Personnels pénitentaires : Répétition du défilé du 14 juillet à Satory
  • Le ministère de la Justice
    Le ministère de la Justice
  • Dispositif Alerte Enlèvement
    Dispositif Alerte Enlèvement
  • Au coeur de la justice pénale des mineurs : les établissements pénitentiaires pour mineurs
    Au coeur de la justice pénale des mineurs  : les établissements pénitentiaires pour mineurs
  • Restauration de la salle des assises de la cour d'appel d'Amiens
    Restauration de la salle des assises de la cour d'appel d'Amiens
  • Le Conseil d?État au Palais Royal
    Le Conseil d?État au Palais Royal
  • Le palais de justice de Toulouse
    Le palais de justice de Toulouse
  • L'organisation de la justice
    L'organisation de la justice
  • La Cour de cassation
    La Cour de cassation
  • Le droit d'en parler : un nouveau cas de responsabilité sans faute de l'Etat
    Le droit d'en parler : un nouveau cas de responsabilité sans faute de l'Etat
  • Le tribunal correctionnel
    Le tribunal correctionnel
 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |