Ministère de la Justice
 
 

19 avril 2013

Retour sur la carrière de Pierre Drai

Un « modernisateur » de la Justice

C’est avec beaucoup d’émotion que la garde des sceaux, ministre de la justice, a appris le décès le 18 avril 2013, à l’âge de 86 ans, de Pierre Drai, premier président honoraire de la cour de cassation. Personnalité reconnue pour la droiture de son esprit, sa haute conscience, son sens de l’humain et sa parfaite courtoisie, il a honoré grandement la magistrature française tout au long d’une carrière qui force le respect et l’admiration.

Le parcours de Pierre Drai est avant tout marqué par l’histoire, puisqu’il commença sa carrière comme juge suppléant à Tunis en 1949 et qu’il y exerça les fonctions de substitut puis de juge jusqu’en 1958. Après un passage à Grenoble en qualité de juge au tribunal de grande instance jusqu’en juin 1965, il est nommé au tribunal de la Seine en 1965 puis vice-président au tribunal de grande instance de paris en 1971. Il est nommé au cabinet de Jean Taittinger en qualité de conseiller technique en 1973 avant de rejoindre la cour d’appel de Paris, en qualité de conseiller en mai 1974 puis de premier vice-président au tribunal de grande instance en 1977. Nommé conseiller à la Cour de cassation le 27 août 1981, il accède peu après, le 1er janvier 1983, à la présidence du tribunal de Paris, où il succède alors à ce poste à Marcel Caratini. Il lui succèdera de nouveau, cette fois en tant que premier président de la cour de cassation le 18 juillet 1988, après avoir été à partir de 1985 premier président de la cour d’appel de Paris.

Il assurera les fonctions de premier président de la Cour de cassation jusqu’au terme de sa carrière en 1996. A ce poste, il s’est imposé comme un  modernisateur  de la Justice. Il continua ensuite à servir la magistrature française en apportant sa contribution aux travaux de diverses instances notamment à la tête de la Commission pour l'indemnisation des victimes de spoliations intervenues du fait des législations antisémites en vigueur pendant l'Occupation, lors de sa création en novembre 1999. La garde des sceaux se souvient de l’hommage qu’il rendait le 13 janvier 1998 pour le centenaire du « J’accuse » de Zola.

Par son dévouement à l’œuvre de justice, Pierre Drai est un exemple pour la profession et demeure pour l’institution judiciaire un modèle de probité et de rigueur.

 
 
  
 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |