BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE
n° 79
(1er juillet - 30 septembre 2000)

5
Circulaires de la direction de la protection judiciaire de la jeunesse
Signalisation des circulaires du 1er juillet au 30 septembre 2000




Organisation de stages dans les pays européens à l'intention des
fonctionnaires français

NOTE PJJ 2000-10 K3/28-09-2000
NOR : JUSF0050122N

Fonction publique

Stage à l'étranger



POUR ATTRIBUTION

Mesdames et Messieurs les Directeurs régionaux de la Protection judiciaire de la jeunesse - Directeur régional chargé des Dom-Tom - Directeurs départementaux de la Protection judiciaire de la jeunesse - Directeur général du Centre national de formation et d'études de la Protection judiciaire de la jeunesse - Directions départementales d'outre-mer - Centres régionaux de formation


- 28 septembre
2000 -




J'ai l'honneur de vous adresser, ci-joint, un dossier relatif à l'organisation de stages dans les pays européens par la direction générale de l'administration et de la fonction publique, dans le cadre de la coopération internationale en matière de fonction publique.

Les stages se dérouleront en langue anglaise. Toutefois, en ce qui concerne les trois stages proposés en Allemagne, un aura lieu en langue allemande (du 19 au 23 mars 2001).

Par ailleurs, les frais d'inscription, de déplacement et de mission sont à la charge de la direction d'appartenance du candidat.

A l'issue du séjour, les candidats devront établir un bref rapport qui devra être adressé à la DGAFP et une copie au bureau de la formation (K3) pour compléter le dossier du stagiaire.

Les agents intéressés devront faire parvenir leur fiche de candidature dactylographiée, accompagnée d'un avis circonstancié de leur supérieur hiérarchique au bureau K3, à l'attention de Mme Chami, deux semaines avant les dates de clôture d'inscription précisées par la DGAFP (cf. colonne droite de l'annexe), sachant que le retour des ordres de mission internationaux signés par monsieur le directeur du cabinet du garde des sceaux nécessite un délai minimum de deux semaines.

La directrice de la protection judiciaire de la jeunesse,

S. Perdriolle


© Ministère de la justice - juin 2001

Retour haut de page