Ministère de la Justice
 
 

01 novembre 2010

Visite thématique : le corps en prison

Retour à l'accueil
Vers la rubrique "Le musée des prisons"Vers la visite historiqueVous êtes sur la page "Visite thématique"

 

Détenus - Les personnels - Le corps en prison - Dans les murs - Les activités en prison - Les objets


L'écrou et l'anthropométrie - Les tenues pénales - La discipline -
Hygiène, nourriture et médecine

 

 

 

L'écrou et l'anthropométrie

L'écrou est l'acte constitutif de l'incarcération. Un acte d'écrou est dressé pour toute personne qui est conduite dans un établissement pénitentiaire ou qui s'y présente librement. Chaque prison est pourvue d'un registre d'écrou conservé dans la salle du greffe.

Pour tout détenu, il existe aujourd'hui une fiche pénale (fiche signalétique, état-civil, nature et durée de la peine...).

Dans les dernières années du XIXe siècle, les recherches sur la criminalité conduisirent Alphonse Bertillon, le fondateur de la police scientifique, à développer les procédés d'identification des criminels, la photographie et l'anthropométrie. Un matériel spécialisé fut dès lors utilisé dans tous les établissements pénitentiaires : table, tabouret, toise, compas de proportion, tablette et encreur pour prise d'empreintes digitales.

Une fiche anthropométrique était établie pour chaque détenu, avec ses mensurations (taille, buste, largeur de crâne, dimensions du nez, des oreilles, de tous les doigts, couleur des yeux, barbe et moustache, cicatrice, etc.)

Cette fiche n'a plus été établie après 1970.

 

 

Le voleur à la tire

Le voleur à la tire.
Fiche anthropométrique vers 1875.

 

Chaise anthropométrique

Chaise anthropométrique, vers 1890.

 

Laboratoire de Bertillon

Laboratoire de Bertillon à la
Préfecture de police de Paris, vers 1890.

 

service anthropométrique - salle des gardiens

Le service anthropométrique au
Palais de Justice de Paris, la salle des gardiens
Gravure de Jean de Haener, 1890.

 

nuances de l'iris humain

Tableau des nuances de l'iris humain,
d'après la méthode de M. Alphonse Bertillon.

 

Instructions signalétiques - Alphonse Bertillon, Melun, 1893 - Relevé du signalement anthropométrique

Instructions signalétiques par
Alphonse Bertillon, Melun, 1893.
Relevé du signalement anthropométrique.

 

La salle du greffe

Fresnes
La salle du greffe, 1930
Photo Henri Manuel.

 

 

 

 


Les tenues pénales

L'uniforme du détenu vise à distinguer le condamné qui, par son délit, s'est retranché du corps social. Ce costume de couleur sombre, gris ou brun, révèle son infamie.

"Si tout condamné doit prendre le costume pénal de la maison, tout prévenu doit être libre de conserver ses vêtements et de s'en procurer de nouveaux. L'État ne doit lui en fournir que s'il en manque, ou s'il est dans l'indigence."

Au XXe siècle, les tenues pénales sont fabriquées dans les ateliers pénitentiaires.
Les condamnés furent astreints à porter le costume pénal jusqu'en 1983.

 

Détenues en tenue pénale, 1930Retour de promenade de femmes en costume pénal, 1930
Détenues en tenue pénale, 1930.
Photo Henri Manuel.
Retour de promenade - femmes
détenues en costume pénale, 1930.
Photo Henri Manuel.

 

Depuis 1820, et pendant tout le XIXe siècle, les hommes condamnés recevaient tous les deux ans:

  • trois chemises,
  • une casquette de feutre gris,
  • deux tabliers de travail en toile,
  • une veste,
  • un gilet,
  • un pantalon en droguet de coton ou de laine,
  • des chaussons,
  • des sabots tous les trois mois.
Détenu à la maison de correction de Poissy, vers 1860Détenu à la maison de correction de Poissy, vers 1860
Détenu à la maison de correction de Poissy, vers 1860.
Gravure de Gavarni.

 

Les femmes condamnées recevaient :

  • un bonnet,
  • trois chemises,
  • deux fichus de toile de couleur pour le cou,
  • un corset et un jupon en droguet,
  • une jupe en toile de chanvre,
  • deux paires de chaussons en droguet,
  • des bas de laine...
Jeune fille détenues à la maison d'arrêt de Saint-Lazare, Paris, vers 1840femme détenues à la maison d'arrêt de Saint-Lazare, Paris, vers 1840
Jeune fille et femme détenues à la maison d'arrêt de Saint-Lazare,
Paris, vers 1840.
Gravure de H. Monnier.

 

Robe de droguet, vers 1930

Robe de droguet, vers 1930.

 


La discipline

La discipline carcérale fut organisée dans les maisons centrales et les prisons départementales par une ordonnance de Louis-Philippe du 10 mai 1839 et le règlement général du 30 octobre 1841.

Les principales infractions conduisant le détenu devant le prétoire de discipline (sorte de tribunal interne dans la prison) sont le non respect de l'obligation du silence, les fraudes sur le tabac et le vin, les vols, les agressions ou les insultes à gardiens, les atteintes aux mœurs...

De nos jours, le régime disciplinaire des détenus est fondé sur le respect des droits de l'Homme. L'emploi de chaînes et de fers est complètement prohibé ; les menottes et les entraves, utilisées au cours de transfèrements, ne sont plus jamais appliquées à titre de sanction. Le détenu qui a commis une infraction à la discipline peut être puni de mise en cellule disciplinaire, mais il passe d'abord en commission de discipline où il peut se faire représenter par un avocat.

 

 

Rapport individuel du gardien-chef sur un détenu d'un atelier de chaussons, 26 octobre 1867

Rapport individuel du gardien-chef sur
un détenu d'un atelier de chaussons, 26 octobre 1867.

Pour avoir bavardé ensemble à plusieurs reprises différentes pendant la journée et après les avoir plusieurs fois rappelé à l’ordre, n’en avoir pas tenu compte. H. à 5h1/2 du soir, lorsque je lui donnais l’ordre de se taire, m’avoir répondu " Est-ce que je vous dis quelque chose à vous ? "

Pour avoir quitté sa place sans permission à 11 h et demi du matin pour aller demander un outil à un autre détenu, avoir adressé la parole à d’autres détenus en y allant et en revenant. s’être très mal tenu à table au repas du soir et lorsque je lui faisais l’observation de se tenir convenablement avoir murmuré entre les dents.

 

Loi sur la répression des crimes

Loi sur la répression des crimes, 1880.
Affiche.

 

camisole de force

Femme punie vêtue d'une camisole de force.
Photo Henri Manuel, 1930.

 

panneau d'entraves

Panneau d'entraves (entraves, menottes, cadenas).
Maison d'arrêt de Nancy, 1930.
Photo Henri Manuel.

 

Cellule d'isolement

Cellule d'isolement calfeutrée.
Photo Henri Manuel, 1930.

 

Cellule disciplinaire

Cellule disciplinaire à la maison d'arrêt de Laval, 1970
Photo Henri Manuel.

 

Commission de discipline

Commission de discipline,
Aquarelle de N. Herrenschmidt, 1997.

 

 

 

 


Hygiène, nourriture et médecine

Jusqu'en 1994, la prise en charge sanitaire des détenus était assurée par l'administration pénitentiaire. Celle-ci se heurtait encore en 1945 à de récurrents problèmes d'hygiène et d'épidémies telles la tuberculose. La réforme Amor, en 1945, prévoit la création dans chaque établissement d'un service médico-psychologique. Mais il faut attendre les années 1980 pour voir les premiers vrais progrès avec le contrôle sanitaire confié au ministère de la santé (1983) et la création de services de psychiatrie, les SMPR (1986). La réforme la plus importante en matière de santé date de 1994, lorsque la prise en charge sanitaire des détenus est transférée au service hospitalier. Dans chaque prison est alors installée une " unité de consultation et de soins ambulatoires " (UCSA), où interviennent médecins, infirmiers, dentistes…

Chaque détenu à son arrivée se voit remettre une trousse d'hygiène. Chaque cellule est dotée d'un sanitaire et, dans les nouveaux établissements, d'une douche.
Côté nourriture, contrairement aux prisons américaines, il n'existe plus de réfectoire : les détenus prennent leur repas dans leur cellule. Ils sont servis et préparés par des détenus, qui travaillent au " service général " et sont encadrés par des surveillants et personnels techniques. Les repas sont confectionnés dans le respect des règles d'hygiène mais aussi diététiques et prennent en compte des critères tels que l'âge, l'état de santé ou les convictions religieuses.

 

 

on pour une livre et demi de sucre, 1853

Bon pour une livre et demi de sucre, 1853.
Maison de déportation de Belle-Ile-en- Mer.

 

 

 

Réserve alimentaireLa boulangerie : réserve de pain
Réserve alimentaire.
Photo Henri Manuel
La boulangerie : réserve de pain
sur des étagères.
Photo Henri Manuel
  
Les cuisines : détenus préparant le chariot à repasBoxes et baignoires, 1930
Les cuisines : détenus préparant le
chariot à repas.
Photo Henri Manuel.
Le Boxes et baignoires, 1930.,

Photo Henri Manuel - 1930.
  
Deux détenus prenant leur bainToilette de détenus
Deux détenus prenant leur bain.
Photo Henri Manuel.
Toilette de détenus.
Maison d'arrêt de Loos, 1930
Photo Henri Manuel.

 

 

Défense de cracher

"Défense de cracher".
Affichette de lutte contre la tuberculose , vers 1925.

 

fourchette avalée

Fourchette avalée par un détenu. Radiographie.
Hôpital pénitentiaire de Fresnes, vers 1975.

 

Infirmerie

Infirmerie.
Aquarelle de Noëlle Herrenschmidt, 1996.

 

distribution de médicaments

Distribution de médicaments
Centre pénitentiaire de Lorient, 1996.

 

 
 
  

 Vidéos

  • Gisèle Halimi revient sur le procès de Bobigny
    Gisèle Halimi revient sur le procès de Bobigny
  • La rénovation du palais de justice de Paris
    La rénovation du palais de justice de Paris
  • L'Hôtel de Bourvallais
    L'Hôtel de Bourvallais
  • La Cour de cassation
    La Cour de cassation
  • Le Parlement de Bourgogne
    Le Parlement de Bourgogne
  • Le palais de justice de Toulouse
    Le palais de justice de Toulouse
  • Il y a 30 ans, l'abolition de la peine de mort : interview de Robert Badinter
    Il y a 30 ans, l'abolition de la peine de mort : interview de Robert Badinter
  • Les symboles de la Justice
    Les symboles de la Justice
  • Exposition "Du Parlement de Normandie au palais de justice de Rouen"
    Exposition "Du Parlement de Normandie au palais de justice de Rouen"
  • De la Monarchie à la IIIème République
    De la Monarchie à la IIIème République
  • Les cycles dans l'histoire constitutionnelle
    Les  cycles dans l'histoire constitutionnelle
  • Les libertés fondamentales
    Les libertés fondamentales
  • Exposition aux Archives nationales : la Révolution à la poursuite du crime
    Exposition aux Archives nationales : la Révolution à la poursuite du crime
  • L'ENM par ceux qui l'ont vécue Témoignages : 1958-2008
    L'ENM par ceux qui l'ont vécue Témoignages : 1958-2008
  • Cinquantenaire de l'ENM, le défi du nombre et de la complexité
    Cinquantenaire de l'ENM, le défi du nombre et de la complexité
  • Le Conseil d?État au Palais Royal
    Le Conseil d?État au Palais Royal
  • L'évolution de la délinquance des mineurs et de la justice pénale des mineurs depuis 1945
    L'évolution de la délinquance des mineurs et de la justice pénale des mineurs depuis 1945

 Radio en ligne

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: introduction à la chronique

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les instructions

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les actes d'accusation

Louis XVI et Marie Antoinette,les procès des citoyens Capet: les défenses

La Justice sous l'Ancien Régime

La Justice révolutionnaire

La justice Napoléonienne

La Justice républicaine

 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |