Ministère de la Justice
 
 

12 mars 2020

Le musée mémorial des sociétés face au terrorisme

Créer un musée-mémorial rendant hommage aux victimes du terrorisme est un engagement présidentiel pris le 19 septembre 2018 sur proposition du Comité mémoriel mis en place par la garde des Sceaux, ministre de la justice, à la demande du Président de la République.

Le Comité mémoriel assignait au futur musée-mémorial la mission de « rendre compte de la façon dont les sociétés démocratiques affrontent l’épreuve du terrorisme, car ce n’est pas tant du terrorisme qu’il s’agit de faire musée que du défi qu’il représente pour la démocratie et la façon dont elle le relève ».

Pour ce faire, le Premier ministre a confié à l’historien Henry Rousso, directeur de recherche au CNRS et connu pour ses travaux sur la mémoire collective, la présidence d’une mission de préfiguration composée de 16 personnalités aux expériences et responsabilités diversifiées.

Remis le 10 mars 2020 au Président de la République, ce rapport préconise que le futur musée-mémorial remplisse trois fonctions : être un lieu d’hommage et de recueillement, mais également un musée d’histoire et de société, un lieu de transmission sociale, pédagogique, culturelle et scientifique.

Au regard des rares sites comparables dans le monde, le projet français est unique en son genre : il ne concerne pas un seul attentat ou un seul type de terrorisme, mais couvre l’ensemble des victimes et des actes terroristes de toute nature qui ont touché la France et les Français, ainsi que les victimes françaises à l’étranger et ce, depuis la fin du XIXe siècle.

Il devra accorder une place centrale aux victimes, aux survivants, aux blessés physiques et psychiques, ainsi que rendre visibles les primo-intervenants et aidants de première ligne – pompiers, secouristes, policiers et gendarmes, médecins, ou encore simples voisins.

Ce lieu de mémoire et de résilience permettra ainsi d’affirmer la capacité de la société française à prendre de la distance sur ce qui la frappe de plein fouet – surtout depuis 50 ans avec une dimension internationale –, et de renouer ainsi avec sa longue tradition de résistance par l’esprit critique, l’universalisme et la culture.

Le projet va désormais entrer dans des phases opérationnelles : rédiger le cahier des charges et définir le lieu d’implantation du musée-mémorial, décider de son statut et prévoir son mode de fonctionnement, puis en concevoir et réaliser le projet immobilier, avant d’ouvrir enfin au public.

 

 

 

 
 
  
 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Twitter | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies | Accessibilité : non conforme |