Ministère de la Justice
 
 

09 mars 2013

Journée de la femme à la Chancellerie

La garde des sceaux, Christiane Taubira, ministre de la justice a convié à dîner 45 femmes remarquables, hier 8 mars.

Rencontre avec des femmes remarquables : crédits photos : MJ DICOM Caroline MontagnéLa soirée fut animée par le groupe lovelydays, un trio de jazz qui, par le choix de son répertoire, a accompagné le dîner avec grande délicatesse. Ci-après quelques extraits de son propos de bienvenue :" Mesdames, en vous remerciant d'avoir honoré cette invitation, je vous souhaite la bienvenue à la Chancellerie. J'ai personnellement et soigneusement élaboré la liste des convives car je tenais à la présence de chacune d'entre vous. En belle illustration du mot d'ordre du gouvernement, 'le 8 mars c'est toute l'année', je vous confirme que la date n'est pour moi qu'un prétexte pour m'offrir le bonheur de votre compagnie en vous rassemblant, vous si diverses, chacune étant pour moi un monument , par la personnalité, le tempérament, le parcours professionnel, les expériences, les engagements, les audaces. Nous devons continuer à faire progresser les droits par la loi, nous devons les faire respecter par les sanctions, mais nous devons surtout revivifier une dynamique culturelle et sociale comme en ce temps de conquête , pas si lointain, mais que 'les jeunes de vingt ans ne peuvent pas connaître' qui nous enseigne que c'est tous les jours, sur tous les champs de bataille qu'il faut donner assaut aux citadelles . Imposons nous de parvenir à installer dans la société, comme une tranquille évidence, cette idée et cette chose à la fois naturelle et impérieuse que la femme, sujet de droit, est une citoyenne totale et qu'il faut s'habituer à la voir exercer la plénitude de ses droits, son libre choix en toutes matières et en toutes circonstances. Toutes les conquêtes féminines furent arrachées de haute lutte, et je veux exprimer ma gratitude envers celles qui s'y sont livrées, ont affronté l'opprobre, la défiance, le mépris, parfois des surnoms forcément déplaisants. Grâce à ces femmes, nous avons cessé d'être la femme, icone, idée plaisante et muette, fantasme, marbre immobile, pour devenir des femmes bien vivantes, si différentes, telles qu'il nous plait d'être, contrariantes, agaçantes, exaspérantes et... si joyeuses.  Chacune à la fois une et multiple.  Face à ces conquêtes, précieuses, récente  encore fragiles, nous devons convenir qu'en France et dans le monde, nous avons une grande défaite : les violences faîtes aux femmes. dans les zones de conflit et dans ce territoire étrange qu'est la maison, où des hommes mènent une guerre hystérique. Les conventions internationales, les déclarations solennelles annoncent régulièrement la fin des violences contre les femmes. Nous en viendrons à bout avec les armes du droit, mais aussi et sans doute plus vite, en faisant la guerre à cette guerre, comme nous savons le faire avec détermination et joie de vivre. Je vous disais que chacune d'entre vous est une et multiple, chacune d'entre vous est, et j'emprunterai ces mots à Aimé Césaire, une femme mille noms, de fontaine, de soleil et de pleurs. Merci Mesdames d'avoir accepté d'illuminer cette soirée."    

 
 
  
 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |