Ministère de la Justice
 
 

17 octobre 2012

Une directive de politique pénale spécifique à la Corse

Intervention de Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, à l'issue du Conseil des ministres le 17 octobre 2012.

"L’assassinat hier en Corse d’un avocat a suscité une très grande émotion. En Corse bien sûr mais partout en France. En effet il y a de quoi s’inquiéter de tous ces meurtres, de tous ces assassinats, les chiffres sont impressionnants.

En 2011, 22 homicides et en 2012 déjà 15 homicides. Quant aux attentats ou aux tentatives d’attentat, 62 tout au long de l’année 2011 et 55 à ce jour. Cette situation est insupportable. Le gouvernement est déterminé à agir avec la plus grande fermeté, la plus grande détermination contre ce fléau qui mine la Corse, qui est le crime organisé depuis de longues années. C’est une lutte que le gouvernement veut mener de façon globale contre toutes les formes de criminalité. Le grand banditisme en Corse est maintenant bien organisé notamment dans sa dimension économique et financière. Donc c’est sous tous ces aspects qu’il sera combattu. C’est pour ça que j’ai demandé à madame Le Garde des Sceaux ainsi qu’à monsieur le ministre de l’Intérieur, de me faire des propositions sur deux points. D’abord le renforcement de la coordination opérationnelle entre les services de police et de la justice. Mais également de faire des propositions sur la stratégie globale de lutte contre ces activités criminelles. Une directive de politique pénale sera élaborée, spécifique au territoire de la Corse conforme à la directive de politique pénale qui a été adoptée récemment par le Conseil des Ministres.

J’organiserai la semaine prochaine une réunion à partir de cette commande, à ces deux ministres, auxquels j’associerai également le ministre de l’Economie et des Finances et le ministre du Budget concernant tous les aspects fiscaux de délinquance financière afin de définir le plan d’action à prendre.

Je demande également à tous les autres membres du gouvernement dans les autres secteurs de l’action gouvernementale de veiller en liaison avec les élus de Corse au respect des engagements de l’Etat, je pense en particulier à tous les investissements qui doivent être réalisés dans cette région, mais j’insiste aussi sur la nécessité de veiller à la cohérence globale de l’action politique, et de l’action des politiques publiques. Chacun peut le constater, à Marseille comme en Corse, ou ailleurs sur le territoire national, il y a beaucoup à faire pour que la loi républicaine soit respectée par tous et partout. Ce n’est pas par des effets d’annonce qu’on résoudra ces questions qui minent le pacte social, c’est par un travail en profondeur, déterminé, méthodique que nous réussirons. Il y a beaucoup de choses à changer, il y a beaucoup de dévouement, beaucoup de professionnalisme dans la police, dans la justice, dans l’ensemble des services publics, mais il y a aussi des choses à changer, à améliorer, à réformer, c’est ce que nous allons faire. Il en va de la confiance des Français dans l’Etat républicain."

 
 
  
 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |