Ministère de la Justice
 
 

29 août 2014

Visite de la maison centrale de Saint-Martin-de-Ré

Sécuriser les prisons et améliorer les conditions d'exercice des personnels

Christiane Taubira s'est rendue le 29 août 2014 au centre pénitentiaire de Saint-Martin-de-Ré afin de visiter « la plus grande maison centrale de France ». Consciente des difficultés que rencontrent les agents pénitentiaires, la ministre a tenu à échanger avec ces derniers sur leurs conditions d'exercice.

CP de Saint-Martin-de-Ré@E. Le Cossec/16-16/DICOM/MJ

 

« Ma préoccupation première ce sont les ressources humaines, c'est à dire à la fois les effectifs de personnel et les conditions dans lesquelles ils peuvent travailler » a assuré Christiane Taubira. C’est avec le soucis de" faciliter leurs conditions de travail"que la garde des Sceaux est allée à la rencontre des agents de « cette maison centrale atypique ».

 

 

Une maison centrale atypique

L’ouvrage fortifié a en effet été conçu par le Marquis de Vauban, ce qui vaut à l’un de ses quartiers, la citadelle, une inscription au « registre des monuments historiques » comme l'a rappelé le directeur de l'établissement Alain Cheminet lors de sa présentation. Autre particularité de la maison centrale, ses quartiers sont séparés géographiquement. Ainsi après être passée par  le bâtiment d’hébergement ainsi que l’unité sanitaire et l’unité de vie familiale (UVF) de « la caserne », c’est à vélo que Christiane Taubira a rejoint « la citadelle », où elle a pu visiter l’autre bâtiment d’hébergement puis le quartier disciplinaire et d'isolement.

L'établissement de Saint-Martin-de-Ré, d'une capacité de 460 places, accueille des détenus condamnés à de longues peines.  Lors de ce déplacement, la ministre de la Justice a souhaité visiter les ateliers où travaillent les détenus Des lieux essentiels pour préparer la réinsertion des personnes détenues, et donc prévenir la récidive.

Moment fort de cette visite, Francine Lahore, adjointe administrative et Philippe Gateau, surveillant, se sont vus remettre " pour leurs parcours remarquables et remarqués" la médaille pénitentiaire par la garde des Sceaux. A cette occasion, Christiane Taubira a pu longuement discuter avec les personnels pénitentiaires (surveillants, personnels administratifs, conseillers d'insertion et de probation) et les représentants syndicaux présents.

Un plan de sécurisation sans précédent

La sécurité des personnels pénitentiaires est un soucis constant de la garde des Sceaux qui a ainsi mis en place le 3 juin 2013, un ambitieux plan national de sécurisation des établissements pénitentiaires, à hauteur de 33 millions d’euros ainsi qu’un plan d’amélioration des conditions d’exercice des personnels de surveillance.

Le plan de sécurisation concerne le déploiement de nouveaux matériels : portiques de détection de masse métallique, magnétomètres, etc. L’équipement des maisons centrales et de leurs quartiers est renforcé. Deux nouvelles brigades cynotechniques ont été créées à Lyon et à Rennes.

A la demande de la ministre, un recensement précis des établissements devant bénéficier d’un renforcement de leurs structures a été entrepris. Pour exemple 38 établissement particulièrement concernés par le phénomène des projections d’objets par les détenus bénéficieront courant 2014 d’importants travaux de sécurisation : pose de filets, rehaussement des clôtures et des grillages, installation de dispositifs de vidéosurveillance.

Au-delà des moyens matériels supplémentaires, le plan de sécurisation s’appuie sur une meilleure prise en compte des gestes professionnels et sur  l’amélioration de la prise en charge globale du détenu. L’objectif est de concilier un impératif de sécurité et le respect de la dignité humaine.

Améliorer les conditions d'exercice des personnels de surveillance

La ministre est particulièrement attentive à la situation des personnels pénitentiaires et a entrepris de nombreuses actions pour revaloriser le statut des agents. Alors que seuls 125 agents étaient promus chaque année au grade de brigadier, ils sont plus de 1 440 à bénéficier de cette promotion en 2013, 2014 et 2015.

Les Chiffres clés de la politique pénitentiaire


 33 millions € pour le plan de sécurisation des établissements
+ 292 portiques de détection de masse métallique
5 établissements pénitentiaires inaugurés depuis 2012
200 postes débloqués en 2014 ; + 536 emplois prévus jusqu’en 2017
20 millions € pour le protocole statutaire des personnels
18%, c’est le taux de promotion des surveillants au grade de brigadier (contre 1,6% avant 2013)

 

 

Christiane Taubira a souhaité consacrer 20 millions d’euros à valoriser la diversité des carrières et des savoir-faire professionnels. Il s'agit de renforcer l'accès à la formation des personnels, d'améliorer le dispositif de prévention en matière de santé et de sécurité au travail  et de parvenir à une meilleure articulation entre organisation et conditions de travail. Le but est de neutraliser les phénomènes d’usure et de pénibilité.

La ministre veut améliorer durablement les conditions d’exercice des agents pénitentiaires, à la fois sur le plan matériel et humain. Un recrutement d’urgence de 200 postes en 2014 a été mis en place pour faire face aux difficultés de la surpopulation carcérale. Celui-ci s’inscrit dans un plan plus large de comblement des postes vacants dont l’objectif est de 536 emplois jusqu’en 2017.

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

 

 

 
 
  
 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |