Ministère de la Justice
 
 

30 janvier 2015

Aide aux victimes d'attentats et d'accidents collectifs

La ministre se rend au 20ème anniversaire de la FENVAC

Le 30 janvier 2015, la garde des Sceaux a participé à la journée d'étude de la Fédération nationale des victimes d'attentats et d'accidents collectifs (FENVAC) organisée à la Mairie de Paris. L'occasion de saluer le travail de cette Fédération d'associations, créées et animées exclusivement par des victimes bénévoles.

La politique d'aide aux victimes mise en œuvre depuis 2012
  • Augmentation du budget d'aide aux victimes (+25 % en 2013, +7,8 % en 2014 et +21,7 % prévu en 2015)
  • La généralisation des bureaux d'aide aux victimes dans tous les tribunaux de grande instance
  • Le déploiement du téléphone très grave danger sur tout le territoire
  • Les réponses judiciaires sont efficaces : dans 65% des cas, le premier contact du mineur avec la justice sera le seul au cours de sa minorité.
  • L'expérimentation de la Justice restaurative en Ile-de-France permettant à des victimes et auteurs d'infractions de se rencontrer (aider les uns à ''se réparer" et les autres à "prendre conscience" du préjudice causé)

« Votre disponibilité à l'autre et votre expérience permettent aux victimes de sortir de leur état de victime, de le dépasser, de se redresser » a souligné la ministre avant d'exprimer sa « profonde gratitude » pour le travail ainsi effectué par la FENVAC depuis plus de 20 ans. Un travail de qualité, un dévouement exceptionnel et un positionnement au service des victimes qui n'a jamais varié. « Pour vous, il ne s'est jamais agi de confisquer la parole des victimes, ni de les essentialiser. Ce qu'il faut, c'est mettre fin à leur situation de victime, les accueillir, les accompagner et garantir leurs intérêts » a expliqué Christiane Taubira. C'est pour cela qu'un partenariat « fructueux », selon les mots de la ministre, existe depuis 2003 entre la FENVAC et le ministère de la Justice pour les victimes d'accidents collectifs. Depuis 2011, la FENVAC aide et accompagne également les victimes de terrorisme. « La qualité de la relation entre la Chancellerie et la FENVAC n'ont cessé de s'intensifier » a résumé la garde des Sceaux.

Une prise en charge individualisée des victimes

La FENVAC a été fortement mobilisée lors des attentats qui ont eu lieu en janvier 2015. Plusieurs de ses membres ont notamment participé à la cellule interministérielle de crise mise en place sous l’autorité du Premier ministre afin d'accompagner les victimes et leurs familles. Cette cellule, pilotée par le Service de l'accès au droit et de l'aide aux victimes du ministère de la Justice et comprenant également des personnels de l'INAVEM, a pris appui sur deux axes de la politique publique menée par la Chancellerie en direction des victimes depuis 2012 : la prise en charge globale des besoins immédiats et l'accompagnement dans la durée. Un retour d'expérience de l'ensemble des professionnels impliqués dans la prise en charge des victimes et de leurs familles a également été organisé par la ministre, quelques jours après les attentats. Pour Christiane Taubira, « nous avons un dispositif qui fonctionne bien, avec des réponses rapides, mais il faut l'ajuster suite aux drames auxquels nous avons été confrontés au mois de janvier ».

Aide aux victimes d'attentats et d'accidents collectifs © MJ DICOM Caroline MontagnéDes pôles spécialisés créés pour traiter les accidents collectifs

Pour mieux accompagner les victimes, le ministère de la Justice a mis en place un groupe de travail sur la prise en charge des victimes d'accidents collectifs et de terrorisme. L'objectif : remettre à plat le dispositif afin d'améliorer la coordination des acteurs institutionnels et associatifs. Deux pôles spécialisés dans le traitement des accidents collectifs ont été également créés à Paris et à Marseille. « La création de ces pôles ouvrira un nouveau chapitre dans la relation que la FENVAC entretient avec le monde judiciaire et permettra une meilleure connaissance de chacun dans l'intérêt des victimes » a assuré la garde des Sceaux avant de conclure : « si la politique d'aide aux victimes est devenue une politique partenariale par essence, c'est bien grâce au savoir faire irremplaçable développé par les associations de victimes et notamment à celui de la FENVAC ».

 

 

 
 
  
 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |