Ministère de la Justice
 
 

23 juillet 2020

L’Affaire Caserio ou « Le procès de l’anarchisme »

Le 24 juin 1894, le Président de la République Sadi Carnot est assassiné à Lyon par l’anarchiste italien Caserio. L’assassinat du chef de l’Etat est un événement qui marque les esprits, le procès qui s’en suit sera celui de l’anarchisme.

L’Affaire Caserio ou « Le procès de l’anarchisme »CL’assassinat du 24 juin 1894

Sadi Carnot est le petit-fils de Lazare Carnot « Le Grand Carnot », organisateur de la victoire pendant la Révolution française. Il devient président de la République française en 1887 et le restera jusqu’à ce fameux jour de juin 1894.

A l’époque du drame la société française bouillonne  de revendications syndicales et le mouvement anarchiste prend de l'ampleur. En témoigne, la mise en place sous sa présidence des fameuses « lois scélérates » qui visent à restreindre les libertés individuelles et celles de la presse face à ce qui est considéré comme la menace anarchiste.

Sadi Carnot devient de fait, l’une des cibles de cette mouvance. Il a, en effet,  refusé la grâce d’anarchistes célèbres : Ravachol ou Auguste Vaillant.

Le 24 juin 1894, Sadi Carnot est blessé d'un coup de poignard par l'anarchiste italien Sante Geronimo Caserio, alors qu'il quittait la Chambre de commerce de Lyon par une issue secondaire à l'occasion de l'exposition universelle, internationale et coloniale.

Le Président de la République, transporté à la préfecture du Rhône, est touché au foie. Il agonise pendant trois heures jusqu’à sa mort. Sa dépouille est ramenée à Paris pour des funérailles nationales, suivi de son inhumation au Panthéon le 1er juillet 1894 au côté de son illustre grand-père.

L’anarchie sur le banc des accusés

Caserio est arrêté le jour de l’assassinat.  Commencée le jour même sous la direction du juge Benoist, l’instruction se termine le 16 juillet.

Le procès se déroule à la cour d’assises de Lyon les 2 et 3 août 1894. Assisté d’un avocat italien, Maître Alfredo Podreider du barreau de Milan, Caserio est interrogé de 9 heures à 18 heures ce même jour.  Le procès s’achève le lendemain à 13 heures, après l’audition de vingt-six témoins.

Fidèle à son anarchisme, il défend son acte contre les gouvernements oppresseurs qui font usage des fusils et des prisons. Lui et les anarchistes répondent par les poignards et les bombes. Son geste vise à détruire la bourgeoisie et les gouvernements. Il ne demande pas la pitié du jury et ne livre aucun complice. Au cours de son procès il ne renie jamais son geste.

La cour conclut à sa pleine responsabilité.  Il est reconnu coupable et condamné à la peine de mort.

Agé de 20 ans, Caserio est guillotiné le 16 août 1894 à Lyon.

Les répercussions de l’affaire sur la société française

L’anarchisme suscite l'inquiétude de l'opinion publique. A la suite de cet assassinat, des actes de violences sont commis  de la part des Français envers les Italiens.

Le 28 juillet 1894, la chambre des députés adopte la troisième et plus marquante des « lois scélérates ». Interdisant tout type de communication aux anarchistes, elle contribue à l’épuisement du mouvement.

Le Gallois Sullivan
M2/ Etudes politiques

 
 
  

 Vidéos

  • Gisèle Halimi revient sur le procès de Bobigny
    Gisèle Halimi revient sur le procès de Bobigny
  • La rénovation du palais de justice de Paris
    La rénovation du palais de justice de Paris
  • L'Hôtel de Bourvallais
    L'Hôtel de Bourvallais
  • La Cour de cassation
    La Cour de cassation
  • Le Parlement de Bourgogne
    Le Parlement de Bourgogne
  • Le palais de justice de Toulouse
    Le palais de justice de Toulouse
  • Il y a 30 ans, l'abolition de la peine de mort : interview de Robert Badinter
    Il y a 30 ans, l'abolition de la peine de mort : interview de Robert Badinter
  • Les symboles de la Justice
    Les symboles de la Justice
  • Exposition "Du Parlement de Normandie au palais de justice de Rouen"
    Exposition "Du Parlement de Normandie au palais de justice de Rouen"
  • De la Monarchie à la IIIème République
    De la Monarchie à la IIIème République
  • Les cycles dans l'histoire constitutionnelle
    Les  cycles dans l'histoire constitutionnelle
  • Les libertés fondamentales
    Les libertés fondamentales
  • Exposition aux Archives nationales : la Révolution à la poursuite du crime
    Exposition aux Archives nationales : la Révolution à la poursuite du crime
  • L'ENM par ceux qui l'ont vécue Témoignages : 1958-2008
    L'ENM par ceux qui l'ont vécue Témoignages : 1958-2008
  • Cinquantenaire de l'ENM, le défi du nombre et de la complexité
    Cinquantenaire de l'ENM, le défi du nombre et de la complexité
  • Le Conseil d?État au Palais Royal
    Le Conseil d?État au Palais Royal
  • L'évolution de la délinquance des mineurs et de la justice pénale des mineurs depuis 1945
    L'évolution de la délinquance des mineurs et de la justice pénale des mineurs depuis 1945

 Radio en ligne

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: introduction à la chronique

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les instructions

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les actes d'accusation

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les défenses

La Justice sous l'Ancien Régime

La Justice révolutionnaire

La justice Napoléonienne

La Justice républicaine

 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |