Ministère de la Justice
 
 

25 avril 2013

L'action du gouvernement en matière pénitentiaire

La nécessité d'une prise en charge globale et transversale des personnes détenues

Le 25 avril 2013, Christiane Taubira, Garde des sceaux, ministre de la Justice, a participé à un débat parlementaire organisé au Sénat sur la mise en œuvre de la loi pénitentiaire suite au rapport d'information de la commission des lois de Madame BORVO COHEN-SEAT et de M. LECERF. L'occasion pour la ministre de dresser un premier bilan de son action en matière pénitentiaire, onze mois après sa nomination.

DICOM/Caroline MontagnéLes trois piliers de la politique pénitentiaire actuelle

« Réinsertion », « respect de la dignité » et « renforcement de la sécurité » sont les maîtres mots en matière pénitentiaire. Pour la ministre, il faut d'abord favoriser la réinsertion en favorisant le maintien des liens familiaux : en 2015, 6 fois plus d'établissements pénitentiaires seront équipés d'unités de vie familiale et de parloirs familiaux, ce qui portera leur nombre à 131. La réinsertion passe également par la création de 800 places de semi-liberté, par le développement des activités et notamment du travail dans les établissements pénitentiaires et par la possibilité, pour les personnes détenues, de bénéficier de soins adaptés.

L'amélioration des conditions de détention et des conditions de travail des personnels pénitentiaires est également au centre de la politique du gouvernement. Après avoir souligné que certains établissements pénitentiaires en outre-mer sont « dans un état calamiteux », la ministre a rappelé que le programme immobilier de la Justice prévoit la fermeture des établissements vétustes et l'ouverture de nouveaux établissements.

Outre la « réinsertion » et « le respect de la dignité », le « renforcement de la sécurité » en détention constitue le troisième pilier de la politique pénitentiaire menée par le gouvernement. Après avoir assuré que « la France a un taux d'évasion qui est l'un des plus faibles d'Europe », Christiane Taubira a détaillé les mesures prises depuis sa nomination : déploiement de moyens techniques dans les établissements (portiques à masse métallique, portiques à onde millimétrique), sécurisation des abords des établissements, amélioration de la lutte contre les projections, renforcement du renseignement pénitentiaire, ou encore amélioration de la prise en charge des détenus particulièrement surveillés par une circulaire du 15 octobre 2012. Sur ce dernier point, la ministre souhaite prendre de nouvelles mesures, en concertation avec les organisations syndicales pénitentiaires.

Des textes soumis au Parlement dans les prochains mois

Après avoir évoqué la signature du décret concernant les règlements intérieurs type, Christiane Taubira a annoncé sa volonté, dans un souci de transparence, d'autoriser les journalistes à accompagner les parlementaires lors de leurs visites dans les établissements pénitentiaires.

Suite aux conclusions de plusieurs groupes de travail communs entre le ministère de la Santé et le ministère de la Justice, la ministre souhaite également, dans un souci d'humanité, simplifier et réduire les délais des procédures de suspension et d'aménagement de peines pour motif médical.

Christiane Taubira a conclu ses propos en rendant hommage à l'investissement des personnels pénitentiaires et les a assurés que les actions mises en œuvre depuis sa nomination visent à améliorer leurs conditions de travail et à clarifier le sens de leur mission.

 

Pour mémoire, la conférence de consensus sur la prévention de la récidive

 
 
  
 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |