Ministère de la Justice
 
 

14 juin 2018

Isabelle Rome, haute fonctionnaire pour l’égalité femmes-hommes

Vendredi 15 juin 2018, la garde des Sceaux Nicole Belloubet s’est entretenue Place Vendôme avec Isabelle Rome, nouvelle haute fonctionnaire à l’égalité femmes-hommes du ministère de la Justice. La ministre lui a remis à cette occasion sa lettre de mission en lui rappelant sa volonté forte de s'engager sur ce sujet.

 

Isabelle Rome et Nicole BElloubet

Isabelle Rome

Isabelle Rome a été nommée le 1er juin 2018 par la garde des Sceaux à qui elle est directement rattachée. Impliquée depuis plus de 15 ans pour les droits des femmes à titre associatif et comme auteure, elle entend donner une nouvelle dimension à sa fonction. Rencontre.

« La problématique de l’égalité femmes-hommes n’est pas un sujet pour faire plaisir aux femmes. Je dis souvent que si on améliore leur situation, on améliore aussi celle des hommes. Ce n’est pas qu’une revendication féministe ! Cela peut même être un levier puissant pour améliorer le quotidien et l’avenir professionnel de toutes et tous » explique Isabelle Rome, haute fonctionnaire pour l’égalité femmes-hommes. La nomination de cette magistrate pénaliste, ayant présidé des cours d’assises, marque une nouvelle impulsion sur le chemin de l’égalité femmes-hommes au ministère de la Justice. Ainsi, pour la première fois, la fonction s’exerce à teps plein au moment où l’égalité femmes-hommes a été déclarée grande cause nationale du quinquennat.

Parmi les premières priorités de la garde des Sceaux Nicole Belloubet, il s’agit de doter le ministère d’outils statistiques précis permettant de mieux connaître la carrière des femmes. Quelle est la proportion de femmes nommées poste par poste ? Combien d’années femmes et hommes mettent à accéder au premier grade de leurs fonctions ? Quelles sont les différences notables entre les directions du ministère ? Autant de questions auxquelles souhaiterait pouvoir répondre Isabelle Rome après avoir construit ces indicateurs avec l’appui des directions et des services déconcentrés.

Concilier vie professionnelle et familiale

C’est pour certains -le plus souvent pour certaines- un véritable défi de concilier vie familiale et vie professionnelle. « 90 % des congés pour raison familiale (enfant malade, aide aux personnes handicapées, dépendance...) sont pris par les femmes. La mobilité est souvent plus difficile également pour elles, ce qui peut constituer un frein dans leur carrière » explique Isabelle Rome. Après recueil des besoins les plus importants auprès des différents métiers, la haute fonctionnaire à l’égalité femmes-hommes envisage de faire rapidement des propositions en lien avec les directions. Elle croit beaucoup à la vertu des expérimentations ciblées, sur un métier par exemple, qui pourraient concerner notamment le télétravail ou la mobilité.

Autres chantiers pour Isabelle Rome : la féminisation des titres, grades et fonctions et la mixité des métiers. D’une manière générale, les femmes sont particulièrement nombreuses dans les métiers de la Justice. Au sein de la magistrature, elles représentaient par exemple 66 % des effectifs au 1er avril 2017. Et, elles pourraient même représenter 74 % des effectifs en 2037. La même féminisation s’observe pour les greffières et les directrices de service de greffe, par exemple, autant d’indices de la grande féminisation des études de droit. La question cruciale est plutôt celle de leur accès aux postes hiérarchiques les plus élevés.

Une justice représentative de la société

« Il est important de réintroduire une forme de mixité dans certains métiers et que la Justice ne soit pas rendue uniquement par des femmes. Elle est rendue au nom du peuple Français. Une démocratie moderne ne peut se satisfaire d’avoir une Justice qui ne soit pas représentative de la société » justifie la haute fonctionnaire.

En attendant, peut-être croiserez-vous Isabelle Rome puisqu’elle a la volonté de faire son «  tour de France » des lieux de Justice afin de présenter sa démarche, de rencontrer des professionnels de tous les métiers et de débattre avec eux afin de recueillir et mutualiser les bonnes pratiques.

 
 
  
 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |