Ministère de la Justice
 
 

22 novembre 2013

Christiane Taubira rencontre les étudiants de Sciences Po

Débat autour de la réforme pénale

Vendredi 22 novembre Christiane Taubira, Garde des sceaux, ministre de la Justice, était à Sciences Po pour débattre avec les étudiants autour de la réforme pénale, à l'occasion d'une rencontre initiée par Terra Nova et Terra Nova Étudiants.

Christiane Taubira rencontre les étudiants de Sciences PoLa Garde des sceaux a présenté le projet de loi visant à prévenir la récidive et à renforcer l'individualisation des peines. A la rencontre des étudiants, la ministre a tenu à discuter de la réforme pénale : «partager sur un sujet difficile […] mais sur un sujet qui met à l’épreuve à la fois notre raison, notre sensibilité, notre générosité ».

Une nouvelle génération

A l’initiative de ce débat, Terra Nova étudiant, la branche étudiante du think thank Terra Nova qui a entamé depuis un an, une réflexion sur la réforme pénale avec un groupe de travail « Prison et Réinsertion ». Christiane Taubira a insisté sur l’importance de cette nouvelle génération. « Je sais que si il y a une génération qui est capable d’être à la fois généreuse et exigeante c’est la votre, c’est-à-dire que vous avez la générosité du cœur mais vous avez l’exigence de l’esprit » a-t-elle déclaré.

La Garde des sceaux a rappelé le contexte de cette réforme « le constat c’est une inflation pénale […] sur les dix dernières années il y a eu une centaine de lois modifiant le code pénal ou le code de procédure pénale ». « Les lois sont les règles communes, ce sont les règles sur lesquelles se fondent nos relations dans la société. [ …] Il est important que nous écrivions les lois avec la plus grande précaution et avec le plus grand sérieux » a souligné la ministre.

Le sens de la peine

« Nous avons conscience que ce sujet est un sujet important, un sujet sensible et qui concerne la société toute entière. C’est-à-dire que la démocratie doit s’interroger sur la façon dont elle punit, dont elle sanctionne, le sens qu’elle donne à la peine et ce qu’elle attend comme résultat de la sanction ». La sanctiondoit « protéger durablement la société » en évitant la récidive.

La ministre a insisté sur la notion de sanction qui « doit avoir un sens pour la victimequi doit percevoir que la société la protège bien d’une part, par sa sanction mais que la société aussi vielle à la réparation du préjudice qu’elle a subi […]Et puis la sanction doit servir aussi à la personne condamnée, à comprendre sa relation à la société, aux règles de la société, aux lois de la société, […]sa relation à la victime et sa relation à son avenir. Et c’est en ce sens que même les peines de prison doivent être des peines qui préparent au retour dans la société, qui préparent à la réinsertion ».

Après avoir présenté les grands axes du projet de loi de réforme pénale, la ministre a pu répondre aux questions des étudiants.

 

 
 
  
 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |