Ministère de la Justice
 
 

28 janvier 2019

Protocole féminicide : Visite à l’hôpital Robert Ballanger

Protéger et prendre en charge la souffrance des enfants orphelins suite aux violences conjugales : Visite de la déléguée interministérielle à l’aide aux victimes à l’hôpital Robert Ballanger d’Aulnay-sous-Bois, présentation du protocole « féminicide »

Le 24 janvier dernier, Elisabeth PELSEZ, déléguée interministérielle à l’aide aux victimes s’est rendue à l’hôpital Robert Ballanger d’Aulnay-sous-Bois, et y a rencontré le Docteur Clémentine Rappaport, cheffe du service de pédopsychiatrie, et son équipe, qui est à  l’origine, avec Ernestine Ronai responsable de l'Observatoire des violences envers les femmes du conseil général de Seine-Saint-Denis, de la mise en place du protocole « féminicide».

60% des enfants témoins des violences conjugales  présentent des troubles de stress post-traumatiques. C’est 10 à 17 fois plus de troubles comportementaux que pour la population enfantine en général. En cas de féminicide (lorsqu’un conjoint tue sa conjointe ou son ex-conjointe), ce taux atteint 100%. Perdre ses parents dans des conditions aussi dramatiques comporte des risques importants de présenter un syndrome traumatique qui nécessite des soins.

Devant ce constat et afin de protéger les enfants et prévenir les troubles de comportements persistants à l’âge adulte, un partenariat original a été mis en place en 2014 dans le département de Seine- Saint-Denis entre le parquet du tribunal de grande instance de Bobigny, le Centre hospitalier intercommunal Robert Ballanger d’Aulnay-sous-Bois, le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis via l’Observatoire des violences envers les femmes et le service de l’aide sociale à l’enfance.

Le dispositif expérimental et unique en France, du à l’engagement de tous les partenaires,  prévoit que suite à un féminicide/homicide ou à une tentative d’une particulière gravité, le procureur de la république prend en urgence une ordonnance de placement provisoire des enfants. Ceux-ci sont confiés au service de l’aide sociale à l’enfance pour évaluation et hospitalisés dans le service de pédiatrie de l’hôpital Robert Ballanger pendant une durée de 3 à 8 jours, avec des droits de visite suspendus pendant cette durée, sauf circonstances particulières.  

Une accompagnante « grand-mère » formée et mandatée par l’Observatoire est présente 24/24 pour assurer une présence continue et rassurante auprès des enfants

A l’hôpital, une évaluation somatique et psychologique est effectuée par les intervenants du service tous formés à la victimologie. Le service de pédopsychiatrie se charge également d’assurer l’interface avec le tribunal, la police, les professionnels des services de protection de l’enfance.

Il garantit aussi le suivi de l’enfant après la sortie de l’hôpital, soit en poursuivant les soins (parfois plusieurs années) dans l’unité de psychotrauma de l’hôpital Robert Ballanger, soit en organisant le relais thérapeutique auprès d’une autre unité spécialisée . Actuellement le service suit 29 enfants.

Cette expérience qui a fait ses preuves en matière de prise en charge thérapeutique des enfants ayant subi un tel traumatisme, pour l’instant limitée au département Seine-Saint-Denis mériterait d’être étendue à d’autres départements où le schéma départemental de l’aide aux victimes a fait de la lutte contre les violences conjugales  une de ses priorités.

Protocole féminicide : Visite à l’hôpital Robert Ballanger - Crédits : MJ/DR

 
 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |