Ministère de la Justice
 
 

15 septembre 2010

Service du Casier Judiciaire national

Le Casier judiciaire national réalise un mélange unique de connaissances juridiques et de gestion informatique :

Les dispositions légales ou réglementaires, mais aussi les évolutions de la jurisprudence, sont suivies et analysées pour pouvoir être prises en compte dans les programmes automatiques; c'est principalement le rôle du bureau des Affaires juridiques.

Cette "veille juridique" ne se limite pas au domaine pénal. En raison de ses attributions, le Casier enregistre aussi des documents d'origine commerciale, civile, administrative ou disciplinaire, le droit d'obtenir un bulletin n°2 dépend du statut de l'organisme demandeur, si bien qu'il n'est guère de domaine juridique qui n'intéresse pas le Casier judiciaire.

Ces nouvelles règles sont ensuite décrites en détail par le bureau des Applications informatiques pour être introduites dans les programmes, sous forme de nouveaux contrôles de qualité, ou règles de calcul.

Cependant, les principes qui régissent l'application de la loi dans le temps, et interdisent notamment une application rétroactive, obligent aussi à conserver dans les programmes certaines règles anciennes qui demeurent applicables aux condamnations prononcées avant leur abrogation. De la même façon, les programmes d'amnistie restent toujours actifs, pour pouvoir être appliqués aux condamnations reçues tardivement pour des faits anciens, ou effacer certaines condamnations après accomplissement des conditions prévues par la loi.

Ces programmes synthétisent et traduisent ainsi les différentes strates et évolutions juridiques passées, tout en appliquant aux mêmes situations les mêmes règles, participant ainsi à l'égalité devant la loi inscrite dans la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen et les constitutions de la France.

Dirigé par un magistrat placé sous l'autorité et le contrôle du directeur des Affaires criminelles et des grâces, le CJN comprend environ 230 agents, dont les 2/3 se consacrent essentiellement à la saisie informatique, répartis en quatre bureaux.

 

Le bureau des affaires juridiques 
  • Participe à l'élaboration des textes législatifs et réglementaires relatifs au service du casier judiciaire national ou intéressant ses missions ;
  • Définit les règles de gestion et les contrôles à mettre en œuvre et veille à leur adaptation aux évolutions juridiques ;
  • Suit les difficultés d'enregistrement et de gestion et répond dans son domaine de compétence aux demandes des juridictions, des administrations et des particuliers ;
  • Assure la charge du fonds documentaire et des archives du casier judiciaire national ;
  • Assure le traitement des condamnations étrangères ;
  • Enregistre les avis et décisions postsentenciels. 

 

Le bureau  des affaires administratives et de la valorisation des ressources

Il assure, en liaison avec la direction de l'Administration générale et de l'équipement, la gestion du personnel, du matériel ainsi que la gestion financière et comptable du service du Casier judiciaire national. A ce titre, il :

  • Etablit le plan de formation des personnels et assure sa mise en œuvre ;
  • Est chargé du règlement intérieur et de la communication interne ;
  • Suit les questions relatives aux conditions de travail, à la médecine de prévention, à l'hygiène et à la sécurité ;
  • Détermine et met en œuvre la réglementation générale sur la sécurité contre l'intrusion et l'incendie ;
  • Prend en charge l'organisation et le secrétariat du comité technique paritaire spécial ;
  • Veille à l'exécution de la politique de gestion des personnels et assure sa traduction financière aux moyens de crédits déconcentrés ;
  • Détermine et met en œuvre la politique d'achat et d'entretien ;
  • A en charge la gestion budgétaire et comptable en relation avec la trésorerie générale du département de la Loire-Atlantique.

 

Le bureau des traitements opérationnels
  • Enregistre les décisions et délivre les extraits de casier judiciaire tant au plan national qu'international ;
  • Assure le fonctionnement des ateliers de saisie informatique, du service des courriers et de l'accueil du public ;
  • Vérifie les habilitations aux serveurs de demandes de bulletins par téléinformatique ;
  • Suit les difficultés d'enregistrement en matière d'identification ;
  • Répond dans son domaine de compétence aux demandes des juridictions, des administrations et des particuliers.

 

Le bureau des applications informatiques

en liaison avec le Secrétariat Général du ministère de la Justice :

  • Etudie les besoins en informatisation présentés par les autres bureaux, propose toutes modifications utiles des applications informatiques et, le cas échéant, formalise la demande auprès de la sous-direction de l'informatique et des télécommunications ;
  • Veille à la qualité des traitements informatiques livrés et assure le suivi des anomalies ;
  • Entretient les données de référence communes ;
  • Assure la formation des personnels du casier judiciaire national visant à la mise en œuvre des matériels et des logiciels, y compris en ce qui concerne la sécurité informatique ;
  • Assure le développement, la maintenance et le fonctionnement des applications informatiques spécifiques au casier judiciaire national ;
  • Apporte aux autres bureaux son concours en matière de statistiques, de bureautique et de micro-informatique.

Il gère lui-même certains systèmes (serveur intranet, messagerie interne, horaires variables), programmes et ensembles de données micro-informatiques (intranet, données en réseau sous Access).

 
 
  

 Vidéos

  • Les coulisses de l'Alerte enlèvement
    Les coulisses de l'Alerte enlèvement
  • Nicole Belloubet en déplacement dans le Pas-de-Calais
    Nicole Belloubet en déplacement dans le Pas-de-Calais
  • Défilé du 14 juillet : accueil des personnels pénitentiaires à la Chancellerie
    Défilé du 14 juillet : accueil des personnels pénitentiaires à la Chancellerie
  • L'habilitation familiale, nouveau dispositif de protection des majeurs vulnérables
    L'habilitation familiale, nouveau dispositif de protection des majeurs vulnérables
  • Les espaces de rencontres parents-enfants
    Les espaces de rencontres parents-enfants
  • Signature de la charte nationale de l'accès au droit
    Signature de la charte nationale de l'accès au droit
  • Prestation de serment des auditeurs de justice de la promotion 2017
    Prestation de serment des auditeurs de justice de la promotion 2017
  • "30 ans de législation anti-terroriste"
    "30 ans de législation anti-terroriste"
  • La réforme des droits des contrats / Animation
    La réforme des droits des contrats / Animation
  • Défilé du 14 juillet : accueil des personnels pénitentiaires à la Chancellerie
    Défilé du 14 juillet : accueil des personnels pénitentiaires à la Chancellerie
  • Jean-Jacques Urvoas assiste à la répétition du défilé du 14 juillet à Satory
    Jean-Jacques Urvoas assiste à la répétition du défilé du 14 juillet à Satory
  • Témoignage d'Oksana Bakaeva Zhuk, élève lieutenant pénitentiaire qui défilera le 14 juillet
    Témoignage d'Oksana Bakaeva Zhuk, élève lieutenant pénitentiaire qui défilera le 14 juillet
  • Personnels pénitentaires : Répétition du défilé du 14 juillet à Satory
    Personnels pénitentaires : Répétition du défilé du 14 juillet à Satory
  • Le ministère de la Justice
    Le ministère de la Justice
  • Dispositif Alerte Enlèvement
    Dispositif Alerte Enlèvement
  • Au coeur de la justice pénale des mineurs : les établissements pénitentiaires pour mineurs
    Au coeur de la justice pénale des mineurs  : les établissements pénitentiaires pour mineurs
  • Restauration de la salle des assises de la cour d'appel d'Amiens
    Restauration de la salle des assises de la cour d'appel d'Amiens
  • Le Conseil d?État au Palais Royal
    Le Conseil d?État au Palais Royal
  • Le palais de justice de Toulouse
    Le palais de justice de Toulouse
  • L'organisation de la justice
    L'organisation de la justice
  • La Cour de cassation
    La Cour de cassation
  • Le droit d'en parler : un nouveau cas de responsabilité sans faute de l'Etat
    Le droit d'en parler : un nouveau cas de responsabilité sans faute de l'Etat
  • Le tribunal correctionnel
    Le tribunal correctionnel
 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |