Ministère de la Justice
 
 

07 décembre 2017

Séminaire des directeurs territoriaux de la PJJ

Intervention de la ministre

 

Le 28 novembre 2017, Nicole Belloubet, garde des Sceaux, ministre de la Justice, est intervenue lors du séminaire de la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) réunissant les directeurs territoriaux sur le site Olympe de Gouges du ministère de la Justice. L'occasion pour la ministre de saluer l'importance de leur rôle.

Axé sur les thèmes des politiques publiques et du pilotage des directions territoriales, le séminaire des directeurs territoriaux est un événement majeur. Un sentiment partagé par la garde des Sceaux : « ce rassemblement national est un événement majeur et je mesure son importance. Il est toujours utile d'explorer les outils existants, de partager les expériences, de questionner les pratiques».

Depuis qu’elle a été nommée ministre, Nicole Belloubet a constaté, au gré des rencontres lors de ses déplacements sur les territoires, que les professionnels étaient « toujours engagés, toujours dévoués, toujours volontaires pour aboutir à la réussite des jeunes qu’ils prennent en charge ».

Pour la garde des Sceaux : « La justice des mineurs et la prise en charge des jeunes confiés constituent un défi majeur que nous devons relever ensemble. C'est l'ouverture sur le monde que nous pouvons apporter à nos jeunes, l'ouverture à l'autre, l'ouverture à un avenir possible quand certains auraient, parfois, toutes les raisons de douter de demain. Il s'agit encore et toujours, de croire, ensemble à l’éducatif ». Afin de parvenir à cet objectif, la ministre a plaidé en faveur de la diversité des solutions. Elle a d'ailleurs proposé pour « renforcer la palette de réponses, la création d'une vingtaine de centres éducatifs fermés dans le cadre de la future loi de programmation pour la justice» ajoutant que « ce dispositif doit s’intégrer dans une continuité de la prise en charge des mineurs et qu’un travail sur les sorties de placement et sur un placement séquentiel doit garantir que les progrès réalisés par les jeunes pendant leur prise en charge éducative ne soient pas compromis au moment de la reprise de leurs conditions de vie antérieures ». La garde des Sceaux a également indiqué qu’il faut, dans le cadre d’un projet global et d’une continuité des parcours, « apporter une réponse à chaque enfant en fonction de son âge, de son parcours, de ses difficultés ».

Au cours de son allocution, Nicole Belloubet a également évoqué la réforme de l'ordonnance de 45, texte fondateur de la justice des mineurs. Un « sujet trop vaste pour être entrepris dans le cadre de la loi de programmation de la justice qui sera présentée au Parlement au printemps prochain ». Elle a, toutefois, demandé à la directrice de la protection judiciaire de la jeunesse de retravailler cette question qui sera reprise à la suite des premières conclusions des Chantiers de la Justice.

Aujourd’hui, la PJJ est, par ailleurs, confrontée à deux sujets complexes : la prise en charge des mineurs non accompagnés ainsi que la prévention de la radicalisation et la prise en charge des mineurs de retour de zones de combat. Des réflexions et des travaux sont engagés afin de proposer des améliorations des modes de prises en charge de ces publics spécifiques.

Plus largement, pour la ministre, l’action de la PJJ est « susceptible de concerner toutes les familles, même si elle touche le plus souvent les plus fragiles. Son rôle est d'offrir un possible, un futur, et je souhaite vous accompagner dans votre mission ».

 

 

 
 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |