Ministère de la Justice
 
 

01 novembre 2010

Visite thématique : les personnels

Retour à l'accueil
Vers la rubrique "Le musée des prisons"Vers la visite historiqueVous êtes sur la page "Visite thématique"

 

Détenus - Les personnels - Le corps en prison - Dans les murs - Les activités en prison - Les objets


Du gardien au surveillant - Les directeurs - Les personnels spéciaux -
Les religieuses des prisons

 

 

 

Du gardien au surveillant
Les personnels pénitentiaires en uniforme

Sous l'Ancien Régime, les gardiens-chefs des prisons, concierges ou geôliers, rémunéraient sur leurs propres deniers les gardiens ordinaires, appelés guichetiers ou porte-clefs.
Au XIXe siècle, ces gardiens étaient d'anciens militaires recrutés par les préfets. Leur uniforme en porta longtemps la trace; ils étaient armés d'un mousqueton de cavalerie ou d'un sabre. Sous la Troisième République, la tenue des personnels en uniforme comprenait :

  • une tunique

  • une capote

  • un pantalon de drap

  • un gilet

  • un képi

  • un col et une cravate

  • une paire de gants.

Les prisons de femmes, après 1840, furent gardées par des religieuses puis par des surveillantes laïques.
A partir du 2 août 1919, les gardiens de prison furent appelés surveillants.
Les surveillants pénitentiaires sont aujourd'hui recrutés par con,cours et suivent une formation de 8 mois avec de nombreux stages pratiques à l'Ecole nationale d'administration pénitentiaire à Agen.

 

 

 

Rapport (1930)

Rapport sur la conduite des gardiens
de la maison centrale de Melun, 1830.

 

Conférence (1903)

Conférence dans la chapelle cellulaire de la maison d'arrêt de Fresnes.
Le Petit Parisien, 1903.

 

École pénitentiaire supérieure 1929

École pénitentiaire supérieure.
Maison d'arrêt de Fresnes, 1929.
Photo Henri Manuel.

 

Un surveillant et sa famille - 1930

Un surveillant et sa famille, 1930.
Maison d'arrêt de Lille.
Photo Henri Manuel.

 

gradée ouvrant une porteÉcole pénitentiaire supérieure
Une gradée ouvrant une porte à guichet.
Maison centrale de Montpellier, 1930.
Photo Henri Manuel.
École pénitentiaire supérieure.
Maison d'arrêt de Fresnes, 1929.
Repas des élèves surveillant.
Photo Henri Manuel.
  
surveillant-chefsurveillants remplissant le cahier des consignes
Un surveillant-chef.
Maison d'arrêt de Strasbourg, août 1930.
Photo Henri Manuel.
Surveillants remplissant le cahier des consignes.
Maison centrale de Clairvaux, 1933.
Photo Henri Manuel.

 

 

 

 


Les directeurs

Le décret de 1907 comptait les directeurs de prison parmi les personnels administratifs, aux côtés des économes, greffiers-comptables, mais aussi instituteurs…
Depuis 1958, il existe une catégorie spécifique des personnels de direction (sous-directeur, directeur, directeur régional). Les sous-directeurs sont aujourd'hui recrutés par concours interne ou externe (ouvert aux personnes ayant au moins un bac + 3), et suivent une formation de 2 ans à l'école nationale d'administration pénitentiaire.

 

Un gradé dans son bureau - 1930Le directeur dans son bureau - 1930
Un gradé dans son bureau.
Maison d'arrêt de Nancy, 1930.Photo Henri Manuel
Le directeur dans son bureau.
Maison centrale de Fontevrault, 1930.
Photo Henri Manuel
  
Maison du directeur, Logement de fonction - 1931Directeur, sous-directeur, surveillant chef tenant un prétoire - 1932
Maison du directeur. Logement de fonction.
Maison centrale de Fresnes, 1931.
Photo Henri Manuel.
Directeur, sous-directeur, surveillant chef tenant un prétoire.
Maison centrale de Nîmes, 1932.
Photo Henri Manuel.

 


Les personnels spéciaux

Un décret de 1907 distinguait le personnel de garde, le personnel administratif et le "personnel spécial" à savoir les médecins, pharmaciens, aumôniers et architectes. Cette catégorie n'existe plus aujourd'hui. Les fonctionnaires pénitentiaires sont composés de 5 grands types de personnels (de surveillance, de direction, d'insertion et de probation, administratif, technique). A leur côté, interviennent de nombreux partenaires " extérieurs " : médecins et autres membres du corps médical, enseignants de l'Éducation nationale, aumôniers, salariés d'entreprises privées, bénévoles…

 

 

Le barbier - 1930La pharmacie et le pharmacien - 1930
Le barbier.
Maison centrale de Nîmes, 1930. Photo Henri Manuel.
La pharmacie et le pharmacien.
Maison d'arrêt de Fresnes, 1930.
Photo Henri Manuel.
  
Le médecin officiant à l'infirmerie - 1930L'équipe médicale - 1930
Le médecin officiant à l'infirmerie.
Maison centrale de Fontevrault, 1930.
Photo Henri Manuel.
L'équipe médicale. Maison centrale de Nîmes, 1930.
Photo Henri Manuel.
 
L'aumônier catholique
L'aumônier catholique de la maison d'arrêt de Metz, 1930.
Photo Henri Manuel

 

 

 


Les réligieuses des prisons

Présentes dans certaines prisons dès le Ier Empire, les religieuses vont prendre un pouvoir grandissant à compter de 1839 quand leur est confiée la garde des femmes détenues condamnées. Tout change avec la laïcisation des prisons entre 1890 et 1907, mais jusqu'aux années 1930, des religieuses continuent d'assurer leur service dans les prisons parisiennes et certaines prisons de province. Aujourd'hui, une dizaine de religieuses interviennent encore dans quelques prisons (Fleury-Merogis, hôpital de Fresnes, centre pénitentiaire de Rennes), le plus souvent comme infirmières, jamais comme surveillantes.

 

Religieuse - 1930Promenade : groupe de détenues, enfants, religieuse - 1930
Religieuse, Maison d'arrêt de Fresnes, 1930.
Photo Henri Manuel
Promenade : groupe de détenues, enfants, religieuse.
Maison d'arrêt de Fresnes, 1930.
Photo Henri Manuel
  
Religieuses dans leur salle de repos - 1928Le prétoire : directeur, sous-directeur, deux religieuses et une détenue - 1930
Religieuses dans leur salle de repos.
Maison centrale d'Haguenau, 1928.
Photo Henri Manuel.
Le prétoire : directeur, sous-directeur,
deux religieuses et une détenue.
Photo Henri Manuel - 1930.
  
Jardin des religieuses - 1930Religieuse surveillant une détenue qui coupe de l'herbe au jardin - 1928
Jardin des religieuses. Maison d'arrêt de Metz, 1930
Photo Henri Manuel.
Religieuse surveillant une détenue
qui coupe de l'herbe au jardin.
Maison centrale d'Haguenau, 1928.
Photo Henri Manuel.
 
 
  

 Vidéos

  • Gisèle Halimi revient sur le procès de Bobigny
    Gisèle Halimi revient sur le procès de Bobigny
  • La rénovation du palais de justice de Paris
    La rénovation du palais de justice de Paris
  • L'Hôtel de Bourvallais
    L'Hôtel de Bourvallais
  • La Cour de cassation
    La Cour de cassation
  • Le Parlement de Bourgogne
    Le Parlement de Bourgogne
  • Le palais de justice de Toulouse
    Le palais de justice de Toulouse
  • Il y a 30 ans, l'abolition de la peine de mort : interview de Robert Badinter
    Il y a 30 ans, l'abolition de la peine de mort : interview de Robert Badinter
  • Les symboles de la Justice
    Les symboles de la Justice
  • Exposition "Du Parlement de Normandie au palais de justice de Rouen"
    Exposition "Du Parlement de Normandie au palais de justice de Rouen"
  • De la Monarchie à la IIIème République
    De la Monarchie à la IIIème République
  • Les cycles dans l'histoire constitutionnelle
    Les  cycles dans l'histoire constitutionnelle
  • Les libertés fondamentales
    Les libertés fondamentales
  • Exposition aux Archives nationales : la Révolution à la poursuite du crime
    Exposition aux Archives nationales : la Révolution à la poursuite du crime
  • L'ENM par ceux qui l'ont vécue Témoignages : 1958-2008
    L'ENM par ceux qui l'ont vécue Témoignages : 1958-2008
  • Cinquantenaire de l'ENM, le défi du nombre et de la complexité
    Cinquantenaire de l'ENM, le défi du nombre et de la complexité
  • Le Conseil d?État au Palais Royal
    Le Conseil d?État au Palais Royal
  • L'évolution de la délinquance des mineurs et de la justice pénale des mineurs depuis 1945
    L'évolution de la délinquance des mineurs et de la justice pénale des mineurs depuis 1945

 Radio en ligne

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: introduction à la chronique

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les instructions

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les actes d'accusation

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les défenses

La Justice sous l'Ancien Régime

La Justice révolutionnaire

La justice Napoléonienne

La Justice républicaine

 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |