Ministère de la Justice
 
 

20 avril 2011

CESDIP

Centre de Recherches Sociologiques sur le Droit et les Institutions Pénales

Immeuble EdisonLe CESDIP est une unité mixte de recherche du CNRS (UMR 8183), créée par le décret n° 83-926 du 20 octobre 1983. Le CESDIP a une histoire longue de plus de 40 ans, puisqu'il est l'émanation du Service d'Études Pénales et Criminologiques du ministère de la Justice (SEPC) établi en 1969.

Depuis 2006, le CESDIP est une UMR dotée de trois tutelles : le CNRS, le ministère de la Justice, l'Université de Versailles-Saint-Quentin.

Il est dirigé depuis 2010 par Fabien Jobard et Christian Mouhanna, tous deux chargés de recherche au CNRS, qui succèdent à Philippe Robert, Claude Faugeron, René Lévy et Laurent Mucchielli.

Le CESDIP a vocation à produire des recherches sur les phénomènes de criminalité et de délinquance (et plus largement de déviance) et sur les institutions en charge de prévenir, contrôler, incriminer ou réprimer ces phénomènes (en premier lieu les institutions pénales). Les recherches du CESDIP s'attachent donc à comprendre le fonctionnement et la production des institutions pénales, de la justice pénale, de la police, de la gendarmerie, et plus largement des institutions qui prennent part à la prévention et au traitement des atteintes aux personnes et aux bien, et à la sécurité. Le laboratoire est interdisciplinaire et rassemble des sociologues, des économistes, des politistes et des historiens. Il relève des sections 36 et 40 du CNRS, et les universitaires affectés au laboratoire sont habilités en sections 04, 19 et 22 du CNU.

Effet de son histoire, travaillent aujourd'hui au CESDIP des personnels en provenance de nos trois tutelles. Le laboratoire accueille à ce jour :

  • 10 chercheurs,

  • 4 ingénieurs,

  • 4 techniciens et administratifs du CNRS,

  • 5 chercheurs enseignant à l'UVSQ,

  • 2 adjoints administratifs d'administration centrale du ministère de la Justice.

La position centrale du CESDIP dans le champ français consacré aux recherches sur les déviances l'a amené à se joindre le concours de 5 autres universitaires affectés dans d'autres universités, qui souhaitaient mener leurs recherches au CESDIP. D'autres chercheurs mènent également leurs travaux au CESDIP, tout en menant leur activité principale dans d'autres administrations telles que la direction de l'Administration pénitentiaire, l'Institut d'aménagement et d'urbanisme d'Île-de-France, la Protection judiciaire de la jeunesse ou, bien sûr, l'Éducation nationale.

En tout, le CESDIP dispose de 20 agents titulaires, de 24 chercheurs associés et de 11 doctorants.

Le CESDIP occupe aujourd'hui une place prééminente dans le champ de ce que l'on appelle dans les pays anglo-saxons la criminologie ou les études de criminal justice. Quatre indicateurs en témoignent.

o L'Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur a formulé à l'issue de sa visite en 2009 une appréciation globale très positive du laboratoire, attribuant la note A+ à la "qualité scientifique et la production de l'unité".

o Nos chercheurs ont été ces dernières années fréquemment distingués pour l'excellence de leurs travaux. Laurent Mucchielli, puis Geneviève Pruvost ont reçu la médaille de bronze du CNRS, qui récompense chaque année de jeunes chercheurs particulièrement prometteurs.

D'autres ont été distingués pour l'excellence de leurs publications :

  • Prix de la Howard Society décerné en 2010 par la revue Howard Journal of Criminal Justice à Fabien Jobard,

  • Prix Herman Diederiks en 2008 décerné par la revue Crime, Histoire et Sociétés à Emmanuel Blanchard,

  • Prix Denis Szabo de la revue canadienne Criminologie décerné en 2004 à Laurent Mucchielli.

Chercheur émérite du CNRS, Philippe Robert s'est vu récompensé de deux doctorats honoris causa.

Nombre de nos chercheurs sont par ailleurs membres de comité de rédaction de revues internationales ou de revues de premier plan pour les sciences sociales françaises telles que Déviance et Société, Champ pénal/Penal Field, Crime, Histoire et Sociétés/Crime, History & Societies, la Revue d'Histoire des Sciences Humaines (le laboratoire abritant actuellement le secrétariat de rédaction de ces quatre revues), European Journal of Criminology, Victimology, Policing & Society, Punishment & Society, Revue Canadienne de Criminologie et de Justice Pénale/Canadian Journal for Criminal Justice and Criminology, Sociétés Contemporaines, Sociologie, Studi sulla Questione Criminale. Enfin, le laboratoire a été ces dernières années régulièrement sollicité par les jeunes chercheurs en vue d'une affectation à l'issue du concours d'entrée au CNRS, ce qui est le signe de l'attrait indéniable qu'il exerce auprès des jeunes générations. Du reste, depuis 2000, 6 chercheurs nommés au CNRS ont choisi le CESDIP et y ont été affectés, ainsi qu'une ingénieure d'études.

o Le CESDIP dispose d'un centre de ressources documentaires spécialisé sur les questions de sociologie pénale et sociologie/histoire de la déviance qui compte parmi les plus abondants en France et, plus largement, en Europe. On y compte actuellement plus de 70 abonnements à des revues spécialisées (françaises et étrangères), 17 000 monographies, thèses et rapports de recherche et une abondante littérature grise. Le centre de ressources documentaires, dirigé par Corinne Balmette, est un élément central du rayonnement du CESDIP en France et à l'étranger.

o Enfin, le CESDIP est une pièce importante des dispositifs européens de recherche sur ces thématiques en Europe. Le CESDIP héberge le Groupe Européen de Recherche sur les Normativités (GERN, fondé par Philippe Robert et actuellement dirigé par René Lévy), qui fédère une quarantaine de centres de recherche dans 12 pays de l'Union Européenne.

De 2006 à 2009, le GERN a piloté une vaste action de coordination dans le cadre du 6e programme de recherches de l'Union Européenne. Ce programme est baptisé "CrimPrev".

Le CESDIP fut également, jusque récemment, le point d'appui d'un Laboratoire Européen Associé (LEA) franco-allemand (avec le Max-Planck Institut de Freiburg-im-Breisgau et le CLERSÉ, UMR de Lille), ainsi que d'une ANR franco-anglaise (ANR-ESRC) consacrée aux émeutes urbaines en France et en Grande-Bretagne (2007-2009).

Actuellement, le CESDIP est partie prenante à une recherche européenne COMPOSITE sur le management policier à laquelle participent les équipes de 10 pays européens. Enfin, le laboratoire déploie des coopérations bilatérales suivies, notamment avec le Brésil, l'Inde, le Canada, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis.

Les recherches actuellement menées par le CESDIP s'organisent autour de 6 thématiques générales.

 

1. L'analyse statistique des délinquances : grandes enquêtes du laboratoire et analyse des données institutionnelles

Historiquement, le CESDIP fut l'un des lieux privilégiés de production des analyses secondaires de la statistique institutionnelle (statistique de police et de gendarmerie, statistique judiciaire) : au début des années 1970, le SEPC avait en charge la publication du Compte général de l'administration de la justice criminelle.

Au milieu des années 1980, les statistiques de police et de gendarmerie (la "délinquance constatée") se sont progressivement imposées dans le débat public, brassant un ensemble plus large que les données judiciaires. Ces enquêtes sont le point d'appui voire l'objet de nombreux travaux menés au sein du laboratoire.

Surtout, le CESDIP fut au milieu des années 1980 le premier laboratoire importateur des techniques d'analyse de la victimation : il a réalisé la première enquête nationale en 1984-1985, conçu et analysé à la demande de la Délégation interministérielle à la Ville les premières enquêtes locales et pour la Région Île-de-France la première enquête régionale de victimation.

Aujourd'hui, le CESDIP est un acteur majeur de l'analyse locale et nationale de la victimation, de l'insécurité et de la délinquance, notamment via l'action ANR "Criminsec" qu'il dirige.

 

2. Histoire et épistémologie de la sociologie du crime et de la déviance

Le CESDIP abrite des recherches de plus en plus diversifiées sur les enjeux politiques et épistémologiques soulevés par la sociologie du crime et de la déviance, ou sur les controverses autour de la notion de criminologie. Il faut noter que sur ces deux plans, au moins sur un périmètre national, le CESDIP est acteur autant qu'objet de ces investigations.

Ces recherches ont été conduites dans un premier temps sur l'histoire des sciences sociales et, en particulier, les conditions de la genèse d'une sociologie du crime et de la délinquance en France. Laurent Mucchielli s'est attaché à inscrire ses travaux dans une perspective plus contemporaine en analysant les tentatives d'institutionalisation d'une discipline criminologique en France.

Les interrogations du CESDIP dans ce domaine sont aujourd'hui renouvelées par les travaux relatifs à l'histoire des techniques de surveillance et d'identification, qui font notamment l'objet d'un site Internet dédié à Bertillon et sa postérité.

 

3. La production des normes pénales et des politiques de sécurité

L'étude de la formation des incriminations a été l'un des domaines premiers d'intérêt du CESDIP. Depuis lors, son champ d'intérêt s'est diversifié en s'ouvrant plus largement à la sociologie législative relative à la production de la norme pénale (ou de la procédure pénale), à l'examen des politiques publiques de sécurité et de lutte contre la délinquance et aux recherches sur les instruments de gouvernement des institutions concernées (outils managériaux, indicateurs quantifiés, modalités d'évaluation...).

Ces dernières années, les travaux ont en matière pénale principalement porté sur l'étude de la détention provisoire et du changement en matière de procédure pénale (preuve pénale, livraisons contrôlées). Les politiques d'évaluation standardisée de la performance judiciaire, policière ou gendarmique, mais aussi les politiques d'accélération du temps judiciaire, sont également au cœur de plusieurs recherches. Enfin, il faut signaler l'investissement du CESDIP sur les domaines nouveaux de déploiement de l'action pénale, tels que la régulation des flux financiers.

Enfin, soucieux d'accompagner au plus près des dernières évolutions en matière de politiques publiques de sécurité, le CESDIP a largement développé récemment des travaux sur les politiques locales de sécurité (Polices municipales, médiation, élaboration des politiques locales), les nouvelles technologies (vidéosurveillance) et la sécurité privée.

 

4. Les mesures et les sanctions pénales

La production des institutions pénales constitue l'un des centres d'intérêt historiques du CESDIP, dont la base Compte général de l'administration de la justice était employée à des fins d'étude des décisions pénales (sentencing).

Les travaux actuels prolongent cette tradition en portant sur des domaines tels que les discriminations au stade du jugement, la sanction des atteintes interpersonnelles ou des viols. Ils portent également sur l'étude des mesures alternatives à l'emprisonnement, telles que le placement sous surveillance électronique. Un dernier volet concerne la sociologie de l'application des peines, via la sociologie de la prison (et plus largement de l'enfermement) ou du travail d'intérêt général. Enfin, l'intérêt du CESDIP se porte toujours sur la constitution de filières pénales, c'est à dire sur les modalités d'orientation des affaires pénales.

 

5. Sociologie et histoire des déviances

Au delà de la sociologie des prises en charge par la justice pénale, le CESDIP travaille également à l'avancement des connaissances dans le domaine des déviances elles-mêmes. Sociologie et histoire de la déviance juvénile, sociologie des violences sexuelles, des homicides, des violences scolaires ou sexuelles constituent des domaines d'intérêt permanents ou ponctuels du CESDIP, qui contribuent fortement, au delà des statistiques institutionnelles, à la connaissance de ces phénomènes sociaux et de leur traitement. Plus récemment, le CESDIP travaille à la sociologie des violences politiques (émeutes urbaines, guerre de l'information ou terrorisme).

 

6. Sociologie et histoire des institutions pénales et policières

L'un des domaines les plus fortement investis ces dernières années est la sociologie de la police, doublée de recherches historiques de plus en plus abondantes.

Ces recherches viennent enrichir celles sur l'institution judiciaire, qui ont toujours été au cœur de notre activité. Dans ce domaine, les recherches actuellement menées portent notamment sur la justice des enfants avec des travaux consacrés à l'avocat dans la justice des mineurs et aux transformations du juge des enfants. Le procureur fait également l'objet d'investigations répétées.

cesdispLe CESDIP s'est affirmé ces dernières années comme un des laboratoires majeurs sur la sociologie et l'histoire des institutions policières. Des recherches sont menées sur l'histoire générale de la police et de son développement, mais aussi sur des thématiques plus précises telles que la police rurale au XIXe siècle, la Surveillance du territoire au cours des années 1930, la police durant la seconde guerre mondiale, les guerres coloniales, le processus de féminisation de la police depuis les années 1930, ou sur les récits de vie des policiers, domaine dans lequel le CESDIP a été pionnier. Du côté de la sociologie, divers chantiers sont ouverts qui portent sur la sociodémographie de la police, les représentations collectives des policiers, les rapports entre les sexes dans la police, le management policier, la politique du chiffres, et bien sûr, l'action des forces de police, notamment dans le domaine de la sécurité publique (police et discrimination en France et en Allemagne, police aux frontières allemandes, polices municipales en France, syndicalisme policier en France), sur la base d'observations ethnographiques, d'entretiens ou d'observations standardisées.

 

 
 
  

 Vidéos

  • Les coulisses de l'Alerte enlèvement
    Les coulisses de l'Alerte enlèvement
  • Nicole Belloubet en déplacement dans le Pas-de-Calais
    Nicole Belloubet en déplacement dans le Pas-de-Calais
  • Défilé du 14 juillet : accueil des personnels pénitentiaires à la Chancellerie
    Défilé du 14 juillet : accueil des personnels pénitentiaires à la Chancellerie
  • L'habilitation familiale, nouveau dispositif de protection des majeurs vulnérables
    L'habilitation familiale, nouveau dispositif de protection des majeurs vulnérables
  • Les espaces de rencontres parents-enfants
    Les espaces de rencontres parents-enfants
  • Signature de la charte nationale de l'accès au droit
    Signature de la charte nationale de l'accès au droit
  • Prestation de serment des auditeurs de justice de la promotion 2017
    Prestation de serment des auditeurs de justice de la promotion 2017
  • "30 ans de législation anti-terroriste"
    "30 ans de législation anti-terroriste"
  • La réforme des droits des contrats / Animation
    La réforme des droits des contrats / Animation
  • Défilé du 14 juillet : accueil des personnels pénitentiaires à la Chancellerie
    Défilé du 14 juillet : accueil des personnels pénitentiaires à la Chancellerie
  • Jean-Jacques Urvoas assiste à la répétition du défilé du 14 juillet à Satory
    Jean-Jacques Urvoas assiste à la répétition du défilé du 14 juillet à Satory
  • Témoignage d'Oksana Bakaeva Zhuk, élève lieutenant pénitentiaire qui défilera le 14 juillet
    Témoignage d'Oksana Bakaeva Zhuk, élève lieutenant pénitentiaire qui défilera le 14 juillet
  • Personnels pénitentaires : Répétition du défilé du 14 juillet à Satory
    Personnels pénitentaires : Répétition du défilé du 14 juillet à Satory
  • Le ministère de la Justice
    Le ministère de la Justice
  • Dispositif Alerte Enlèvement
    Dispositif Alerte Enlèvement
  • Au coeur de la justice pénale des mineurs : les établissements pénitentiaires pour mineurs
    Au coeur de la justice pénale des mineurs  : les établissements pénitentiaires pour mineurs
  • Restauration de la salle des assises de la cour d'appel d'Amiens
    Restauration de la salle des assises de la cour d'appel d'Amiens
  • Le Conseil d?État au Palais Royal
    Le Conseil d?État au Palais Royal
  • Le palais de justice de Toulouse
    Le palais de justice de Toulouse
  • L'organisation de la justice
    L'organisation de la justice
  • La Cour de cassation
    La Cour de cassation
  • Le droit d'en parler : un nouveau cas de responsabilité sans faute de l'Etat
    Le droit d'en parler : un nouveau cas de responsabilité sans faute de l'Etat
  • Le tribunal correctionnel
    Le tribunal correctionnel
 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |