02 juin 2021

Justice des mineurs : deux ministres sur le terrain

Le 28 mai 2021, Éric Dupond-Moretti, ministre de la Justice et Gabriel Attal, porte-parole du Gouvernement, se sont rendus à Bures-sur-Yvette (91) dans deux établissements de la protection judiciaire de la jeunesse. Un déplacement centré sur l'action d'insertion et les grands changements à venir pour la justice pénale des mineurs.

Déplacement du garde des Sceaux à Bures ©DICOM

 

2021 : un grand cru pour la justice des mineurs. Les grands projets du ministère se concrétisent après des mois de travail. "Je suis fier de la réforme de la justice pénale des mineurs qui va raccourcir les délais pour les juger. Elle entrera en vigueur le 30 septembre 2021. J’ai hâte ! J’ai la certitude que cela va changer les choses", a déclaré Éric Dupond-Moretti lors d’un déplacement à Bures-sur-Yvette (91). Le 28 mai 2021, le ministre de la Justice, garde des Sceaux, accompagné de Gabriel Attal, porte-parole du Gouvernement, s'est rendu au centre éducatif fermé (CEF) et à l’unité éducative d'activités de jour (UEAJ) de la ville.

"On croit dans les CEF"

Première étape : le CEF. Là, les ministres ont rencontré tout d'abord Salim Boutaleb, un éducateur. "Non seulement au ministère on croit dans les CEF, mais on veut aussi les développer. Les résultats en matière de récidive sont extrêmement bons. Le CEF permet d’éviter la case prison", lui a assuré Éric Dupond-Moretti.

Puis les membres du Gouvernement ont visité la chambre d'Henri*, un jeune de 15 ans pris en charge au centre qui reprend sa scolarité.  "Comment ça se passe ? Est-ce que tu comprends pourquoi tu es là ? En quoi cela t'est utile ? C'est une vraie chance d'être ici pour toi. Les éducateurs vont t'aider mais tout dépend aussi de toi", a assuré le ministre de la Justice à l'adolescent.

"Vous avez tenu le bateau"

Au réfectoire, l’équipe éducative leur a expliqué le fonctionnement du CEF au quotidien, sous le regard d'Henri, Ahmed et Karl*, un peu impressionnés. Comment sont accueillis ici les adolescents ? Comment sont rythmées leurs journées ? Pour quelle finalité ?

Julien Moreau, professeur au centre, et une éducatrice ont présenté les actions déployées pour en faire des citoyens : échanges sur les droits et devoirs du citoyen, développement des connaissances des institutions françaises, débat sur des sujets de société, visite du camp des Milles, stage organisé par le mémorial de la Shoah... Après cette présentation, le ministre a salué les professionnels :"Je voudrais vous dire toute ma gratitude pour le travail que vous faites. Il faut vraiment y croire et ce n’est pas toujours simple, en particulier en cette période. La protection judiciaire de la jeunesse n’a pas failli. Vous avez tenu le bateau pour donner un avenir radieux à ces jeunes".

Santé, scolarité, insertion : les clés du CEF

Pour sa part, Sandrine Burgund, infirmière, est intervenue sur la prise en charge de la santé et l'intervention précoce. Il s'agit ici d’éviter que des jeunes développent des consommations de substances problématiques ou deviennent dépendants.

La visite de l’établissement s’est poursuivie avec le volet scolarité, une priorité. Éric Dupond-Moretti s’est ainsi entretenu avec l’inspectrice de l’éducation nationale et le professeur sur les méthodes de rescolarisation et d'insertion.

Santé, scolarité, insertion… : des objectifs recherchés dans les centres éducatifs fermés.

Une réforme "qui va marcher"

Seconde étape du déplacement ministériel : l’unité éducative d’activités de jour (UEAJ). Impossible de ne pas parler du code de la justice pénale des mineurs. Le CJPM entrera en vigueur après plusieurs mois de préparation et d’accompagnement des professionnels. "Cela va marcher et cela va changer la façon dont les mineurs vont être jugés, dans des délais extrêmement rapides", a répété Éric Dupond-Moretti.

 

*Les prénoms des adolescents ont été changés pour conserver leur anonymat.

 
 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Accessibilité : non conforme |