Ministère de la Justice
 

 

13 septembre 2013

Les métiers pénitentiaires à l’honneur

A Agen, jeudi 12 septembre, Christiane Taubira a poursuivi la présentation de la future réforme pénale aux professionnels de la Justice. Elle a rencontré les professionnels pénitentiaires ainsi que les élèves de l’ENAP.

Les métiers pénitentiaires à l’honneurChristiane Taubira, Garde des sceaux, ministre de la Justice, était à Agen jeudi 12 septembre, pour présenter l’avant-projet de loi relatif à la prévention de la récidive et à l’individualisation des peines.

Elle a entamé sa visite en se rendant à la maison d’arrêt d’Agen, où la vice-présidente du conseil régional en charge de la formation et les personnels pénitentiaires ont présenté un dispositif expérimental de formation professionnelle en vue de la préparation à la sortie des détenus.

Christiane Taubira s’est ensuite entretenue avec les associations et entreprises locales intervenant dans le champ de la réinsertion, (mission locale, centres d’hébergement, intervenants en centres de détention, associations-relais, magistrats, éducateurs, etc.), l’occasion d’échanger autour du projet de réforme pénale et de l’importance du maintien du lien social dans la prévention de la récidive.

« Le travail que vous faites, celui d’aider des personnes passées par un parcours de délinquance d’en sortir par elles-mêmes, est essentiel, et il commence dès la période de détention. Cette réforme que nous allons mener va donc fortement s’appuyer sur les partenaires de l’administration pénitentiaire. C’est cela qui nous permettra de lutter et de prévenir la récidive, en favorisant la réinsertion et en individualisant notre action au maximum », a confié la ministre à ses interlocuteurs.

 

« Penser ensemble les différents métiers pénitentiaires »

Après une rencontre avec les étudiants de l’Ecole nationale d’administration pénitentiaire (ENAP), ainsi qu’une visite du service pénitentiaire d’insertion et de probation d’Agen, la ministre a participé au colloque relatif aux métiers pénitentiaires organisé par l’ENAP depuis la veille.

Elle a participé à la synthèse des travaux de ces deux journées d’échanges et en a prononcé le discours de clôture, dans lequel elle a tenu à saluer le travail et l’implication des professionnels pénitentiaires dans leur mission de justice, tout en rappelant l’esprit de la réforme pénale à venir et le cadre dans lequel elle entend la mener :

« Ces dernières années, les métiers de la Justice ont changé sous le coup des réformes et de l’expression publique de la société, sans que ceux qui les exercent aient eu le temps de se poser et de maîtriser ces changements. Je vous propose de nous poser pour réfléchir, orienter et maitriser ces changements, (…) pour penser ensemble les différents métiers pénitentiaires », a expliqué la Garde des sceaux.

Elle est aussi revenue sur la genèse de ce projet qui vise à prévenir la récidive, individualiser les peines et favoriser l’insertion et la réinsertion (conférence de consensus, travaux du jury d’organisation, proposition des préconisations au Gouvernement, consultations pour alimenter la réflexion). La ministre a insisté sur le fait que la réforme reconnaît la nécessité de la prison, tout en soulignant l’importance « d’abroger les automatismes qui limitaient la liberté d’appréciation des magistrats », afin de leur offrir « la possibilité de prononcer les sanctions les plus adaptées à chaque cas », avant d’exprimer une nouvelle fois sa confiance dans les personnels pénitentiaires pour porter cette réforme.

 

Accéder à la page recrutement de l'administration pénitentiaire

 

 
 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques |