Ministère de la Justice
 
 

11 juillet 2014

Inauguration des nouveaux locaux du SPIP Doubs-Jura

"1000 postes supplémentaires seront créés dans les SPIP d'ici 2016"

Christiane Taubira a inauguré vendredi 11 juillet les nouveaux locaux du SPIP (Service Pénitentiaire d'Insertion et de Probation) Doubs-Jura et ceux de l'antenne locale. L'occasion d'échanger avec les personnels et partenaires du service.

"Actuellement 80% des sorties de prison sont des sorties sèches, sans accompagnement". C'est à partir de ce constat que la garde des Sceaux souhaite apporter "des méthodes de travail nouvelles" et "réduire de façon drastique les sorties sèches". En inaugurant les nouveaux locaux du SPIP Doubs-Jura qui voient tripler leur surface, la ministre souhaite montrer sa volonté d'améliorer l'évaluation, le suivi, le contrôle et l'insertion des personnes détenues.

A quelques jours de la fin du parcours législatif de la réforme pénale, la ministre a rappelé que ce texte s'inscrivait dans un écosystème : de nouveaux outils d'évaluation et d'analyse permettront de "prévenir la récidive". En trois ans, 1000 emplois supplémentaires dédiés aux services d'insertion et de probation seront créés et accompagneront la mise en œuvre de la contrainte pénale dont 400 dès 2014. 

La garde des Sceaux a réaffirmé "les missions régaliennes confiées aux SPIP" en termes d'évaluation et de suivi tout en saluant l'intervention complémentaire des associations : "Nous apprécions très fortement leur travail d'enquête et d'analyse". Le SPIP du Doubs-Jura a signé 26 conventions avec des partenaires locaux : 6 sur le département du Jura, 13 sur Besançon et 7 sur Montbéliard.

Le SPIP organise avec des partenaires comme le Secours Catholique ou encore la Croix Rouge, des stages de citoyenneté qui se déroulent sur trois jours. Ils permettent de "réfléchir à comment ne pas récidiver et comment profiter de la position de citoyen pour avancer et se réconcilier avec l'humanité" confie une conseillère d'insertion et de probation de Montbéliard.

Limiter le risque de récidive

Le rôle du SPIP est aussi de favoriser les actions de réinsertion et de préparation à la sortie. L'objectif est d'aboutir à une autonomie et une responsabilisation du détenu. "Il faut faire en sorte que les personnes reviennent progressivement dans la société pour limiter le risque de récidive" a insisté la ministre.

Les détenus ont travaillé avec l'association Prunelle à la Maison d'arrêt de Besançon et le SPIP sur un projet d'art intitulé "Corps dans le décor". Un autre projet intitulé "De l'autre côté du miroir" a été élaboré avec deux plasticiens pour permettre aux détenus de réaliser leur autoportrait. 

Après la visite du SPIP, la garde des Sceaux s'est rendue au centre d'hébergement et de réinsertion de l'association Julienne Javel à Chalezeule. Elle a visité les jardins de Cocagne qui produisent et commercialisent des fruits et légumes biologiques. Une future pépinière maraîchère va être créée et permettre aux personnes prises en charge de se mettre à leur compte. La ministre a ensuite rencontré les résidents du foyer.

Tout au long de cette journée, Christiane Taubira a pu échanger longuement avec le personnel du SPIP et leurs partenaires. "Je vous fais totalement confiance et cela se reconnaît dans le texte de loi de la réforme pénale" leur a t-elle rappelé, avant de conclure : "cette visite m'a montré vos implications et vos innovations. Elle n'a fait que rendre encore plus forte et plus profonde ma confiance en vous et en vos métiers qui sont vraiment d'une grande utilité pour la société".

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

 
 
  
 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |