Ministère de la Justice
 
 

14 juillet 2017

14 juillet : premier défilé pour la DAPM

(Division des affaires pénales militaires)

Interface cruciale entre le monde militaire et le monde judiciaire, la division des affaires pénales militaires (DAPM) reste pourtant méconnue. Aussi, pour la première année, deux magistrats y exerçant leurs fonctions en détachement ont défilé sur les Champs-Elysées, aux côtés des greffiers militaires. L'occasion de mettre en lumière la singularité de la seule structure militaire présente au sein de la direction des affaires juridiques du ministère des Armées.

S’il est depuis toujours solennel et important, le traditionnel défilé du 14 juillet l’était tout particulièrement cette année pour le magistrat colonel Aurore Chauvelot, cheffe de la division des affaires pénales militaires, et le magistrat lieutenant-colonel Michaël Humbert, chef du bureau des relations extérieures et de la valorisation des compétences : de spectateurs institutionnels habituels de celui-ci, ils y ont, pour la première fois, pris part en tant qu’acteurs.

 

14 juillet : premier défilé pour la DAPM © DR

 

Un moment singulier pour ces deux magistrats qui occupent les fonctions susmentionnées depuis le 1er octobre 2016, mais déjà en détachement depuis 2014 auprès du ministère des Armées pour y exercer les fonctions judiciaires militaires.

Dirigée par un magistrat de l’ordre judiciaire avec le grade d’assimilation d’officier général, la DAPM a trois missions principales :

  • fournir des expertises en matière pénale et préparer les avis du ministre des Armées préalables aux poursuites susceptibles d’être engagées à l’encontre des militaires notamment par le tribunal aux armées de Paris, mais aussi les décisions du ministre de la défense en matière de levée du secret de la Défense nationale.
  • préparer ou examiner les projets de loi relatifs au droit pénal ou à la procédure pénale.
  • gérer l'ensemble du corps des greffiers militaires.

Véritables spécialistes de la procédure pénale militaire, et, à ce titre, interlocuteurs privilégiés entre la justice et les armées, ces greffiers militaires exercent leurs missions soit en juridictions spécialisées en tant que greffier auxiliaire de justice (tribunaux de droit commun disposant d’une chambre spécialisée des affaires pénales militaires : Paris, Lyon, Bordeaux, Rennes, Metz, Marseille, Toulouse, Lille ou Cayenne) soit en états-majors en tant que conseiller technique de l’autorité militaire (Paris, Lyon, Bordeaux, Rennes, Metz, Brest, Toulon, Fort-de-France ou Djibouti).

Dotée de trois bureaux - le bureau des avis et relations judiciaires, le bureau des études et de l’organisation et le bureau du personnel et de l’administration, la DAPM est donc l’organe central de la justice militaire française, qui présente la singularité d’avoir su s’adapter aux procédures de droit commun, en tenant compte des spécificités qui fondent les actions militaires.

Cet équilibre subtil permet aux armées d’une part à la justice d’autre part d’accomplir leurs missions respectives sans entraver celles de l’autre. Quel meilleur symbole de l’Etat de droit ?

 

14 juillet : premier défilé pour la DAPM © DR

 

 

 

 
 
  

 Vidéos

  • Les coulisses de l'Alerte enlèvement
    Les coulisses de l'Alerte enlèvement
  • Nicole Belloubet en déplacement dans le Pas-de-Calais
    Nicole Belloubet en déplacement dans le Pas-de-Calais
  • Défilé du 14 juillet : accueil des personnels pénitentiaires à la Chancellerie
    Défilé du 14 juillet : accueil des personnels pénitentiaires à la Chancellerie
  • L'habilitation familiale, nouveau dispositif de protection des majeurs vulnérables
    L'habilitation familiale, nouveau dispositif de protection des majeurs vulnérables
  • Les espaces de rencontres parents-enfants
    Les espaces de rencontres parents-enfants
  • Signature de la charte nationale de l'accès au droit
    Signature de la charte nationale de l'accès au droit
  • Prestation de serment des auditeurs de justice de la promotion 2017
    Prestation de serment des auditeurs de justice de la promotion 2017
  • "30 ans de législation anti-terroriste"
    "30 ans de législation anti-terroriste"
  • La réforme des droits des contrats / Animation
    La réforme des droits des contrats / Animation
  • Défilé du 14 juillet : accueil des personnels pénitentiaires à la Chancellerie
    Défilé du 14 juillet : accueil des personnels pénitentiaires à la Chancellerie
  • Jean-Jacques Urvoas assiste à la répétition du défilé du 14 juillet à Satory
    Jean-Jacques Urvoas assiste à la répétition du défilé du 14 juillet à Satory
  • Témoignage d'Oksana Bakaeva Zhuk, élève lieutenant pénitentiaire qui défilera le 14 juillet
    Témoignage d'Oksana Bakaeva Zhuk, élève lieutenant pénitentiaire qui défilera le 14 juillet
  • Personnels pénitentaires : Répétition du défilé du 14 juillet à Satory
    Personnels pénitentaires : Répétition du défilé du 14 juillet à Satory
  • Le ministère de la Justice
    Le ministère de la Justice
  • Dispositif Alerte Enlèvement
    Dispositif Alerte Enlèvement
  • Au coeur de la justice pénale des mineurs : les établissements pénitentiaires pour mineurs
    Au coeur de la justice pénale des mineurs  : les établissements pénitentiaires pour mineurs
  • Restauration de la salle des assises de la cour d'appel d'Amiens
    Restauration de la salle des assises de la cour d'appel d'Amiens
  • Le Conseil d?État au Palais Royal
    Le Conseil d?État au Palais Royal
  • Le palais de justice de Toulouse
    Le palais de justice de Toulouse
  • L'organisation de la justice
    L'organisation de la justice
  • La Cour de cassation
    La Cour de cassation
  • Le droit d'en parler : un nouveau cas de responsabilité sans faute de l'Etat
    Le droit d'en parler : un nouveau cas de responsabilité sans faute de l'Etat
  • Le tribunal correctionnel
    Le tribunal correctionnel
 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |