Ministère de la Justice
 
 

01 novembre 2010

Visite thématique : les détenus

Retour à l'accueil
Vers la rubrique "Le musée des prisons"Vers la visite historiqueVous êtes sur la page "Visite thématique"

 

Détenus - Les personnels - Le corps en prison - Dans les murs - Les activités en prison - Les objets


Femmes - Jeunes - Hommes

 

 

 

Femmes

Les femmes sont obligatoirement détenues dans un établissement ou un quartier d'établissement disctinct de celui des hommes. Elles ne sont fouillées que par des femmes surveillantes. A partir de 1840 et jusqu'à la fermeture de la prison de la petite Roquette en 1973, des religieuses ont assuré la surveillance des femmes détenues. Aujourd'hui encore, les femmes peuvent garder leur enfant auprès d'elles jusqu'à l'âge de 18 mois. Des organismes et des associations assurent l'accompagnement des enfants plus âgés aux parloirs. Certains établissements mettent en place des espaces qui leurs sont réservés.

 

 

La promenade

La promenade : marche des détenues.
Maison centrale d'Haguenau, 1930.
Photo Henri Manuel.

 

détenue au cannage

Détenue en cellule travaillant au cannage.
Maison centrale d'Haguenau, 1930.
Photo Henri Manuel.

 

atelier de lingerie

Atelier de lingerie.
Maison centrale de Montpellier, juin 1930.
Photo Henri Manuel.

 

détenue lavant un escalier

Détenue lavant un escalier.
Maison centrale d'Haguenau, 1930.
Photo Henri Manuel.

 

Dortoir des femmes

Dortoir des femmes.
Maison d'arrêt de Lille (femmes), 1930.
Photo Henri Manuel.

 

La pouponnière

Quartier des femmes - La pouponnière.
Maison d'arrêt de Fresnes, 1930.
Photo Henri Manuel.

 

La pouponnière

La pouponnière - groupe d'enfants, une religieuse, quatre détenues.
Maison d'arrêt de Fresnes, 1930.
Photo Henri Manuel.

 

Quartier des nourrices

Quartier des nourrices.
Maison d'arrêt de Fresnes, 1930.
Photo Henri Manuel.

 

Repas des bébés

Repas des bébés à Fleury-Mérogis.
Aquarelle de N. Herrenschmidt, 1997.

 

euronef

Femme en atelier Euronef au centre pénitentiaire de Rennes.
Photo O. Guichardaz, 1994.

 

 

 

 


Jeunes

Depuis la fin du Moyen Age jusqu'aux années 1840, le sort des enfants délinquants consista le plus souvent dans leur confinement parmi la population des prisonniers adultes. Puis, avec la loi du 5 août, apparurent les colonies pénitentiaires agricoles d'enfants, chargées de rééduquer les mineurs par le travail. Les plus connues sont Belle-île-en-Mer, Aniane, SDt-Bernard, Mettray (souvenir de Jean Genet)...
Sous l’influence des législations étrangères sur l’enfance, la loi du 22 juillet 1912 pose et reconnaît les grands principes qui organisent désormais le système français et préfigurent la protection judiciaire de l’enfance délinquante et en danger des ordonnances du 2 février 1945 et du 23 décembre 1958. L'innovation la plus importante de la loi de 1912 est la liberté surveillée. Cette date marque aussi la création des premiers tribunaux pour enfants.

La notion du discernement

Le Code pénal de 1791, puis celui de 1810 prévoient un dispositif spécial pour l'enfermement des mineurs de moins de 16 ans, condamnés, acquittés par manque de discernement ou détenus à la demande des familles.
Pour les mineurs de plus de 13 ans, le tribunal ou la cour doit poser la question du discernement. Si le mineur est reconnu avoir agi avec discernement, il sera condamné à une peine mais il pourra bénéficier d’une excuse légale atténuante. Les peines sont subies soit dans une section dite de répression d’une colonie correctionnelle pour les peines criminelles, soit dans un quartier séparé de maison d’arrêt jusqu’à six mois, dans une colonie pénitentiaire de jeunes détenus entre six mois et deux ans, soit dans une colonie correctionnelle au-dessus de deux ans.
Entre 16 et 18 ans, les mineurs reconnus coupables et ayant agi avec discernement sont assimilés aux majeurs, ils ne bénéficient d’aucune réduction de peine et subissent leur peine dans les mêmes établissements que les adultes.
Les dernières colonies, ou "bagnes d'enfants", ont été fermées pendant la seconde guerre mondiale. Une loi du 30 décembre 1987 interdit l'incarcération des mineurs de moins de 13 ans.

 

 

Jeune détenu (vers 1850)

Jeune détenu à la colonie pénitentiaire de Mettray, vers 1850.
Gravure de Sottin.

 

Les enfants aiment le changement..." Caricature parue dans "L'assiette au beurre", journal satirique, 1909.

"- Les enfants aiment le changement...
Et il faut si peu de chose pour les rendre heureux !
"
Caricature parue dans "L'assiette au beurre", journal satirique, 1909.

 

 

salle de classe - 1930

Salle de classe.
Maison Centrale de Montpellier, juin 1930.
Photo Henri Manuel.

 

 

leçon de calcul à de jeunes détenus - 1930

École : leçon de calcul à de jeunes détenus.
Maison centrale de Melun, 1930.
Photo Henri Manuel.

 

 

 

 


Hommes

 

La majorité des détenus sont des hommes. Il existe deux catégories de détenus : les prévenus (en attente de jugement) incarcérés dans les maisons d'arrêt et les condamnés, placés dans les maisons centrales et les centres de détention. Depuis 1983, ils ne sont plus obligés de porter l'uniforme pénal fourni par l'administration pénitentiaire.

 

 

Détenu réparant une serrure - 1930

Détenu réparant une serrure.
Maison d'arrêt de Lille, 1930.
Photo Henri Manuel.

 

détenu sur son lit devant la fenêtre - 1930

Détenu debout sur son lit devant la fenêtre.
Maison d'arrêt de Limogzes, 1930.
Photo Henri Manuel.

 

Détenu fabricant des paniers à salade en cellule - 1930

Détenu fabricant des paniers à salade en cellule.
Maison centrale de Melun, 1930.
Photo Henri Manuel.

 
 
  

 Vidéos

  • Gisèle Halimi revient sur le procès de Bobigny
    Gisèle Halimi revient sur le procès de Bobigny
  • La rénovation du palais de justice de Paris
    La rénovation du palais de justice de Paris
  • L'Hôtel de Bourvallais
    L'Hôtel de Bourvallais
  • La Cour de cassation
    La Cour de cassation
  • Le Parlement de Bourgogne
    Le Parlement de Bourgogne
  • Le palais de justice de Toulouse
    Le palais de justice de Toulouse
  • Il y a 30 ans, l'abolition de la peine de mort : interview de Robert Badinter
    Il y a 30 ans, l'abolition de la peine de mort : interview de Robert Badinter
  • Les symboles de la Justice
    Les symboles de la Justice
  • Exposition "Du Parlement de Normandie au palais de justice de Rouen"
    Exposition "Du Parlement de Normandie au palais de justice de Rouen"
  • De la Monarchie à la IIIème République
    De la Monarchie à la IIIème République
  • Les cycles dans l'histoire constitutionnelle
    Les  cycles dans l'histoire constitutionnelle
  • Les libertés fondamentales
    Les libertés fondamentales
  • Exposition aux Archives nationales : la Révolution à la poursuite du crime
    Exposition aux Archives nationales : la Révolution à la poursuite du crime
  • L'ENM par ceux qui l'ont vécue Témoignages : 1958-2008
    L'ENM par ceux qui l'ont vécue Témoignages : 1958-2008
  • Cinquantenaire de l'ENM, le défi du nombre et de la complexité
    Cinquantenaire de l'ENM, le défi du nombre et de la complexité
  • Le Conseil d?État au Palais Royal
    Le Conseil d?État au Palais Royal
  • L'évolution de la délinquance des mineurs et de la justice pénale des mineurs depuis 1945
    L'évolution de la délinquance des mineurs et de la justice pénale des mineurs depuis 1945

 Radio en ligne

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: introduction à la chronique

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les instructions

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les actes d'accusation

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les défenses

La Justice sous l'Ancien Régime

La Justice révolutionnaire

La justice Napoléonienne

La Justice républicaine

 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |