Ministère de la Justice
 
 

06 mai 2015

Futur palais de Justice de Paris-Batignolles

Christiane Taubira et Anne Hidalgo ont posé la première pierre du bâtiment

Il y avait du monde ce matin du 6 mai près du parc Martin Luther King dans le 17e arrondissement de Paris : autorités judiciaires, avocats, associations de victimes, élus parisiens et d’Île de France : ils sont venus pour assister à la pose de la première pierre du futur Palais de Justice de Paris par Christiane Taubira, ministre de la Justice, et Anne Hidalgo, Maire de Paris. Construit au cœur de la ZAC Clichy-Batignolles, il sera emblématique des évolutions en matière d’accueil des justiciables et de nouveaux fonctionnements des juridictions et s’inscrit ainsi pleinement dans le projet J21.

Christiane Taubira et Anne Hidalgo ont posé la première pierre du bâtiment  du Futur palais de Justice de Paris-Batignolles - Crédits : MJ/DICOMEn l’absence de Renzo Piano, souffrant, c’est un des collaborateurs du célèbre architecte qui présente l’impressionnante maquette du site. Toits jardins, panneaux de verres, grands espaces et transparence sautent aux yeux. le projet se veut moderne et ecolo-compatible. « Grâce à la ville de Paris, il y a un respect des nécessités environnementales avec notamment les toits terrasses, les lumières naturelles, l’insonorisation qui vont créer des conditions de qualité de travail et de vie. » soulignera la ministre dans son discours. « Ce quartier emblématique de la mégalopole du Grand Paris est un quartier sur lequel nous avons beaucoup travaillé » explique en effet Anne Hidalgo, la maire de Paris. Selon elle, cette première pose, « c’est un moment fort, un moment qui était attendu. Cela n’a pas été simple. Il faut avoir de l’audace, être ambitieux dans la conception des lieux. Avoir la Justice, cette grande dame de la République dans ce quartier était quelque chose qui nous tenait à cœur ».

Pour la ministre, « c’est une œuvre titanesque. Ce très beau bâtiment est le plus haut de Paris après la Tour Montparnasse » déclare-t-elle avant de relever que « c’est un défi pour la Justice de s’installer dans un grand bâtiment de 160 m qui s’élève dans une verticalité de verre, quand moi je m’obstine à rendre la Justice transversale ». 2500 personnes vont y travailler avec 8500 personnes attendues chaque jour. La garde des Sceaux le rappelle : le palais de Justice sera livré en juin 2017 afin « de rendre la Justice plus accessible, plus proche et plus protectrice ».

Un projet exceptionnel pour le ministère de la Justice

Christiane Taubira le reconnaît : un déménagement « est un traumatisme mais aussi un temps d’exaltation. Cela ne se fera pas sans quelques difficultés : on ne quitte pas le Palais de la Cité avec indifférence ». La ministre souhaite d’ailleurs que les avocats qu’elle considère comme « des partenaires de Justice s’approprient ce lieu ». C'est aussi l’occasion pour la ministre d’aborder les questions de transports et les garanties pour les logements et pour les places en crèches.

« C’est une belle œuvre, un très beau projet exemplaire du point de vue de l’environnement, du point de vue des personnes handicapées et du point de vue des justiciables. Dans la Justice nous nous obstinons à concilier la beauté et la Justice, le beau et le juste ».

Les interventions finies, la garde des Sceaux et la Maire de Paris signent le parchemin qui sera enfoui dans les fondations du bâtiment. Le parchemin scellé, la cérémonie se poursuit à l’air libre mais, sécurité oblige, tout le monde visse un casque de chantier sur la tête. La garde des Sceaux et la maire de Paris insèrent alors le parchemin dans une pierre qu’une grue dépose spectaculairement devant  tous les invités dans le cœur du chantier. « Vous ne le verrez plus avant 5000 ans ! » conclue en plaisantant la ministre.

Le futur palais de Justice de Paris en quelques chiffres

160 mètres de hauteur

38 étages

100 000 m2 de planchers

62 000 m2 de surfaces utiles

5 000 m2 de salle des pas perdus

90 salles d’audiences

50 ascenseurs

38 guichets d’accueil

205 cellules de détention

Restructuration des juridictions parisiennes

« Ce projet va permettre la restructuration de nos juridictions. L’enjeu est important pour le ministère de la Justice. Nous allons rassembler » soutient la garde des Sceaux, avant d'ajouter qu' « il y a une communauté de travail au service du justiciable ». La construction du futur palais de Justice permettra en effet le regroupement de l’ensemble des services du tribunal de grande instance (TGI) de Paris et de ses annexes actuellement réparties sur six sites. Seront aussi installés dans ce nouveau lieu le tribunal de police, le tribunal des affaires de sécurité sociale (TASS), les services de l’officier du ministère public.

Modernisation de la justice

L’ouverture du nouveau palais de Justice de Paris assurera une meilleure qualité du service rendu aux justiciables, répondra à l’augmentation de l’activité judiciaire, renforcera son efficacité, optimisera l’utilisation des nouvelles technologies, facilitera la tâche des équipes judiciaires et des auxiliaires de justice, garantira la sureté et la sérénité indispensables à l’exercice d’une justice efficace.

Le nouveau tribunal de grande instance (TGI) de Paris sera le premier site expérimental du développement de Portalis, le portail qui permettra aux justiciables et aux auxiliaires de justice de saisir en ligne la justice et de suivre l’avancement des procédures. Une évolution incontournable de la Justice du 21e siècle qui se généralisera.

Un concept architectural original : transparence et ouverture

« Le verre a été choisi car il est symbole de transparence et d'une justice ouverte  » explique la ministre. Le nouveau palais de Justice de Paris est l’œuvre de l’architecte Renzo Piano qui est à l'origine du centre Beaubourg et de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé. Renzo Piano a souhaité que le futur palais de Justice de Paris fasse appel aux énergies locales et renouvelables, bénéficie du réseau de chaleur de l’éco-quartier, de l’énergie solaire grâce aux nombreux panneaux photovoltaïques installés sur sa façade ou aux autres dispositifs de récupération de chaleur dans le souci constant de protection de la planète.

L’ensemble de la conception du bâtiment est orienté pour limiter les consommations d’énergie : les technologies de pilotage des équipements, les matériaux de construction utilisés, le recours à la ventilation naturelle minimisent fortement les consommations d’énergie à environ la moitié de celles des tours de bureaux construites en immeuble de grande hauteur à Paris. Le futur palais de Justice s’inscrit ainsi dans une démarche de développement durable au sein de l’écoquartier. 

Lire le dossier de presse

 

.

.

.

.

.

Crédits photo :
Laurent BLOSSIER / RPBW -L’Autre Image -Joachim Lézie-Cobert / Benjamin de Diesbach

 

 

 

 
 
  
 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |