Ministère de la Justice
 
 

10 décembre 2014

Contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie

La mobilisation doit être collective

La garde des Sceaux a reçu, mardi 9 décembre à la Chancellerie, la Présidente de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe

Anne Brasseur, la Présidente de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE), a souhaité débuter sa série de déplacements dans les différents Etats membres du Conseil de l'Europe par une rencontre avec la garde des Sceaux à la Chancellerie. 

Au cœur de cet entretien, la ministre de la Justice et la présidente de l’APCE ont échangé sur la lutte contre l’intolérance et les actes racistes, antisémites, antimusulmans et homophobes. L’occasion pour la garde des Sceaux de revenir sur l’arsenal pénal très complet dont dispose la France en la matière. « Nous avons pris des initiatives dès 2012 » a-t-elle souligné. La garde des Sceaux a notamment rappelé la circulaire du 27 juin 2012 qui demande aux parquets de mettre en œuvre une politique pénale dynamique et offensive, dans le sens d’une répression plus ferme des actes racistes, antisémites et xénophobes.

Au-delà des instruments juridiques, Christiane Taubira a insisté sur la nécessaire mobilisation collective face à l’antisémitisme, au racisme et à la xénophobie. Les interdits qui rendaient intolérables ces paroles et ces actes de violence dans l’espace public, ont été mis à terre, sous prétexte d’en finir avec la pensée unique. Il faut « rétablir les inhibitions », a rappelé la garde des Sceaux.

Mais le défi n’est pas seulement franco-français. Comme l’a souligné la garde des Sceaux, les sociétés européennes, pour la plus part confrontées aux mêmes phénomènes, doivent se mobiliser. Et les institutions européennes doivent prendre leur part. « le rôle du Conseil de l’Europe sera amené à se renforcer en la matière » a ainsi annoncé Anne Brasseur.  

Pour Christiane Taubira, l’Europe doit également se doter d’instruments transnationaux. « Il est nécessaire de développer des outils communs, à l’échelle du continent, pour lutter contre les organisations et individus qui font de la haine d’autrui le moteur de leur vie » a-t-elle fait valoir. La garde des Sceaux a notamment évoqué l’idée de plateforme européenne qui recenserait les bonnes pratiques et idées innovantes qui renouvellent la lutte contre les extrémismes.

Anne Brasseur a invité Christiane Taubira à venir assister à une session de l’Assemblée à Strasbourg en 2015. 

L’Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe est la dimension parlementaire du Conseil de l’Europe siégeant à Strasbourg. Elle regroupe 318 parlementaires de 47 pays européens, représentant 820 millions de citoyens. Anne Brasseur, ancienne ministre de l’Education nationale de la formation professionnelle et des sports du Grand-Duché du Luxembourg, en est la présidente depuis janvier 2014.

L’Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe est la dimension parlementaire du Conseil de l’Europe siégeant à Strasbourg. Elle regroupe 318 parlementaires de 47 pays européens, représentant 820 millions de citoyens. Anne Brasseur, ancienne ministre de l’Education nationale de la formation professionnelle et des sports du Grand-Duché du Luxembourg, en est la présidente depuis janvier 2014.

 
 
  
 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |