Ministère de la Justice
 
 

15 mai 2015

Prix 2015 « Initiatives contre l’homophobie et la transphobie »

Christiane Taubira, présidente du jury de l’édition 2015 du concours « Le Refuge/Institut Randstad – Initiatives contre l’homophobie et la transphobie», s’est rendue à la mairie du 12e arrondissement pour remettre les prix qui récompensent des actions associatives de lutte contre l’homophobie et la transphobie et de prévention du mal-être et du suicide des jeunes qui en sont victimes.

Christiane Taubira lors de la remise du Prix 2015 « Initiatives contre l’homophobie et la transphobie » - Paris 12èmeL’émotion était palpable au Salon des Outre-mer de la mairie du 12e arrondissement ce vendredi 15 mai 2015. « Lorsque l’on connait la force de votre engagement, nous savons aujourd’hui que nous ne sommes plus seuls » adresse Giovanna Rincon, directrice d’Acceptess-T, lauréat de l’édition 2015 à Christiane Taubira. C’est un accueil très chaleureux qu’a reçu la garde des Sceaux dont la présence lors de cette remise de prix marque un moment fort pour l’association le  Refuge, l’institut Randstad et les jeunes qui y sont accompagnés.

« Je suis très heureuse d’être là, heureuse aussi pour ce que représente cet exercice » souligne la garde des Sceaux. « Cet exercice a un sens extrêmement élevé pour moi. Je veux saluer les 15 projets qui sont de très grande qualité. Il est toujours très réconfortant de voir à quel point dans la société civile, il y a des personnes qui font la démonstration d’un engagement aussi intense ».

« Egalité, Egalité Egalité, je crois que je me souviendrai longtemps de ce moment, de ce mot précieux scandé dans l’hémicycle après l’adoption du mariage des personnes de même sexe » confie Catherine Baratti-Elbaz, maire du 12ème arrondissement « le combat pour l’égalité a progressé ce jour-là pourtant il est loin d’être achevé ». Le rapport 2015 publié par Sos Homophobie confirme l’ancrage de l’homophobie dans notre société, soulignant que « la parole homophobe est décomplexée ».

« Notre responsabilité est d’inscrire les droits et les libertés dans la loi » affirme la garde des Sceaux. « Nous nous sommes promis de transformer la société. Nous allons nous battre jusqu’à ce qu’on prenne acte que nous sommes tous égaux ». La ministre a ensuite annoncé qu’elle va porter un texte de loi sur l’action de groupe, procédure civile qui permettra aux personnes victimes de discriminations de s’associer et de saisir la justice ensemble ».  « Lorsqu’on est victime d’une discrimination quelle qu’elle soit, on est affaibli. Ce qui est terrifiant, c’est que souvent les victimes prennent sur elles la honte que devrait ressentir l’agresseur. En se rassemblant, il sera possible d’agir ensemble et de faire respecter les droits. Nous allons accorder une place particulière aux associations » rapporte la garde des Sceaux.

« Il nous faut punir, sanctionner non seulement les discriminations directes mais les agressions qui sont inspirées par les préjugés. Nous allons faire du racisme et de l’antisémitisme et des discriminations sexistes, homophobes, handiphobes, des conditions de circonstances aggravantes générales qui vont s’appliquer à toutes les agressions » a précisé la ministre.

Concernant les personnes transgenres, la garde des Sceaux a annoncé « finaliser une circulaire qui sera diffusée aux parquets généraux et aux parquets afin que le changement de prénom soit porté sur tous les actes d’état civil ».

« C’est avec une grande émotion que je me tiens devant vous aujourd’hui à la veille de la journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie et dans le cadre de la semaine nationale du Refuge marquée par la formidable mobilisation des équipes et des jeunes accompagnés dans toute la France. Une semaine partagée entre rires et larmes, une semaine fédérative autour de la thématique d’identité qui nous permet d’apprendre pour mieux comprendre la diversité de notre société » rapporte Nicolas Noguier, président du Refuge.

« En 2014, 237 jeunes hébergés, 23 nuitées d’hébergement, 1800 jeunes sont entrés en contact avec l’association contre 1159 en 2013 » note le président du Refuge,  « remettre ce prix est une façon de fédérer et de porter fort la notion de solidarité » poursuit-il avant de remercier « les jeunes qui nous donnent la force d’avancer ». 

Le nombre de cas de LGBTphobies (propos généraux contre l’homosexualité et les personnes LGBT) a reculé de 40% en 2014 par rapport à 2013. Internet reste le principal vecteur des attaques homophobes : 40 % des cas recensés (contre 51 % en 2013) dénoncent ainsi une homophobie, biphobie ou transphobie de la part d’internautes ou des responsables de sites eux-mêmes.

Cela fait 6 ans que l’institut Randstad accompagne le refuge. Pour cette 4ème  année du prix Mme Aline Crepin, directrice RSE (responsabilité sociale de l'entreprise) du groupe Randstad et déléguée générale de l’Institut Randstad pour l’égalité des chances et le développement durable fait le constat « du nombre croissant de demandes des jeunes. Il est très important que les entreprises s’emparent de ces sujets-là ». La directrice a d’ailleurs annoncé que le groupe Randstad « mettra tout en œuvre pour avancer, notamment sur le sujet de l’accompagnement à l’emploi ».

« On a voulu cette année récompenser les structures qui sont à la fois petites et qui se développent, qui ne sont pas forcément connues et dont l’engagement a été mis sur certaines minorités » explique Frédéric Gal, directeur général du Refuge. « On n’imagine pas le travail démentiel qui est effectué par les salariés, les bénévoles et les jeunes. C’est un travail de tous les jours. C’est quelque chose qui nous anime et on est extrêmement fier d’y travailler ».

Remise du prix des internautes      

Le Prix des Internautes, parrainé par Yagg et Têtu, récompense de 2000 euros le projet plébiscité par les lecteurs et lectrices des deux médias. Plusieurs milliers d’internautes se sont mobilisés pour le vote en ligne sur les sites yagg.com et tetu.com. « Grâce au Réfuge et à Randstad, fédérateurs de très nombreuses actions, on a l’impression de faire quelque chose de juste. On sait qu’on va dans la bonne voie : défendre le droit pour tous » confie Jean-Jacques Augier, Président de Têtu.

 « Nos combats sont importants et valent la peine d’être faits mais il y a encore beaucoup de travail. L’égalité est en marche mais il reste encore beaucoup à faire. Il faut qu’on progresse » insiste Christophe Marter, directeur de la rédaction de Yagg.  Le Prix des internautes Yagg Têtu a été remis à l’association Les Funambules pour son projet de double album consacré aux amours homosexuelles et qui a rassemblé plus de 200 artistes bénévoles.

Composées par Stéphane Corbin et écrites par une vingtaine d’auteurs, les 35 chansons traitent des thèmes de l’amour entre femmes, entre hommes, du coming-out, de l’abandon, du sida, de l’adolescence, de la vieillesse, des difficultés de parcours, du désir d’enfant, du bonheur. « C’est un projet qui fonctionne sur l’humain et le vivre ensemble alors gagner le prix du public c’est la plus belle récompense » explique le lauréat du prix avant de saluer le travail des autres associations qui ont concourues : « c’est la somme de nos actions à tous qui contribuera petit à petit à bouger les lignes, on l’espère ». Stéphane Corbin a profité de l’occasion pour inviter la ministre à leur écrire une chanson « ce serait le plus beau des cadeaux » a-t-il confié.

Acceptess-T et son projet SporTrans Citoyenneté récompensé

Autre grand lauréat de cette édition, Acceptess-T pour son projet SporTrans Citoyenneté qui vise à développer des activités sportives par et pour les publics transgenres à Paris. « C’est un très beau projet de solidarité, d’attention, d’empathie avec les personnes qui subissent les discriminations » a fait valoir la ministre en remettant le prix à Giovanna Rincon. « Le fait d’avoir pensé au sport comme lieu d’échange, de contact, de partage est une très belle idée. Il y a là dans ce projet une démarche qui est extrêmement stimulante ».

« Il est important que nous marchions ensemble vers l’égalité totale, c’est ensemble que nous allons y parvenir. Il n’y a pas une communauté de personnes qui se battent pour leurs droits. Il y a la société toute entière qui évolue, qui progresse et s’élève lorsqu’elle reconnait les droits de chaque citoyen » souligne la garde des Sceaux. «  Lorsque nous parlons de vous, nous parlons de nous et lorsque nous parlons de nous ensemble, nous parlons d’amour et nous devons oser le dire clairement » a insisté la ministre avant de chantonner quelques paroles de Jean Ferrat : « que serais-je sans toi, qu'un coeur au bois dormant, que cette heure arrêtée au cadran de la montre, que serais-je sans toi que ce balbutiement ».

SporTrans crée des espaces sportifs qui soutiennent la santé, la visibilité et la diversité : aquagym adaptées aux femmes Trans vivant avec le VIH et sessions ouvertes à l’interaction avec d’autres publics, cours de zumba (discipline récente qui rencontre un grand succès à mi-chemin entre la danse et la gymnastique) en milieu carcéral (Fleury-Mérogis), soutien aux équipes de Volleyball et Football Paris-TSG. Une exposition photos, un documentaire et un rapport seront réalisés pour valoriser ce projet innovant de lutte contre les stéréotypes transphobes et les discriminations.

« Depuis la création de notre association en 2010, le sport est intégré dans notre statut pour se libérer des stéréotypes et des discriminations transphobes et sexistes » rapporte Giovanna Rincon, directrice d’Acceptess-T. « Nous ne voulons plus être invisible » dénonce la directrice qui met en relief la transphobie du quotidien. « On n’aurait jamais pu concrétiser ce projet sans la collaboration du Sidaction. Notre but est de défendre le droit des personnes trans par des actions concrètes visibles, de permettre un meilleur épanouissement des personnes et de rendre légitime la question de trans-identité dans la société».

Giovanna Rincon souhaite « la reconnaissance et la protection des personnes transgenres et veut faire passer « un message d’espoir, de dignité et de respect de la condition des hommes ». Après la remise des ces prix hautement symboliques, un moment convivial et chaleureux a été partagé par les associations, les jeunes, leurs encadrants et la ministre.

Le Refuge
Quelques chiffres du Refuge depuis 2005 

- 5 270 jeunes ont contacté l’association.

- 731 jeunes ont été hébergés.

- 3 363 jeunes ont été accompagnés à distance et réorientés.

Le Refuge est une structure conventionnée par l'État qui propose un hébergement temporaire et un accompagnement social, médical, psychologique et juridique aux jeunes majeurs victimes d'homophobie ou de transphobie. Ces jeunes ont besoin d'une prise en charge spécifique et d'une écoute rassurante et déculpabilisante. Il s’agit d’accompagner et éventuellement d’héberger ces jeunes. Une équipe de professionnels et de bénévoles les aident à se reconstruire et à trouver une voie professionnelle dans laquelle s’insérer.

La structure dispose de 70 places d'hébergement en appartements à Montpellier, Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Bordeaux et gère des dispositifs d'hébergement en structures hôtelières à Lille, Avignon, Bastia, La Réunion, Perpignan, Strasbourg et Narbonne.

 
 
  
 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |